Du vide stratégique

Pionnier de l’intelligence économique, Philippe Baumard ne nous avait pas gratifié depuis (trop) longtemps d’un essai innovant comme il les aime. Voilà qui est réparé et le lecteur ne sera pas déçu. Avec le vide stratégique, le brillant Professeur des universités (Stanford, Ecole Polytechnique) plonge aux racines de la stratégie pour étayer une thèse malheureusement aussi juste que dramatique : « Produit d’une lente construction qui, depuis la Guerre froide, a remplacé l’art de la stratégie par celui de la seule tactique, le vide stratégique est aujourd’hui la conséquence d’une information surabondante, d’un culte exagéré du calcul, de la dictature de l’immédiat. Il crée des situations où les modèles, comme les idéologies, se révèlent incapables d’expliquer, de comprendre et de prédire ce qui survient. »

Bien écrit, l’ouvrage débute par une analyse de la naissance et du déclin de la « grande stratégie. Puis Philippe Baumard nous propose une plongée en vide stratégique sans concession qu’il éclaire ensuite par la dissection de la mécanique du vide. Enfin, dans une dernière partie intitulée « Mauvais temps stratégique », il ouvre des voies pour sortir de l’impasse. Dans sa Préface, Alain Bauer confie « J’aurais bien voulu écrire ce livre ». Et on le comprend.

A écouter : l’intervention de Philippe Baumard sur RFI

Questions de futur. Toujours chez CNRS Editions, Philippe Baumard nous fait profiter des réflexions du Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégiques dont il dirige le conseil scientifique. 108 experts et décideurs français ont échangé sur la durée leurs idées et expériences, une méthode qui n’est pas sans rappeler celle du défunt Commissariat Général du Plan initiateur de la dynamique française d’intelligence économique. Le rapport comprend neuf chapitres de grande qualité sur des sujets aussi divers que la défense nationale et les politiques militaires, les risques et atouts sociétaux et sociaux, les migrations, les menaces contemporaines et les technologies de l’information, les nouvelles criminalités, le développement durable, la gestion des catastrophes et des crises, les régulations économiques financières, la compétitivité et le développement technologique…

Un ouvrage complémentaire du premier. Un rapport de plus ? Ne le souhaitons pas car ce texte pose les questions auxquelles la France doit impérativement répondre sous peine d’être déclassée. L’heure n’est plus à l’aveuglement !

Related posts:

2 commentaires sur “Du vide stratégique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *