Comment la langue influe sur la mélodie

Langue allemande, italienne et française dans la musique vocale de W. A. Mozart

Données du problème

La musique vocale unit des éléments linguistiques et musicaux. Dans ce cas, la musique n’est pas put absolu, mais elle rend clair le texte et peut accentuer plus fort des atmosphères, des sentiments et des émotions que le mot parlé.

Cette élucidation d’un dire est seulement possible, si la mélodie tient compte du texte, considère la langue. La mélodie du chant doit résulter de la mélodie de parler, ça veut dire s’ensuivre du cours mélodique-rythmique et l’accentuation du texte parlé. Comme exemple d’une symbiose géniale de paroles et de musique, on mentionne souvent le poème « Das Veilchen » de J. W. Goethe, mise en musique par W. A. Mozart.

En comparaison la mise en musique avec l’intonation prosodique et l‘accentuation dans le texte, il faut chercher les concordances ou différences dans trois « Lieder » de Mozart en allemand, italien et français.

La langue et la poésie

Des possibilités d’expression en parlant des textes épiques ou poétiques:
tab01_exparl_fr

Terme linguistique

Si on veut rechercher l’influence de la langue sur la mélodie, il faut premièrement clarifier les différences dans la phrase complexe, chez les accentuations des mots et des phrases et chez le rythme de parler.

Chaque langue a des phonèmes typiques. Par exemple:

– En français il y a beaucoup des phonèmes nasals, alors que la langue allemande connaît que les consonnes nasales „m“, „n“ et „ng“.

– En allemand on prononce le „h“ perceptiblement, en français le „h“ est muet.

– En italien, les voyelles sont parlées toujours clairment.

Des différences dans la construction et l’intonation de la phrase:
tab02_difintpar

Analogue de noter la mélodie du chant sur la portée, on peut faire un tracé graphique de
l’intonation de la phrase.

Intonation de la Phrase [d’après v.Essen]:
tab03_intphrbsp_f

Poésie

Caractéristique des vers:
tab04_crivers

En allemand les formes des vers se distinguent surtout du pied et du nombre des accents, en France et en Italie du nombre des syllabes.

Des moyens d’expression de la musique:
tab05_expmustxt_e

La langue et la musique

La formation des phonèmes, mots et phrases, qui influent l’intonation prosodique est différente entre les langues et dépend beaucoup de l’individualité de la personne qui parle.
Tandis que la musique peut être notée exactement dans la partition – réitérable en tout temps à la même façon.

Il dépend de l‘intention du compositeur, si la musique ou la lange a plus où moins importance dans la mise en musique.

Deux aspects:
tab06_deuxasp_f

Comparaison d’intention prosodique avec la mélodie

En comparaison la mise en musique avec l’intonation prosodique et l‘accentuation dans le texte, il faut chercher les concordances ou différences dans trois « Lieder » de Mozart en allemand, en italien et en français.

Pour réaliser l’analyse, on faisait des enregistrements. Cinq personnes ont lu les poèmes en leur langue maternelle:

Betty (allemand)

Ludovica (italien)

Tarcisio (italien)

Baptiste (français)

Charles (français)

Les enregistrements étaient transférés à un ordinateur avec un programme, qui visualise le niveau sonore. Puis plusieurs personnes écoutaient et discutaient jusqu’la mélodie de parler était définie.

Cours de l’intensité sonore (chez : « einVeilchen » …jusqu’à… « mit muntermSinn »)
SAMSUNG

Où il était difficile d’entendre l’hauteur du son, le bruit des consonnes était éteint, parce que on peut entendre la mélodie de parler beaucoup plus dans les voyelles.

Cours de l’intensité sonore après l’éteindre des consonnes
(chez : « dans un bois » … jusqu’à… « redoutable Amour »)
SAMSUNG

Enregristrement Charles (sans consonnes)

Intonation de la phrase (d’après v. Essen):
tab07c_intparllied_f

tab07d_sprechmel_veichen1h

Le poème de Johann Wolfgang Goethe (1749 – 1832) se compose de trois strophes à sept lignes de vers avec pied « Iambe ». Les strophes sont construites de la manière suivante:

-Vers 1 et 2 : à quatre accents avec rime masculin
-Vers 3 : trois accents avec rime féminin
-Vers 4 et 5 : à quatre accents avec rime masculin
-Vers 7 : deux accents avec rime masculin
-Vers 8 : trois accents avec rime masculin

Mozart ajoute à la fin de la dernière strophe encore un vers à deux et un vers à trois accents:

« Das arme Veilchen !
es war ein herzig Veilchen »

Dans l’enregistrement on peut entendre les iambes jusqu’à quelques exceptions près.

tab07e_sprechmel_ridente1h

Le poète de ce poème est inconnu. Le nom italien de ces vers à douze syllabes est « Dedecasillabi ». Le pied « Dactile » est facilement à distinguer. Les vers finissent alternativement accentué (verso tronco) et non accentué (verso piano).

Les enregistrements de la lange de Ludovica et Tarcisio font voir un rythme de parler authentique et seulement très peu de différences dans la mélodie de parler.

tab07f_sprechmel_dans1h

Le poème de Antoine Houdar de la Motte (1632 – 1731) s’intitule dans la version originale « Dans un lieu solitaire ». Il est un « Octosyllabe » et se compose de cinq strophes à quatre rimes croisés qui changent entre féminin et masculin.

Les différences chez rythme et mélodie des textes parlés en français sont plus grande qu’aux textes italiens. Probablement elles dépendant de la liberté plus grande de ‘accentuation française en comparaison avec la langue allemande et italienne.

tab08_veilchen1_f_e

tab09_veilchen_2
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=U7AUclm14UA[/youtube]

tab10_ridente
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=pasmjx0vehE[/youtube]

tab11_bois1

tab12_bois2

tab13_bois3

tab14_bois4
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=0Z5xYW9EMjo[/youtube]

Nombres des notes par syllabe
tab15_notes par syllabe

Résultats

Comparaison rythme de parler – rythme de la mélodie :

Das Veilchen (allemand)
Le lied est syllabique, à l’exception de quelques unes syllabes, qui se partagent enter deux notes (tons). Le rythme de la mélodie corresponde presque toujours au rythme de parler.

Canzonetta « Ridente la calma » (italien)
Le texte du poème est souvent répété à la manière d’une aria et interrompu par des passages de l’accompagnement de piano (dans la partition de la « Canzonetta » toutes les répétitions sont découpées). Des syllabes, sur des sons particuliers alternent avec des syllabes qui sont chantées sur un ou plusieurs sons (melismes).
Le rythme de la mélodie corresponde sans exception au rythme de parler.

Ariette « Dans un bois solitaire » (français)
Dans le premier et quatrième vers, la mélodie est pour la plupart syllabique, ressemblant è celle là de la « Veilchen ». Dans le 2e, 3e et 5e vers des passages syllabiques et mélismatiques alternent. De même qu’en allemand et en italien, Mozart arrange le rythme de la mélodie selon l’accent tonique. Mais en parlant français, les accents toniques sont clairement audibles seulement à la fin d’une phrase. Par là s’expliquent les nombreuses différences entre le rythme de parler et le rythme de la mélodie.

Comparaison de la mélodie de parler avec la mélodie du chant :

Dans tous les trois chants la mélodie de parler influe la mélodie de la musique.

 

Mozart à écrit dans une lettre à son père:
„Die Sprache hat der Teufel gemacht, das ist wahr, und ich sehe all die Schwierigkeiten, die alle Compositeurs gefunden haben, gänzlich ein; aber ungeachtet dessen fühle ich mich im stande diese Schwierigkeiten so gut als alle andern zu übersteigen- au contraire, wenn ich mir öfters vorstelle, dass es richtig ist mit meiner Oper, so empfinde ich ein ganzes Feuer in meinem Leibe und zittere auf Hände und Füsse für Begierde, den Franzosen immer mehr die Deutschen kennen, schätzen und fürchten zu lehren.“

Julia Fankhauser : 7 juin 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Captcha loading...