Economies d’envergure

Les économies d’envergure (ou de champ) sont des réductions de coûts résultant de la mise en œuvre conjointe d’activités
distinctes qui possèdent certains points communs
. On peut les résumer ainsi :

c(x,y) < c(x) + c(y)

la production conjointe de deux biens x et y (plus généralement n biens) est moins coûteuse que leur production séparée.

Ces économies d’envergure s’expliquent notamment par le fait que les deux produits utilisent les mêmes équipements productifs, plus généralement les mêmes ressources
imparfaitement divisibles, qu’ils peuvent bénéficier d’une activité de R&D commune ou encore d’une marque commune.

Joli illustration en ce moment avec Carrefour, qui passe
d’une stratégie multi-enseigne (Carrefour, Champion, Shopi, Proxi, 8 à 8, Ed)  à une stratégie centrée sur la marque Carrefour, ce qui permettra de ne developper qu’une marque distributeur,
qu’une carte de fidélité commune, et de ne pas multiplier les campagnes de publicité, notamment à la télévision.
Cette stratégie, déjà mise en oeuvre en
Espagne, aurait permis de faire progresser les
ventes de 30%
.

Related posts:

5 commentaires sur “Economies d’envergure

  1. Je comprends bien que l’économie d’envergure réduise les coûts de production, de publicité, etc. et qu’il y ait donc une augmentation des bénéfices pour le groupe Carrefour. Mais pourquoi cela entraînerait-il, en plus,  une augmentation des ventes de 30 % ?

  2. @ Bertaga : la baisse des coûts permet à l’entreprise de gagner en … compétitivité coût. La mutualisation des dépenses de marketing (qui sont des coûts fixes) permet aussi de gagner en efficacité, donc d’attirer plus de clients. etc…

  3. BonjourUne petite remarque: les economies d’envergure ne garantissent nullement une amelioration de  l’efficacite de l’enseigne mesuree par ex. par le  chiffre d’affaire par metre carre.  Dans la pratique, ce sont les  changements de concept (meilleure organisation des surfaces, plus ou moins de non-alimentaire, plus de marques en propre…) qui assurent une augmentation du traffic et in fine du panier moyen du client. La fusion des enseignes dans le cas de Carrefour permettra surement de degager des economies qui financeront les changement mentionnes plus hauts ainsi que les possibles baisse de prix que le groupe pourrait etre amene a effectuer sur un certains nombres de produits. Dans la realite, les fusions d’enseignes sont dangereuses et l’histoire est cruelle en la matiere, n’importe quel groupe de distribution vous le confirmera.

  4. Je  me réjouis que Carrefour dépense moins, et donc pollue moins,  la simplicité (trivialité même) de l’idée me laisse perplexe, cependant. Si c’était si simple pourquoi ne l’ont ils pas fait auparavant?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *