Victor Hugo : sa défunte fille éveille un doute

« Père, pourquoi les quatre innocents ont-ils péri noyé ? »

C’est autour de cette énigme issue de l’âme errante de Léopoldine Hugo que seront posés les fondements de Victor Hugo : aux frontières de l’exil.

Couverture BD Victor Hugo... / E. Gil - L. Paturaud : Ed. Daniel Maghen (source : Decitre.fr).

Couverture BD Victor Hugo… / E. Gil – L. Paturaud : Ed. Daniel Maghen
(source : Decitre.fr).

Résumons rapidement la genèse de cette histoire :

C’est en 1843, à l’âge de 19 ans, que la première fille de Victor Hugo périt noyée lors d’une traversée sur la Seine en compagnie de son mari et de deux autres membres de la famille. Les circonstances qui font sombrer l’embarcation ne souffrent d’aucune suspicion pour que ce drame soit associé à une autre cause que l’accident. Le poète français, alors en voyage, apprit la disparition de Léopoldine cinq jours plus tard, au hasard d’une lecture de ce quotidien dans un café à Rochefort. Cette tragédie le marquera à vie et lui inspirera moult hommages dont le célèbre poème « Demain, dès l’aube… » (Les Contemplations, 1856).

C’est sur ce fait authentique, qu’Esther Gil, la scénariste de ce superbe album, va développer une thèse surprenante mais tellement bien documentée que le lecteur pourra (volontiers) s’y perdre : et si Léopoldine avait été victime d’un meurtre ?

En partant de cette interrogation, E. Gil nourrit une histoire aussi prenante que déroutante. En intégrant des situations avérées, en respectant scrupuleusement la chronologie des événements, la scénariste tient en haleine le lecteur jusqu’à la dernière case de l’album en faisant oublier à ce dernier que tout ceci résulte de simples hypothèses…

Planche BD Victor Hugo... / E. Gil - L. Paturaud : Ed. Daniel Maghen (source : Decitre.fr).

Planche BD Victor Hugo… / E. Gil – L. Paturaud : Ed. Daniel Maghen (source : Decitre.fr).

Plongez ainsi dans cette époque du romantisme où vous trouverez un homme encore profondément bouleversé par la perte de sa fille. Un homme proscrit de son pays gouverné par Napoléon III (dit « Le Petit »). Un homme blessé par la France qui dans son exil sur l’île de Jersey, s’adonnera à une pratique nouvelle venue des États-Unis : le spiritisme. Lors de l’une de ces séances apparaîtra sa fille qui lui fait endosser un nouveau statut, celui d’enquêteur.

Aussi, outre l’intérêt de connaître le dénouement des investigations d’Hugo, on s’intéressera également à la réaction du romancier lorsqu’il sera intimement confronté à ce qu’il a combattu avec conviction toute sa vie : la peine de mort.

Les éloges faites sur la construction narrative du récit, il convient d’associer à la réussite de cet album le sublime dessin de Laurent Paturaud, compagnon d’Esther Gil.

Planche BD Victor Hugo... / E. Gil - L. Paturaud : Ed. Daniel Maghen (source : Decitre.fr).

Planche BD Victor Hugo… / E. Gil – L. Paturaud : Ed. Daniel Maghen (source : Decitre.fr).

Les paysages, la gente féminine, le Paris du Second Empire sont illustrés avec une pureté telle que le dessin participe activement à retranscrire l’ambiance de l’époque. Certaines planches sont troublantes d’intensité (en exemple les pages 49 et 92 de la présente édition). Le riche travail de L. Paturaud se distingue jusqu’à la couverture de l’album où l’on sent l’inspiration du romantisme à travers ce tableau peint par l’allemand Caspar David Friedrich : le voyageur contemplant une mer de nuages. Le point commun de ces deux illustrations étant la profonde réflexion sur soi-même.

Pour satisfaire la curiosité du lecteur, les auteurs ont eu la bonne idée d’insérer à la fin du récit un dossier graphique aidant à démêler le réel de la fiction. Soulignons d’ailleurs la décence de la scénariste qui s’inspire d’une personne réelle pour représenter un personnage dont le rôle joué est complètement supposé : son identité n’est pas dévoilée même si on peut aisément la découvrir au bout de quelques recherches…

Dans le réseau universitaire, votre bibliothèque est l’une des rares à proposer Victor Hugo : aux frontières de l’exil à l’emprunt. Aussi, que l’on connaisse ou pas, que l’on apprécie ou pas l’Œuvre de Victor Hugo et tout ce qui l’entoure, offrez-vous une lecture qui, au minimum, devrait vous interpeller par le résultat de quatre ans de travail.

Car on parle ici d’un témoignage inédit, en bande-dessinée, sur la vie d’un des plus grands auteurs français du XIXe siècle.

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *