L’intérêt des OGM? Réponse ouverte à Jacques Testart

J’écoutais la tête au carré aujourd’hui sur le thème des OGM et l’émission se terminait sur un cri de Jacques Testart concernant l’utilité des OGM: quel est l’intérêt des OGM pour les consommateurs? Si ce dernier répond avec emphase que les OGM permettent d’enrichir les multinationales agroalimentaires, je peux bien volontiers le dénoncer aussi. Je rappellerai néanmoins à Jacques Testart que si les mouvements écologistes ne s’opposaient pas si aveuglément aux OGM, des projets publics pourraient alors voir le jour – un paradoxe tout de même rarement admis par les pourfendeurs des OGM.

Bénéfices pour l’environnement

Les OGM de type RR (roundup ready, résistant au roundup) permettent à l’agriculteur de travailler beaucoup moins la terre, revendication souvent mise en avant par les écologistes: moins de travail de la terre, plus de respect de la nature. Ajoutons que les produits à base de glyphosate (roundup) sont connus pour être moins toxiques que d’autres pesticides. Les OGM Bt (produisant leurs propres insecticides) permettent de diminuer le nombre de traitements sur les champs et des études montrent aussi qu’ils permettent d’augmenter la biodiversité.

Bénéfices sociaux

De nombreuses recherches ont montré que les OGM Bt permettent une amélioration économique….de la petite paysannerie même à long terme. Sans les nombreux freins de la nébuleuse écologiste, les OGM de type riz doré seraient certainement déjà cultivés massivement, permettant un apport conséquent de vitamine A 1 aux populations qui en ont besoin.

Bénéfices pour l’agriculteur et donc…pour le consommateur

Les OGM RR sont très pratiques pour l’agriculteur. Cela facilite largement le travail de désherbage et le contrôle des mauvaises herbes. Le succès de ces semences, qui coûtent généralement un peu plus cher, ne pourrait s’expliquer si elles n’avaient aucune utilité pour l’agriculteur. Pas même la publicité ne pourrait garantir une telle augmentation du marché sur un si long terme. Vous allez me dire, quel rapport avec le consommateur? Le coût principalement! La production de masse – symbolisée par les OGM…selon les écologistes – a permis de démocratiser l’accès à une nourriture variée et abordable financièrement!

Bénéfices spécifiques au consommateur

Les OGM Bt sont connus pour être moins sensibles aux attaques de champignons produisant des mycotoxines, un danger réel pour le consommateur. Les OGM tolérants à la sécheresse qui vont être bientôt commercialisés présentent aussi cette caractéristique. Plus généralement, les OGM sont tellement contrôlés que les risques d’intoxications alimentaires sont certainement plus faibles qu’avec les produits conventionnels.

Un potentiel inestimable

Ces quelques points développés rapidement ne prennent même pas en compte toutes les possibilités, jusque-là théoriques, qui s’offrent à nous avec cette technologie. Supprimer les allergènes dans certains aliments est désormais à notre portée; développer des plantes enrichies en certains nutriments est possible; résister rapidement à des virus ravageurs est une réalité et a même, par le passé, sauvé certaines espèces; raccourcir des cycles de développement comme dans le cas des saumons permettant éventuellement de répondre à l’amenuisement des stocks de poissons 2; les possibilités qui nous sont offertes par les manipulations génétiques sont sans limites 3!

OGM? Avant tout une technique!

Évidemment chacun jugera ces arguments à l’aune de ses propres affinités politiques et sociales ainsi que de la confiance accordée à ces propos. Certains arguments apparaîtront plus pertinents que d’autres. Intérêt, pas d’intérêt, le véritable problème se pose en réalité autrement. Les OGM, c’est-à-dire les techniques de manipulations génétiques, sont avant tout un outil. Et comme tout outil, c’est la manière dont on s’en sert qui déterminera en fin de compte cette utilité.

Teach the controversy

You sound like creationists…

Related posts:

Notes:

  1. Je concède volontiers que, comme pour la faim dans le monde, d’autres solutions sont possibles, probablement plus coûteuses/moins envisageables dans ce système économique. Mais personne ne prétend que les solutions sont exclusives.
  2. Le problème est certes complexe mais, encore une fois, rejeter une solution par principe est une erreur.
  3. J’exagère peut-être un tout petit peu.

28 réflexions au sujet de « L’intérêt des OGM? Réponse ouverte à Jacques Testart »

  1. striby

    Super, à vous lire, on croirait un copié collé de la doctrine média des firmes ayant pris en otage le monde végétal (Monsanto, Bayer, BASF…) et une certaine frange du monde paysans, par extension.
    C’est pas très journalistique comme point de vue.

  2. sham Auteur de l’article

    Certains sociologues refusaient de passer à la télé parce qu’ils expliquaient que leurs idées étaient tellement à l’encontre de ce qu’il était dit régulièrement qu’il ne serait pas entendus. Je ne prétends par être de leur trempe, loin de là! et je peux aussi me tromper. Mais il est certain qu’un discours « pro OGM » n’est pas très à la mode, si ce n’est chez les bigs trusts comme vous dites. Pourtant, et je vous invite à y regarder de vous même, les recherches scientifiques vont largement dans le sens de ce que je dis. De plus, je me répète, l’utilité d’un outil dépend de qui et de comment il est utilisé, justement. Laisser ces outils dans les mains des grands groupes agricoles qui n’ont d’intérêt que leur profits immédiats est selon moi une erreur. Peut-être pouvons-nous être d’accord au moins sur ce point!

  3. KRESSMANN

    Je découvre votre blog et suis heureux de lire vos propos scientifiques et plein de bon sens sur cette question des OGM. La transgénèse est en effet un outil permettant de faire gagner du temps et de la précision à la recherche pour améliorer les variétés, action que fait l’homme avec des techniques moins performantes depuis très longtemps. Avec la transgenèse on peut faire aussi des fruits résistants à des virus ( Ex Papaye), cultiver des maïs ou des cotonniers résistants à des insectes ( Mais ou coton Bt), et donc économes en phytos, des pommes de terre résistantes au mildiou ( Si ceux-ci avaient existé en Irlande à une certaine époque, il y aurait eu une famine en moins), du riz doré pour les africains etc en déficit de vitamines etc…

  4. bob

    Petit commentaire technique pour le propriétaire des lieux: Est-il possible d’avoir un suivi courriel des billets que l’on commente (ou au pire un flux RSS des commentaires)?

  5. sham Auteur de l’article

    Bonjour Bob, malheureusement je n’ai pas le contrôle de la partie technique mais je vais voir ce que je peux faire.

  6. sham Auteur de l’article

    le flux RSS des commentaires est en place (voir colonne de droit sur la page d’accueil), je vais voir pour si le suivi sur article est possible.

  7. Pascal

    Utilité : c’est le mot préféré de J.TESTARD .
    Qui est il pour décider de ce qui est utile ou non pour ses contemporains?.
    Je me méfie toujours de ces personnes qui savent ce qui est bon ou non pour les autres ,c’est souvent des apprentis dictateurs.
    Quant au mot OGM , je préfère l’usage de transgénique ,plus précis .
    Nous sommes tous (tous les êtres vivants) sont des organismes génétiquement modifiés , sinon nous serions pas là pour le constater .

  8. pascal

    Je ne vois pas ce qui vous gêne qu’une entreprise « gagne » de l’argent , fasse des « profits » (houlala ! quel vilain mot ! )souvent péjoratif , et qui , lorsque on le prononce ,rime avec profiter , profiter des consommateurs (victimes bien sûr !) ou des salariés (exploités évidement ).
    Il y a aussi le terme « Multinationales  » , mon dieu ! méchantes entreprises étrangères qu’on connait pas les patrons cachés derrières des frontières !!
    Mais bon c’est dans l’air du temps ,il de bon ton de fustiger les méchants capitalistes ! , ce qui est d’ailleurs le fond de commerce réel des « écolos » anti-science et technophobe.

  9. sham Auteur de l’article

    Bonjour Pascal, le problème n’est effectivement pas dans le fait qu’une entreprise fasse des profits. Le problème principal réside dans l’accaparement de ce profit par une minorité d’actionnaire. Depuis une vingtaine d’année d’ailleurs, la part de redistribution des richesses entre les actionnaires et les salariés s’est considérablement déplacée en faveur des premiers.

  10. Ping : L’intérêt des OGM? Réponse ouverte à Jacques Testart | Sham and Science | Affaire Séralini | Scoop.it

  11. Pascal

    Pas en France en tout cas !
    Il faut aussi par taille d’entreprise aussi .
    Si vous ne compter que les valeurs du CAC ou les autres…
    Merci de citer vos sources parce que ce n’est aussi évident que ça !

  12. Ping : L’intérêt des OGM? Réponse ouverte à Jacques Testart | Sham and Science | Science, écologie et vulgarisation scientifique | Scoop.it

  13. sham Auteur de l’article

    Je pense que je me suis fait mal comprendre sur ma remarque concernant la politique. Si vous voulez discuter du problème politique posé par les OGM, il n’y a pas de problème évidemment pour en discuter. Là, nous sommes engagés dans une discussion qui est loin de l’article posté ici. Ce sera donc ma dernière réponse et j’espère que vous ne m’en voudrez pas pour cela. Merci de la référence de l’insee, néanmoins le dossier fait quasi 100 pages et il m’est difficile de tout lire pour trouver les infos adéquates. J’ai trouvé cette contribution assez longue de Fréféric Lordon mais qui a le mérite de poser le problème de manière clair: http://blog.mondediplo.net/2009-02-25-Le-paradoxe-de-la-part-salariale
    Je résume son introduction: la part salariale a augmenté jusqu’en 82, pour ensuite rediminuer jusqu’à aujourd’hui. L’auteur rappelle les difficultés d’un tel calcul, selon les hypothèses de départ, on peut avoir des effets plus ou moins sensibles mais il insiste sur la tendance générale qui se dessine. Il met aussi en perspective les analyses de l’INSEE. Je recommande particulièrement le paragraphe « Derrière la répartition, les structures « 

  14. jacques Testart

    Vous oubliez de dire que ma venue à la radio était à l’occasion d’un livre* dont le sujet est justement de dénoncer toutes les fadaises répandues par le bizness des PGM, et encore reprises ici. C’est désolant ce dialogue de sourd où on peut répéter pendant 20 ans les mêmes promesses, toujours irréalisées…et traiter ceux qui veulent restaurer la réalité de dictateurs!
    * A qui profitent les OGM? CNRS ed, janvier 2013, 4 euros

  15. Ping : L’intérêt des OGM? Réponse ouverte à Jacques TESTART | Sham and Science | Machines Pensantes | Scoop.it

  16. sham Auteur de l’article

    Bonjour Jacques, merci pour la précision concernant le livre, je ferai bien de le lire d’ailleurs! J’apprécie grandement quand vous parlez de « fadaises » cela montre votre ouverture d’esprit sur le sujet. Les OGM ne sont pas une solution miracle, certes, mais pour éviter un « dialogue de sourd », encore faudrait-il que la mouvance anti OGM admette les réels avancés que permet cette technologie.

    « il s’agit ici de déclencher une réaction émotionnelle de rejet qui réduirait à néant toute légitimité d’évaluation rationnelle. L’objectif n’est pas la protection des consommateurs, mais le développement d’un sentiment de terreur capable d’anesthésier la perspective d’acceptabilité progressive des OGM, quitte à occulter leurs bénéfices actuels et potentiels. » extraits de:
    http://www.lefigaro.fr/sciences/2013/01/25/01008-20130125ARTFIG00613-quand-une-etude-scientifique-vise-a-affoler-l-opinion.php

  17. AlainCo

     » le développement d’un sentiment de terreur capable d’anesthésier la perspective d’acceptabilité progressive ».

    C’est bien cela le travail de manipulation en cours. comme indiqué dans ce livre
    http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1982
    l’incompétence en science, se mélange avec un géni en gestion des la mediatisation, et technique de manipulation.

    ce schéma de blocage d’une technologie avant qu’elle ait le temps de séduire a gagné avec les gas des chistes et le OGM, se prépare avec le téléphone (même si la il y a du retard)…

    dans tout les cas on retrouve des études retirées, biaisées, mal comprises, a coté d’une pile de travaux sérieux complètement ignoré, et surtout d’un retour d’expérience…

    sur les OGM une bonne partie des animaux et des humains de la planette est alimentées aux OGM, sans problème spécifique… sachant que le Bio lui a des centaines de morts ou de sursitaires en attente de greffe, a son actif. et ce san la moindre surprise, car c’était prévu…

    oui le bio est dangereux, et les OGM non, et les raisons sont logiques, prévues…

    pour les téléphone le danger réel connu est celui des accidents de la route, et des troubles attentionels…

    quand a gasland c’est une fraude journalistique dont la scène principale fait passer pour anthropogenique, un gaz d’origine biogénique sans rapport…
    Ca n’empêche pas que ce soit une activité sensible, mais dans la vie tout est sensible, et quand on déconne, ca explose…

    il n’en reste pas moins que le vrai danger de cancer actuellement, outre la mauvaise étoile, c’est l’alcool, le tabac, la paresse, la bouffe trop riche, le bronzage.

  18. Ping : En vrac | Bob le silencieux

  19. Wackes Seppi

    J’ai le « livre ».

    C’est effectivement désolant ce dialogue de sourds dans lequel vous et vos amis annoncent depuis 20 ans les mêmes catastrophes, toujours irréalisées…et traitez ceux qui veulent contribuer au progrès de l’Homme d’accapareurs !

    Je trouve navrant que le CNRS ait pu publier un opuscule bourré d’autant de sophismes et de contre-vérités, beaucoup navrants et indignes d’un scientifique.

    Vous tolérerez bien ce langage brutal, vous qui ne vous êtes pas abstenu d’utiliser un langage dénigrant dans votre oeuvre, qualifiant par exemple les spécialiste de la transgénèse de mécaniciens du vivant ou de nouveaux sorciers ; ou de comparer les critiques du travail de votre copain Séralini à des « experts ulcérés comme par des commentateurs ignorants ».

    Il est vrai que vous tenez les chercheurs qui ne sont pas de votre religion en très haute estime : « C’est l’hyperspécialisation des chercheurs qui est ici en cause : un généticien moléculaire est incapable d’apprécier les phénomènes liés à l’environnement et encore moins à l’économie rurale ou à la culture paysanne… » (les points de suspension – de condescendance et de mépris – sont de vous).
    Ou encore : « [le lobby pro-OGM (je suppose que j'ai bien interprété votre « eux-là »)] ne compren[d] rien à ce qu’est le travail paysan qui commence par produire sa propre semences et non par acquérir très cher des « chimères génétiques brevetées » [...] » (avec une référence à J.P. Berlan).

    Vous, au contraire, vous savez ! Vous comprenez ! Vous devriez expliquer, si ce qu’a écrit le maître des lieux n’est que fadaises, pourquoi les PGM étaient cultivées sur quelque 160 millions d’hectares en 2011, par quelque 16,6 millions d’agriculteurs.

  20. jmdesp

    Le problème c’est que Lordon prend pour référence une période où l’économie française s’est enfoncé de plus en plus dans la crise, au fur et à mesure que la part des salariés augmentait. En fait, c’est surtout la part des salariés qui reculait moins vite que celle des entreprises, mais les 2 reculaient. Si au total, les salariés en profitent plus, il n’y a pas à chercher à restreindre la part des entreprises.
    Je n’affirme pas que c’est universellement vrai, aux US récemment la part de la richesse redistribuée aux plus riches a augmenté sans que les plus pauvres en aient leur part.

  21. Ravingscientist

    « dans tout les cas on retrouve des études retirées, biaisées, mal comprises, a coté d’une pile de travaux sérieux complètement ignoré, et surtout d’un retour d’expérience… ». Ce phénomène est très bien décrit dans « Les marchands de doutes ». En gros, les affirmations sensationnelles sont publiées par les médias beaucoup plus facilement que la somme de travail qui fait le socle du savoir scientifique sur un sujet donné. À celà s’ajoute une ignorance patente de la part des journalistes (et un oubli, ou un mépris, dans le cas de certains comme Testard, Montagnier, Allègre…) du processus de production de connaissances scientifiques. Et pourtant, une telle connaissance remettrait Séralini, Allègre et autres à leur place au sein de ce processus ; et permettrait, accessoirement, un débat plus sain sur ces questions.

    Évidemment, les Benjamin Soulis, Sophie Caillat et Le Nouvel Obs continueront leur entreprise d’abrutissement du public, mais on peut espérer que leur impact en serait réduit…

  22. AlainCo

    Bien noté ce phénomène, mais il faut noter que sur ce thème, les deux camps on joué d’études mal ficelées, d’exaggeration aujourd’hui avouées, quit on décrédibilisé le domaine et laissé des acteurs encore moins sérieux acquérir un aura de lanceur d’alerte.

    Actuellement, et c’est admis cettye science jeune et très financées a été obbligée d’exaggérer pour atteindre ses fins… le cout est important.
    Là on vois des tentatives d’atterrir en nettoyant les exaggerations, mais le mal est fait, pour ceux qui comme vous sur d’autres sujets, suivent le détails des histoire, la confiance est perdue.

    Les théories de Science Post-normale, d’inversion de la charge de la preuve, ne me semble pas si différente de ce que vous critiquez.

    la Peur et le doute sont des outils puissant pour convaincre et donc se financer.

    Je nj’ai simplement pa strouvé de bonne méthode pour trouver qui a raison dans une controverses, sauf a s’y plonger.
    la puissance médiatique ou académique, n’a jamais rien prouvé, et du Maser au vol humain, seuls les faits comptent.

  23. blaklato

    Bonjour,

    Désolé de répondre si tard, mais cet article me parait assez représentatif d’une dérive idéologique sous couvert de scientificité. Avant toute chose, je dois signaler que j’ai un bref temps partie du cercle zététique du Languedoc-Rousillon et que je ne trouve rien à redire aux articles expliquant les exigences minimales en matière de science et démontant les différents travers (biais et compagnie) des charlatans de tout poil.
    Ceci étant, cet article est très problématique : les différents arguments pro-OGM invoqués ne sont que des extrapolations, des hypothèses, des supputations, etc, certes plausibles mais qu’in fine aucune donnée ne vient étayer. Certains des arguments sont hautement hypothétiques, irréfutables de par leur nature même et pour tout dire très éloignés de l’humilité dont devrait faire preuve tout scientifique … A mon sens, on est ici en présence d’un biais assez sournois, une variante de l’argument d’autorité : le blog ne cesse de répéter ce qu’est la science et ce qu’elle n’est pas, et ce faisait se pose lui-même implicitement comme référence ce de qui est scientifique ou pas. Dans cet article il embraye sur des considérations assez aventurées sur les avantages des OGM, faisant comme si les arguments exposés souscrivaient eux-même aux exigences de la « vraie » science. Ce qui n’est pas le cas. Pour dire les choses crûment il fait passer une idéologie (le développement techno-industriel, c’est bien) comme étant une conséquence logique de la méthode scientifique.
    Entendons-nous bien : les arguments exposés dans l’article sont pertinents ou au moins méritent qu’on s’y arrête (et a vrai dire en matière d’OGM ma religion n’est pas faite). Je remarque simplement qu’on est ici dans une version à peine actualisée du scientisme du XIXème siècle avec comme corolaire la touchante naïveté des scientifiques sûrs de leur bon droit. Travers qu’on retrouve dans le bouquin de Sokal et Bricmont (les premiers chapitres sont imparables, la suite plus hasardeuse). Et dans le genre, le blog « imposteurs » est une vraie caricature de scientisme bas du front mâtiné d’un ultra-libéralisme qui semble ignorer que les rouges ne commandent plus à Moscou et dont l’hystérie anti-anti-OGM devient contre-productive parce que franchement suspecte.
    Là où je veux en venir, c’est qu’il faut REELEMENT en revenir à cette humilité de la science et qu’à force de dérives idéologiques de plus en plus voyantes, on ouvre des boulevards aux charlatans et escrocs de tout poil (après tout si les rédacteurs de « Imposteurs » partent dans des délires idéologiques difficilement niables et stratosphériques – sans compter l’usage systématique de l’injure, je vois mal ce qu’on reprocher à un Séralini en matière d’éthique – scientifique ou non) …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>