Quand les scientifiques s’amusent: opération Emoto Riz!

300-704938A ses yeux vides et ses épaules tombantes, je sentais bien que j’avais raté mon effet. L’opération “Emoto Riz” me semblait pourtant être en mesure de l’impressionner, sans parler du prix Nobel possible à la clé. Mais rassurez-vous, il m’en fallait plus pour me décourager, d’autant plus que je ne suis pas seul dans cette affaire, mon ami Nicolas Gauvrit est de mèche, l’opération “Emoto Riz” ira jusqu’au bout!

Quand le bol de riz rencontre la gentille pensée

Masaru Emoto est un personnage qui connait une certaine popularité sur le net. Il prétend pouvoir démontrer l’influence de la pensée sur la matière notamment par la création de cristaux dans l’eau suite à des “énergies” positives. Plus récemment, dans une vidéo de démonstration, Emoto montre qu’il suffit de parler avec amour à un bocal de riz pour qu’il reste sain, tandis qu’un bocal se faisant insulter pourrit rapidement pour finir tout noir, tout vilain. La morale de l’histoire mérite votre attention, cher(e)s lecteurs/rices, car si le riz tourne noir, imaginez l’influence que vos mauvaises pensées peuvent avoir sur les cellules de vos enfants!

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Ehlw-9PJkIE[/youtube]

Les méchants scientifiques

En vous promenant sur youtube, vous constaterez vite que de nombreuses vidéos confirment cette merveilleuse “mind blowing” expérience. Malheureusement, ces vilains scientifiques n’ont que mépris pour les travaux de Masaru Emoto, songez qu’il n’a même pas de diplôme et aucune publication scientifique à son actif. Ha! On l’accuse aussi de suivre une méthodologie rédhibitoire qui ne permet absolument pas de conclure: l’expérience ne contrôle pas suffisamment de variables, le nombre de bocaux est bien trop faible pour mettre en évidence des différences significatives, sans parler de l’absence de démarche en double aveugle, l’expérimentateur peut donc involontairement (ou volontairement) influencer le résultat, etc. Bref, circulez, il n’y a rien à voir!

ch890807Les gentils scientifiques (ie. qui ont du temps à perdre)

Pour clouer le bec à ces détracteurs, Nicolas a mis au point un protocole scientifique pour, nous l’espérons, démontrer la validité des théories de Emoto. Il faut réunir 10 bocaux de riz, 5 qui seront traités avec amour et 5 autres qui n’auront droit qu’à de la haine. Une étiquette amour/haine indiquera sur chaque bocal quel sort est réservé au riz, ces étiquettes seront ensuite cachées de telle sorte qu’on ne puisse pas distinguer les différentes boites. Un individu sera chargé d’insulter/d’aimer chaque bocal tandis qu’un autre devra désigner à l’aveugle quelle boite contient le riz le plus pourri. Pour plus de détails, on peut se référer à ce protocole [doc] ouvert à la critique d’ailleurs.

Dans cette configuration, comme il existe une chance sur deux de tomber sur la bonne configuration (pourri/insulte ou sain/amour), l’expérience est considérée comme réussie si le résultat final fait mieux que le simple hasard. Je donnerai les détails de cette étape une fois l’expérience terminée, ça fera une excellente introduction aux statistiques!

Les candidatures sont ouvertes!

Si comme nous, vous avez l’âme du scientifique, que vous sentez l’enthousiasme des pionniers vous envahir, que vous sentez que vous allez ouvrir des perspectives révolutionnaires à l’humanité, n’hésitez plus, rejoignez Nicolas et moi-même dans l’opération “Emoto Riz”!

Sham (Facebook, Twitter, Google+)

Related posts:

27 réflexions au sujet de « Quand les scientifiques s’amusent: opération Emoto Riz! »

  1. freeflyer

    Sceptique : dans les music hall, ça n’est pas affiché comme « vrai » :/ toute la différence est là..

  2. freeflyer

    (encore moi)
    Pour la détermination des pots pourris/sains à la fin du protocole, on pourrait aussi confier tous les pots a l’acolyte et qu’il les classe par ordre de pourritude..
    le premier groupe de 5 étant l’échantillon sain, les 5 autres étant l’échantillon pourri.

  3. Karim Madjer

    Si seulement l’amour et la haine étaient quantifiables. Emoto et les croyants trouveront sûrement une faille dans le protocole de ce côté là 🙂

  4. alaincc

    Excellente idée que je vais soumettre à une classe de 6e. Ils proposeront un protocole que nous affinerons ensemble. J’ai déjà trouvé les pots …

  5. alaincc

    Petite question, je pense que mes élèves vont me proposer des triplet (gentil, méchant et rien) et non des paires. Est-ce que ça pose un problème ?
    Cette classe a déjà travailler sur l’élaboration d’un protocole expérimental de A à Z (avec essais et améliorations successives) sur un cas simple : les conditions favorables à la germination des graines.

  6. sham Auteur de l’article

    @alain avec 3 pots ça complique un petit peu la tâche. on a prévu que le second expérimentateur devait forcément choisir quel pot est le plus pourri entre les deux présents. et pour info, le protocole donné en .doc est plus précis que ce que j’ai décrit dans l’article.

  7. Ping : Quand les scientifiques s’amusent: op&eac...

  8. Paul

    Bonjour,

    Je pense qu’il faudrait quand-même séparer un peu les pots de chaque paire, lors de la phase d’insulte/amour.

    Les pauvres graines gentils risquent d’entendre les méchantées que lance ‘E’ vers leurs frères et soeurs dans l’autre pot de la paire! Et vice-versa!

    P.

  9. Nicolas Gauvrit

    @alaincc : si le protocole est différent (avec 3 pots), les résultats devront être traités à part, comme une seconde expérience. Mais ce n’est pas un problème.

    @freeflyer : le problème avec le classement des 10 pots du plus au moins pourris, c’est que ça complique les statistiques derrière. Avec ce protocole élémentaire, on a un test tout simple (binomial), qui ne pose pas de problème.

    @Paul : oui, on ne l’a pas précisé parce que pour Emoto, c’est l’intention qui compte, et donc selon sa théorie ce n’est pas grave que les pots soient proches.

  10. alaincc

    Merci de vos réponses.
    Je pense qu’ils comprendront l’intérêt d’un protocole commun … mais je les laisse chercher d’abord !)

  11. richard

    J’aime bien la critique de l’expérience: « l’expérimentateur peut donc involontairement (ou volontairement) influencer le résultat, etc. » C’est hilarant puisque le but est justement que l’expérimentateur influence le résultat.

  12. sham Auteur de l’article

    @richard vous savez, quand vous ne comprenez pas qq chose, il est tjs plus intéressant de demander, ça permet d’éviter le ridicule. l’expérience étant menée par une seule personne, en l’occurence Emoto, il peut très bien, soit truquer les résultats, soit involontairement influencer le résultat par exemple en posant un bol de riz près d’un point chaud et pas l’autre, mettre plus d’eau dans l’un et pas l’autre, et comme c’est pas en aveugle, à la fin de l’expérience il est toujours plus facile de décider lequel a eu le plus d’amour et lequel n’en a pas eu. D’où l’utilisation d’au minimum deux personnes dans notre protocole. ça ne garantie pas contre les truquages volontaires, mais si on y colle un néophyte (qui n’a rien à prouver), ça les minimise. ça minimise aussi fortement la possibilité d’être biaisée à la fin, lors des choix d’association dans les bols de riz.

  13. Dexter

    Dans ce monde malade, les gens sont tellement haineux qu’ils peuvent même l’être envers du riz ! J’y crois pas… quel monde pourri…
    Et voilà comment tous les lecteurs vont contribuer à gâcher du bon riz !

  14. Anthony G.

    Et l’haleine (chargé de sa flore bactérienne buccale) de l’expérimentateur ? 😛

    A chaque fois qu’il déverse son amour/haine, on fait un frottis et on dépose sur Petri (gélose), et l’on regarde ce qui se développe/vitesse de développement ? 😛

  15. alain

    Opération terminée !
    Résultats : pour une seule paire, le riz « gentil » s’est mieux conservé (pour les quatre autres paires, c’est le riz « méchant » qui était le mieux conservé).
    Dès que le compte rendu (description du protocole + photos) est terminé, je le mets sur mon site et je vous fais signe.
    Pour que le maximum d’élèves participent, j’ai fais trois équipes :
    – équipe des pots : place les pots dans un ordre déterminé puis range les pots.
    – équipe des mots : parle aux pots.
    – équipe des juges : détermine, pour chaque paire, le pot le mieux conservé.
    – le gardien des enveloppes : a préparer, conserve et distribue les enveloppes chaque jour.

    Y a -t-il d’autres résultats ?

  16. Intéressé

    Salut, je suis intéressé par le résultat de l’expérience, vous avez trouvé quelque chose ?

  17. Antiseptique

    J’ai fait trois fois cette expérience avec ma fille en 2009. De manière très simple en oubliant même certain jours d’aller « influencer » nos bocaux. A chaque fois le résultat était sans équivoque, un bacal blanc-beige ayant une bonne odeur de fromage (et oui à la fin de l’exp on ouvre les bocaux) l’autre tout pourri, très mauvaise odeur, ayant perdu beaucoup de volume, noir comme du pétrôle.

    Après nous avons voulu aller plus loin. Nous avons mis sous verre une surface de riz blanc cuit, nous avons fais une séparation qui formait donc 2 triangles plat, sous cadre, chaque triangle recevant une influence claire (encore amour et haine). Le résultat au bout de moins de diz jours fut étonnant, la séparation n’a pas marché (le cadre en verre avait été fermé au gaffeur et donc pas étanche) et des taches très colorés sont apparue sur tout l’espace, de manière a peu près symetrique… Des couleurs vraiment très vives et inhabituelle à voir sur des aliments en décomposition : jaune fluo, vert clair, bleu, rouge vif… Le tout n’étant pas étanche, l’odeur du truc nous a aussi décidé à arrêter l’expérience 😉

  18. NM

    On a essayé le tout avec mes gars. On a séparé en 3 verres identiques avec riz pas cuit et même quantité d’eau, avec les écritures je t’aime je te déteste et rien. Après 20 jours, j’ai arrêté. Ça pue trop dans le salon…. Le je te déteste : plus noir et odeur de fromage ++, le je t’aime :encore blanc, moins odorant et il avait gardé plus d’eau, le neutre : entre les 2. Notre hypothèse de départ était qu’il n’y aurait aucune différence. Il y en a une! Mais on ne retestera pas… Ça pue!

  19. Cortes

    Nous voyons ce que nous croyons
    ou nous croyons ce que nous voyons…
    Si vous faites le test avec l’intention que l’expérience de Masaru est douteuse elle le sera.
    Si vous faites ce même test avec l’intention que l’expérience est vrai elle le sera.
    Peu importe le résultat…
    Ce qui compte c’est le fond…
    Si je traite quelqu’un d’imbécile et de nul pendant 15 jours matin et soir….. il reste blanc ou il pourrit ?
    Si je dis a quelqu’un je t’aime et merci pendant 15 jours matin et soir… il reste blanc ou il pourrit ?
    Bonne journée à tous qu’elle vous réussisse en tout.

  20. Vanessa

    @Cortes: on parle de riz, pas d’un être humain! A une lettre près, j’aurais pensé que vous trolliez!

  21. jeannel

    Et qui me suis fait chier avec du chlorure de cuivreII pendant deux ans pour faire de la « cristalisation sensible ». j’ai mis du temps à comprendre? je ne sais toujours pas très bien (laisserai-je le suspens, pour éventuellement me reconvertir en astrologue?)
    en 2000 , toute la littérature que l’on pouvait en lire ne faisait 5 kilos. , écrite par quelques scientifiques croyants.
    la seule parution publique était le même article régulièrement imprimé (dans la presse spécialisée) depuis 70 ans.
    j’ai eu la chance, dans le tout petit lot, de rencontrer un chercheur de l’université de Grenoble.
    Il avait travaillé le sujet ces quelques dernières années. c’était du sérieux, il avait des thésards sur le coup, et un autre type du CNRS croyant qui a interverti les échantillons, le thésard en algorithmes informatique à dit que ça ne collait pas, ( un inconnu que l’on saluera). et puis le procédé était extrêmement coûteux, en temps.
    il allait partir à la retraite, dans 1 mois.
    cela faisait 2 ans qu’il glandait devant son étuve, les boules.
    L’installation devait être récupérée par un autre labo, des gens sur la piste d’un « autre magnétisme » , avec cristaux métalliques.
    Ca avait foiré. Le soleil de juin se retirait sur la ville, éclairant les couronnes de montagnes, tout autour. un état de grâce, beau spectacle pour deux étudiants de la science et du cœur. Nous devions joindre en généreux philosophes et gens qui se la joue à faire bon usage du savoir de leur professeur; une conclusion joyeuse, forcément honnête (même si je lui avait laissé le bénéfice du vague sur son « autre magnétisme). On avait dopé notre ardeur à la tâche au carburant méta-croyant , et en toute bonne foi on avait rien démontré de ce que l’on eu voulu qu’il arriva, les boules ! et ma foi, on avait pas fait de vague avec ce que l’on avait toujours su au fond de nous : ce n’est pas une hypothèse à considérer plus longtemps que le temps de comprendre la question posée. C’est les autres, fallait trop philosopher pour comprendre comment leurs histoires tenaient debout dans leur tête. Ça aurait été cool d’avoir un truc, déjà qu’avec nos histoires ça pouvait en aider quelques uns. mais tout ça c’est du toc, qu’est ce qu’on se marre. Je ne l’ai jamais revu et moi , je ne le savais pas encore, j’allais donner le meilleurs de moi même en devenant artiste, bien plus à ma place au milieu de toutes ces fariboles.
    EMOTO RIZ : j’ai pendant deux ans en permanence eu une 50 aines de pots à moisir dans mon armoire (avec de bon couvercles) , aucunes de toutes ces incroyables moisissures ne m’était vraiment nouvelle. et pourtant certains soirs , en ouvrant mon placard j’avais l’impression que j’aurai du aussi tenir un cahier sur l’aspect de toutes ces merveilles de la nature. mais bon c’était déjà du boulot avec la cristallisation sensible (les cahiers, la vaisselle, la collection (toxique)…) . j’ai plongé mon regard dans les cristaux, cherchant à différencier ce qui était bio, conventionnel et biodynamie, agriculteur que j’avais été, et bien nib, in fine pas moyens de faire bouger un pendule avec notre seul cerveau, aucune force mentale plus forte que le cri du karatéka , y’en a qui on essayé, ils se sont pris une dérouillée :))
    c’est poilant toutes ces histoires de moisissures !
    Quand j’avais enfin du arrêter, Emoto est arrivé et alors je me suis dit zut, ça aurai été marrant de reproduire son laboratoire, pour voir, hein !
    Mais j’ai fait des choses plus sérieuses, enfin pas tout à fait puisque j’ai découvert dernièrement les vidéos de Nicolas Gauvrit, que j’ai beaucoup apprécié (en boucle, c’est pas sérieux)
    Merci Sham, au passage !
    une collusion de sujets qui m’ont fait réagir, en espérant ne pas vous avoir saoulé !!
    Tous à vos champignons, faut foncer de l’Avent.

  22. Walter Guilhem

    Bonjour,

    J’aimerais revenir sur l’expérience en elle même et un des problèmes inhérents.

    Bon déjà le premier problème, c’est qu’il est difficile de dire si une moisissure est « bonne » ou « mauvaise ». Du coup, c’est pas facile de trancher entre un bol de riz qui serait « heureux » et un autre « malheureux ». A imaginer que le riz ait une conscience bien évidemment. ^^

    Mais après, imaginons qu’un riz pourri = riz maltraité/malheureux et un autre avec absence de moisissure = youpi.
    Cela a déjà été évoqué avec ironie mais le facteur humain joue pas mal dans la balance. En fait je pense que pour faire les choses bien comme il faut, il faudrait aussi réussir a réunir deux échantillons de personnes avec une personnalité bien précise. J’entends par là des humains avec la haine au fond d’eux (ceux avec des parents alcooliques par exemple, etc) et d’autres pour qui la compassion de l’autre est une évidence. Il faudrait visionner à chacun des groupes une vidéo afin de les conditionner à éprouver de la haine ou de la bonté. Et enfin, on demande au groupe des « haineux » d’exprimer leur haine sur le riz et le groupe des « bons » leur bonté.

    Bon évidemment, cela coûterait du temps de l’argent que probablement personne ne dépensera. Mais je me demande quand même si on arriverait à des résultats probants en fonctionnant de cette manière… ^^.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *