Découvertes de l’Afrique au XVIIIe siècle

Nouvelle relation de l'Afrique occidentale / Jean-Baptiste Labat. - Paris : G. Cavelier, 1728 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, 30167)

Nouvelle relation de l’Afrique occidentale / Jean-Baptiste Labat. – Paris : G. Cavelier, 1728 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, 30167)

Lundi 13 février à 18h et vendredi 17 février à 12h, au Fonds ancien, une Heure du Livre ancien est consacrée aux récits de voyages et traités de géographie du XVIIIe siècle qui rendaient compte des voyages en Afrique et des nouvelles découvertes sur ce continent. À la fin du XVIIIsiècle, l’Afrique était en effet encore très mal connue des Européens. Les côtes, puis les terres, furent peu à peu explorées… Voyons comment des Européens, en partant de l’Égypte, découvrirent les terres plus à l’Est et au Sud…

Nouveau voyage dans la Haute et Basse Egypte, la Syrie, le Dar-Four, où aucun européen n'avait pénétré / W. G. Browne. - Paris : Dentu, 1800 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 1471)

Nouveau voyage dans la Haute et Basse Egypte, la Syrie, le Dar-Four, où aucun européen n’avait pénétré / W. G. Browne. – Paris : Dentu, 1800 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 1471)

De l’Égypte…

Le XVIIIe siècle avait un goût prononcé pour l’Égypte. Comme le souligne l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (article « Égypte »), celle qui fut auparavant « un pays d’admiration » devint un pays « à étudier ». Cette fascination explique la multiplication des voyages d’exploration et aboutit à l’expédition scientifique qui accompagna Napoléon Bonaparte en 1798. Mais certains voyages, s’ils partaient d’Égypte, avaient pour destination principale des régions à l’intérieur du continent.

Nouveau voyage dans la Haute et Basse Egypte, la Syrie, le Dar-Four, où aucun européen n'avait pénétré / W. G. Browne. - Paris : Dentu, 1800 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 1471)

Nouveau voyage dans la Haute et Basse Egypte, la Syrie, le Dar-Four, où aucun européen n’avait pénétré / W. G. Browne. – Paris : Dentu, 1800 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 1471)

Au Darfour

Très avide de découvertes, William Georges Browne, qui n’était ni un commerçant, ni un diplomate, partit de l’Égypte en 1792. Comme l’indique le titre de ses mémoires (Nouveau voyage dans la Haute et Basse Égypte, la Syrie, le Dar-Four, où aucun européen n’avait pénétré ; fait depuis les années 1792 jusqu’en 1798), son voyage dura six ans, dont trois durant lesquels il fut prisonnier au Darfour, région qu’il fut le premier Européen à découvrir. Il rapporta que cette zone, secouée par des conflits entre tribus, était très instable. Selon l’explorateur, elle était alors peuplée d’environ deux cent mille habitants. Les villes, éparpillées, étaient assez petites ; des marchands, des esclaves et des étrangers y vivaient. D’après W. G. Browne, le sultan Abderrahman dirigeait alors le pays d’une main de fer. Ne cherchant pas à unifier le pays, il était avant tout intéressé par la richesse et le pouvoir.

Voyages dans l'intérieur de l'Afrique / Frédéric Horneman. – Paris : André, 1802 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, 38719)

Voyages dans l’intérieur de l’Afrique / Frédéric Horneman. – Paris : André, 1802 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, 38719)

Dans la Libye actuelle

L’Allemand Friedrich Conrad Hornemann partit du Caire en 1797, chargé par la Société d’Afrique de Londres d’explorer l’intérieur de l’Afrique, en particulier les régions peu, voire pas connues des Occidentaux. Son voyage dura deux ans (Voyages dans l’intérieur de l’Afrique pendant les années 1797, 1798). Parlant l’arabe, il se rendit en Libye actuelle, d’abord dans l’oasis d’Ammon, puis dans le royaume de Fezzan. Il alla ensuite dans le royaume de Bornou, inconnu des Européens (dans le Tchad actuel) : attesté dès le XIsiècle, il était au XVIIIsiècle une plaque tournante du commerce africain.

Pour en savoir plus sur les récits de voyages en Afrique au XVIIIsiècle, vous pouvez consulter l’exposition virtuelle Traversées : récits de voyages des Lumières (Université de Poitiers, 2010), en particulier la partie « Voyage dans l’intérieur de l’Afrique, de Mungo Park » rédigée par Vincent Fontaine.

.

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *