11 Bibliographie : L’Angleterre au XVIIe siècle et la ‘Glorieuse Révolution’

11 Bibliographie : L’Angleterre au XVIIe siècle et la ‘Glorieuse Révolution’

Le catalogue d’ouvrages en anglais du Fonds Dubois peut être consulté ici : Fonds Dubois: ouvrages en langue anglaise, traduits de l’anglais ou publiés en Grande-Bretagne [PDF – 439 Ko]

 

En français :

COTTRET, Bernard, La Glorieuse Révolution d’Angleterre, 1688, Paris, Gallimard/Julliard, Collection Archives, 1988, Collection Folio, 2013.

MARX, Roland, L’Angleterre des Révolutions, Paris, Colin, 1971.

POUSSOU, Jean-Pierre, Les Iles Britanniques, les Provinces-Unies, la guerre et la paix au XVIIe siècle, Paris, Economica, 1991.

Ouvrages en langue anglaise :

*Ouvrages faisant partie de l’acquisition MIMMOC Région Poitou-Charentes 2013 dans le cadre d’un Appel à financement documentation.

ALEXANDER, J. M.,  MACLEOD C., Politics, transgression and representation at the Court of Charles II, New Haven, Yale, 2007   FM 23994

*Atlas of British Social and Economic History Since C.1700 Rex Pope F 311217

*ATACK, J., NEAL, L., The Origins and Development of Financial Markets and Institutions: From the Seventeenth Century to the Present Cambridge, CUP, 2009 F311381

*BLISS, R.Restoration England: Politics and Government 1660-1688, London, Methuen, 1982. FB 198371

CLARKE, George, The Later Stuarts 1660-1714, Oxford, Clarendon, 1956 (1st ed. 1934).

CLAY, C.G.A. Economic expansion and social change: ENGLAND 1500-1700, 2 vols. Cambridge, C.U.P., 1984.

COWARD, Barry, (Dir.), A Companion to Stuart Britain, Oxford, The Historical Association, Blackwell, 2003.

*DE KREY, Gary S. Restoration and Revolution in Britain: A Political History of the Era of Charles II and the Glorious Revolution, London, Palgrave, 2007.

DE RICCI, Seymour English Collectors of Books and Manuscripts, Cambridge, CUP, 1960.

DUNN, Mary Maples, William Penn, Politics and Conscience, Princeton, Princeton University Library, 1967.

*FINKELSTEIN, Andrea, Harmony & Balance, an intellectual history of seventeenth-century English economic thought, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2000. F 311362

*GRASSBY, Richard, The Business Community of Seventeenth-Century England, Cambridge, C.U.P., 1995.

HALEY, K.H.D., An English Diplomat in the Low Countries, Sir William Temple and John de Witt, 1665-1672, Oxford, Clarendon, 1986.

*HAMILTON, D. B., STRIER, R., Religion, Literature, and Politics in Post-Reformation England, 1540-1688, Cambridge, CUP, 1996 F 311271

*HARRIS, Tim, Restoration: Charles II and His Kingdoms, 1660-1685, London, Penguin, 2006, F 311244

HOPES, Jeffrey, « Daniel Defoe and the affairs of France », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 09 décembre 2014. http://episteme.revues.org/304.

*HOUSTON, A., PINCUS, S., A Nation Transformed: England After the Restoration, Cambridge, CUP, 2001.

HUGHES, Ann, Seventeenth-century England: A Changing Culture, vol.1. Primary Sources, London, Open University, Ward Lock Educational, 1980.

HUTCHINSON, Ross, Locke in France 1688-1734, Oxford, Voltaire Foundation, 1991.

ISRAEL, Jonathan I., Dutch Primacy in World Trade, 1585-1740, Oxford, Clarendon, 1989.

JONES, J.R., Liberty secured? Britain before & after 1688, Stanford, Stanford UP., 1992. F 173477

LOCKE, John, An Essay Concerning Toleration and other Writings on Law and Politics, 1887-1893, (Edited J. R. Milton, P. Milton), Oxford, Clarendon, 2006.    F 151143

LOCKE, John, Locke on Money, ed. P.H. Kelly, Oxford, Clarendon, 1991. S 99391-1, S 99391-2.

MIGRENNE, Jean, « Daniel Defoe. L’anglais de race pure, Traduction de The True-Born Englishman, A Poem », Temporel, revue artistique et littéraire, no. 18, sept. 2014. http://temporel.fr/Daniel-Defoe-Traduction-et.

*PINCUS, Steven, England’s Glorious Revolution, 1688-1689, Bedford, St Martin’s, Boston & New York, 2006.  F 311243

PINCUS, Steve, “La révolution anglaise de 1688: économie politique et transformation radicale”, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 58, 1, 2011, pp. 7-52.

RAYMOND, Joad, Pamphlets and Pamphleteering in Early Modern Britain, Cambridge, CUP, 2003.

RICHETTI, John, The Life of Daniel Defoe: A Critical Biography, London, Wiley, 2015.

*ROSE, Jacqueline, Godly Kingship in Restoration England: The Politics of the Royal Supremacy, 1660-1688, Cambridge, CUP, 2011 F 311222

ROTHBARD, Murray M., Economic Thought before Adam Smith. An Austrian Perspective on the History of Economic Thought, vol.1, London, Edward Elgar, (Ludwig von Mises Institute), 1995.

SCOTT, J., England’s Troubles, Seventeenth-Century Political Instability in European Context, Cambridge, CUP, 2000.

*SHARPE, K., Remapping Early Modern England: The Culture of Seventeenth-Century Politics, Cambridge, CUP, 2000. F 311366

*SOUTHCOMBE, G., TAPSELL, G., Restoration Politics, Religion, and Culture: Britain and Ireland, 1660-1714, Basingstoke, Palgrave, 2010.   F 311225

SPIEGEL H.W., The growth of economic thought, Prentice Hall, 1971     L 4337

SWEDENBURG, H.T. England in the Restoration and early eighteenth-century: essays on culture and society, Berkeley, UCLA Press, 1972. R 235025-2

Ouvrages disponibles à la MSHS (Fonds MIMMOC):

BLACK, Jeremy, Eighteenth-Century Britain, 1688-1783, Basingstoke, Palgrave, 2001. 941.07 BLA

CRAGG, Gerald R. The Church and the Age of Reason, 1648-1789, Harmondsworth, Penguin, 1960. 270.7 CRA

GREGORY, Jeremy, STEVENSON, John, Britain in the Eighteenth Century, 1688-1820, London, Longman, 2000. 941.07 GRE

JONES, J.R., Britain and Europe in the Seventeenth Century, London, Arnold, 1966. 942.06 JON

PINCUS, Steven, 1688, The First Modern Revolution, New Haven, Yale University Press, 2009. 941.067 PIN

PINCUS, Steven, England’s Glorious Revolution, 1688-1689, Bedford, St Martin’s, Boston & New York, 2006. 941.067 PIN

10 Les Pays bas – le modèle maudit? L’Angleterre au XVIIe siècle

10 Les Pays bas – le modèle maudit ? (exposition virtuelle « La glorieuse révolution d’Angleterre 1688 » dans le Fonds Dubois)

(Les côtes d’ouvrages FD et autres sont les références du Fonds Dubois)

Si la Hollande est un exemple de tolérance – Locke y avait trouvé refuge et inspiration pour son Traité -, les Provinces-Unies sont également un exemple de gouvernement efficace, mais aussi un rival commercial de taille. On s’étonne que l’Angleterre possède de nombreux avantages naturels et prédit une révolution industrielle et la domination du globe, mais qu’elle soit néanmoins toujours inférieure à la Hollande dans le domaine du commerce. [FD2258  vol.2] Si la France a l’avantage des richesses naturelles – y compris sa population – la Hollande a l’avantage du savoir-faire, ce qui rend ce petit pays aussi puissant que les grands (Angleterre et France). [FD 2303]  Les traités publiés autour de 1670 cherchent à comprendre comment les hollandais ont fait dominer leur emprise commerciale. [FD 2276] comment sans les avantages d’une économie domestique aussi florissante que l’Angleterre, ils « dépassent les anglais en maintes choses ». [FD 2269]

La concurrence hollandaise en matière de transport maritime fut l’objet principal des lois de navigation anglaises de 1651, 1660, 1663, 1670 et  1673. Les lois anglais qui interdisent, entre autres, aux hollandais de transporter des produits anglais, ou à destination de l’Angleterre, n’ont pas empêché les Pays-bas de prospérer. Le zénith de la domination hollandaise du commerce maritime se situe en 1672 (Israel, 1989). Les auteurs sont envieux de ce rival exemplaire. On prend exemple sur leurs manufactures de lin, où les nécessiteux sont mis à l’œuvre. Les hollandais gèrent leur commerce de façon exemplaire, l’ont libéré des contraintes, ce qui semblait avoir contribué à la prospérité générale du pays.

La cause fondamentale des guerres anglo-hollandaises (1652-4, 1665-7) « pour obtenir les faveurs d’une maîtresse appelée Commerce » [FD 2255] fait donc acquérir aux anglais des possessions hollandaises en Amérique du nord, notamment l’acquisition de la Nouvelle Amsterdam en 1664, rebaptisé New York, en l’honneur du frère du roi Charles II.

« Nieuw Amsterdam op t eylant Manhattans. » [Nouvelle Amsterdam et l’île de Manhattan] Scale: ca. 1:3,300,000 Nicolaes Visscher : Novi Belgii Novæque Angliæ: nec non partis Virginiæ tabula multis in locis emendata / per Nicolaum Visscher nunc apud Petr. Schenk Iun. (1685) (Bibliothèque du Congrès) Libre de droits.

 

 

8 Les conditions sociales en Angleterre au 17e siècle : pauvreté, éducation

8 Les conditions sociales en Angleterre au 17e siècle :  La pauvreté et l’éducation

(exposition virtuelle « La glorieuse révolution d’Angleterre, 1688 » dans le Fonds Dubois)

Si la présence de pauvres et de vagabonds étaient visible, les causes de la pauvreté – le coût élevé des denrées (1693-1698), l’infirmité ou la malchance, le manque de travail, l’appel des villes et centres de manufacture – étaient peu reconnues.

L’oisiveté des pauvres, résultat de leur condition, était jugée cause de leur malchance.

« Il y a deux sortes de pauvres » : ceux qui étaient prêts à travailler, ceux qui préféraient faire la manche, conclut Sir Francis Brewster  New essays on trade, (1ère édition 1695) daté 1702. [FD 1961]

Depuis les Tudor, les paroisses – unité d’administration civile – devaient secourir les malheureux, financé par un impôt local. Dans certaines villes des œuvres charitables financées par des dons leur sont destinées. [FD 1049] et l’on autorisa la construction d’hôpitaux et et de « maisons de travail » pour employer et entretenir les pauvres de la ville.  [FD 1049]  [FD 1049]

À Bristol, le marchand [d’esclaves] et philanthrope, Sir Edward Colson (1636-1721), mercier et membre de la Royal Africa Company, Tory et Anglican convaincu, fit bâtir des maisons d’aumône (Almshouses), [FD 384]

 

 

Some proposals for the imployment of the poor / Thomas Firmin.- Londres : J. Grover, 1681 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FD 2300)

 

 

Les propositions pour des « maisons de travail », qui corrigeraient l’oisiveté, et ses conséquences déshonorables, le vagabondage et la mendiance, leur fournirait un travail qui bénéficierait la nation, sont  nombreuses à la fin du 17e siècle. [FD 2247] [FD 2330] [FD 2248]

Sir Matthew HALE (1609-1676), Président de la Haute-Cour de Justice, associe la prospérité du pays, le commerce de la laine, la rivalité commerciale avec la France et la Hollande, à sa proposition pour de telles institutions.  [FD 2288]

Peu vont jusqu’à proposer un système d’assurance – tel celui en place contre le feu, ou la perte des biens et des navires [Lloyds] – contre la pauvreté causée par la maladie, la mort d’un membre de la famille. [FD 345]

L’éducation

Former et fournir des travailleurs qui aideraient à relever l’industrie domestique dans ces maisons de travail, mais aussi en général, devient ainsi une préoccupation. [FD 2302] Des considérations sur l’éducation fleurissent dans ces ouvrages destinés à trouver des remèdes aux maux du pays : collège industriel, [FD 2283], académies [FD 345], instruction des femmes.  [FD 2283]

Certains ouvrages contiennent de véritables traités sur l’éducation des enfants, [FD 2283 ]  ou encore sur la nécessité de bien rémunérer les maîtres d’école. [FD 2305].

Mais le plus influent fut Locke, dont pensées sur l’éducation, publiées en 1693 [Jm 31-3] bien que destinées à une famille aristocrate, furent largement diffusées. Locke préconise une éducation pratique, ancrée dans les sciences et les techniques, dans sa langue maternelle (et non le latin) où apprendre serait un plaisir pour l’enfant. Les enfants des pauvres pourraient être scolarisés dans des écoles paroissiales où ils apprendraient l’éthique du travailOn the Poor Law and Working Schools » (1697).

La condition féminine

S’il vaut mieux traiter les enfants, tout en les préparant à une dure vie de labeur, il est  également proposé de mieux traiter les femmes. [FD 2300]

Au lieu de les condamner pour sorcellerie, ou de les maltraiter, les hommes devraient être jugés s’ils battaient leur femme. [FD 2302]

Elles devaient pouvoir bénéficier de soins au moment de leur  « travail » d’enfantement, et, on proposa même un ordre laïc d’enseignantes (vierges) qui se consacreraient à l’éducation pour le bien de tous.  [FD 2293]


 

1 Les îles britanniques du 17e siècle dans le Fonds Dubois

  1. Les îles britanniques du 17e siècle dans le Fonds Dubois (exposition virtuelle « La Glorieuse Révolution d’Angleterre 1688« )

Les ouvrages en langue anglaise datant du 17e siècle dans le Fonds Dubois sont d’une grande qualité. Quelques ouvrages d’économie et de philosophie politique, et non des moindres, datant de la guerre civile et de la Républque, ou avant –  Malynes, Misselden, Mun, Maddison, Bettel, Slingsby, Harrington –, mais la plupart datent des années de la Restoration et de la ‘Révolution glorieuse’, voir des toutes dernières années du siècle et du début du 18e siècle. Cela tient à la thématique de la collection autant que de la publication croissante de pamphlets en cette fin de siècle. La plupart des auteurs d’ouvrages sur les questions des richesses du pays et des libertés de ses sujets sont représentés dans ces rayons : Chamberleyne, Davenant, Child, Cary, Coke, Defoe, Locke, Petty, Sheridan, Temple, Yarranton. Par un curieux hasard, celui qui recruta Defoe comme pamphlétier. Sir Robert Harley, Conte d’Oxford, (1661-1724), fut lui-même mécène et bibliophile. Sa collection de manuscrits et documents médiévaux (Harley Collection, est un des fleurons de la British Library <>.

Un autre ouvrage exemplifie les provenances possibles de volumes dans le Fonds Dubois. Le volume 1 des deux volumes de England’s improvement by sea and land par Andrew Yarranton, publiés en 1677-1698, contient quatre indices :

-la marque sur le dos de la reliure (la couronne d’un marquis au-dessus d’un S) (A comparer avec les exemples à l’Université de Toronto);

-l’ex-libris du marquis de Shelburne (les armoiries et la devise) ;

-l’ex-libris de Charles Butler ;

-l’étiquette des bouquinistes Kashnor, du Museum Bookstore.

William Fitzmaurice Petty, comte Shelburne, marquis de Lansdowne (1737-1805), avait été en charge du gouvernement britannique en 1783 (son arrière-petit-fils fut Gouverneur-Général du Canada un siècle plus tard, puis Vice-roi de l’Inde, Ministre de la Guerre, et Ministre des Affaires étrangères). Sa bibliothèque fut dispersée après sa mort – les manuscrits à la British Library, les ouvrages par la maison de ventes Leigh et Sotheby, le 14 avril 1806 (un exemplaire du Catalogue de la vente fut vendu à Drouot en 2010 – Collection de Charles Lucas : Bibliotheca Lansdowniana. A Catalogue of the Entire Library of the Late Most Noble William Marquis of Lansdowne, Londres, Leigh et Sotheby, 6 janvier 1806, 4 parties en un volume in-8).

Charles Butler, 1821 – 1910, l’un des directeurs de la Royal Insurance Company (fondée à Liverpool en 1845), ayant fait fortune devint un collectionneur d’art (il figure parmi les collectionneurs et artistes dépeints dans Private View of the Old Masters Exhibition, Royal Academy, 1888, de Henry Jamyn Brooks, 1889. Voir le descriptif des figurants sur le site de la National Portrait Gallery et les informations données lors de l’acquisition récente d’un portrait de l’école hollandaise provenant de la collection Butler). Antiquaire, numismate et bibliophile – parmi ses livres, une 1ère édition de Don Quixote en anglais (City University New York Special Collections), il a dû acquérir l’ouvrage plus tard. Sa bibliothèque a été vendue par Sotheby en mai 1911.

Il est vraisemblable que Léon Kashnor, bouquiniste, et fournisseur d’Auguste Dubois, y ait acquis un certain nombre d’ouvrages, pour les mettre en vente dans ses catalogues thématisés d’ouvrages anciens – les cartouches d’auteurs et les objets de production sur la page de couverture du catalogue illustrent ses spécialités. Le professeur Dubois n’avait plus qu’à y faire son choix.

Les thèmes abordés sont ceux choisis par le Professeur Auguste Dubois, titulaire de la chaire des doctrines économiques à l’Université de Poitiers, et proposés par le bouquiniste londonien spécialisé en histoire économique auprès de qui il se fournissait, Léon Kashnor. Parmi ces thèmes pour le dix-septième siècle on retrouve la monnaie et sa rareté, les impôts, la balance des paiements, le crédit, la toute jeune Banque d’Angleterre, le commerce, les manufactures – notamment les lainages -, la population, l’emploi, la pauvreté, les compagnies des Indes, du Levant et d’Afrique, l’agriculture, la douane, l’Irlande – qui faisait partie des possessions anglaises, des Royaumes d’Angleterre et d’Ecosse, mais aussi la France et les Pays-Bas – principaux pays à la fois alliés politiques et rivaux commerciaux.

A travers ces ouvrages, on peut retracer à la fois l’évolution économique du pays – l’essor du crédit, les discussions sur l’intégration des marchés – en 1707 l’Union des deux royaumes fut actée – alors que le marché irlandais restait subordonné à celui de l’Angleterre (voir à ce propos l’exposition virtuel : http://etat-irlande.edel.univ-poitiers.fr/exposition/lirlande-dans-le-fonds-dubois/], la puissance maritime grandissante, la révolution commerciale, la division du travail, mais encore les mœurs et coutumes de l’époque en matière d’emploi, d’éducation, de la condition des femmes, et des modes de vie. Les ouvrages du Fonds Dubois présentés ici éclairent l’arrière-plan économique et sociale du changement de régime en 1688 appelé “Révolution glorieuse” par ses partisans et montre des facettes des révolutions diverses que les historiens (Pincus, Black, Harris) associent à ce titre univoque : politique, économique, politique étrangère, dans le pouvoir de l’Eglise établie.

La Glorieuse Révolution d’Angleterre, exposition virtuelle 2017

Savez-vous :

Pourquoi « Madame se meurt » (Bossuet) ;

De quoi Robinson Crusoe est l’archetype ;

Ce qui était projeté à Stratford-upon-Avon en 1677 ;

Où se situent New Harlem et New Brunswick ;

La/les langue-s que parlait le philosophe John Locke ;

La boisson favorite des anglais à la fin du 17e siècle ;

Les devenir des Huguenots après l’Edit de Nantes ;

La réputation des pirates des Caraïbes ?

 

L’exposition d’ouvrages anciens « La Glorieuse Révolution d’Angleterre », 14 février au 1er avril 2017, répondra à ces questions et à d’autres.

Hall de la Bibliothèque Droit-Lettres, Campus, Université de Poitiers.

Suivre les liens pour ouvrir chaque page:

1.Les îles britanniques du 17e siècle dans le Fonds Dubois

2.La crise politique : le parlement, le Roi, la religion

3.Libertés et droits

4.John Locke 1632-1701

5.L’économie, Le crédit, la monnaie, la Banque d’Angleterre, Les manufactures

6.Daniel Defoe 1660-1731 et Le commerce

7.Les compagnies marchandes anglaises et Sir Josiah Child 1630-1699

8.Les conditions sociales en Angleterre au 17e siècle :La pauvreté et L’éducation

9.La France – l’ennemi ami

10.Les Pays bas – le modèle maudit?

11.Bibliographie

Le catalogue d’ouvrages en anglais du Fonds Dubois peut être consulté ici : Fonds Dubois: ouvrages en langue anglaise, traduits de l’anglais ou publiés en Grande-Bretagne [PDF – 439 Ko]

Colloque international, octobre 2018, MSHS Poitiers, « Terres lointaines : compagnies, commerces, colonies (XVIIe-XVIIIe) »

« Terres lointaines : compagnies, commerces, colonies (XVIIe-XVIIIe) », Université de Poitiers (France), 10-12 octobre 2018

The Matthew, Bristol Dock (Photo : S. Finding)

Colloque international organisé par Elodie Peyrol-Kleiber (Université de Poitiers), Susan Finding (Université de Poitiers) et Bertrand Van Ruymbeke (Université Paris 8 et IUF)

Please scroll down for English version

Extrait d’illustration de England’s improvement by sea and land / Andrew Yarranton — Londres : R. Everingham, T. Parkhurst et N. Simmons, 1677-1698 Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FD 22551

La complexité des acquisitions territoriales par l’Angleterre puis la Grande-Bretagne conduit l’historien des XVIIe et XVIIIe siècles à prendre en compte un vaste ensemble géographique. D’apparence morcelé, cet espace territorial et maritime  est néanmoins relié à la métropole par de multiples réseaux commerciaux et par conséquent humains. Ces terres lointaines restent ainsi proches et dépendantes de l’Angleterre puis de la Grande-Bretagne et en retour certains aspects du modèle anglais sont exportés dans les colonies.

Qu’il s’agisse des colonies nord-américaines, des Antilles anglaises, de l’Inde, de l’Afrique de l’Ouest ou de l’Indonésie, nombre de ces réseaux furent initiés par des compagnies marchandes, véritables instigatrices de la cohésion commerciale de l’empire. Etaient-elles cependant de réelles représentantes de l’Angleterre ? Dans quelle mesure étaient-elles liées à la colonisation ? En quoi participaient-elles au développement de ce premier  « empire » ?

Le Fonds Dubois, conservé à la bibliothèque universitaire de Poitiers, se veut le reflet d’un tel questionnement, plus particulièrement à travers le spectre d’économistes politiques incontournables tels que John Locke, Edmund Burke, Charles Davenant, Jonathan Swift, Daniel Defoe et de nombreux autres. Ces derniers s’attachèrent toujours à déterminer la place de l’empire et les bénéfices que cet empire grandissant apporterait ou avait apporté au royaume mais aussi à sa population. Des problématiques telles que l’utilité de la South Sea Company et de l’asiento dans les colonies du sud de l’Amérique et au Pacifique ou encore le questionnement qui précéda l’indépendance des Treize Colonies américaines sont présentes dans les ouvrages du Fonds Dubois.

C’est dans cette perspective que nous souhaitons explorer le phénomène de la colonisation et de la construction impériale à la lumière des trois  termes de compagnies,  de commerces et de colonies, au pluriel afin de refléter la diversité de « l’empire anglo-britannique  » aux XVIIe et XVIIIe siècles et d’en identifier les différentes interactions, qu’elles fussent commerciales bien entendu, humaines, institutionnelles  ou encore politiques. Quels rôles ont joué ces compagnies et comment cet « empire » s’est-il servi d’elles pour asseoir sa dominance sur des contrées le plus souvent lointaines ? Le commerce était-il le but premier de ces compagnies ou des stratégies politiques sous-tendaient-elles leur création et développement ?

Conférenciers confirmés : Trevor Burnard (Melbourne University) et Lou Roper (State University of New York at New Paltz)

Le programme sera diffuse prochainement.

“Terres Lointaines: companies, commerce and colonies (17th-18th centuries)”

The complexity of the territorial acquisitions of England and then Great-Britain led historians of the 17 and 18 c. to take into account a vast geographical ensemble. With a fragmented appearance, this territorial and maritime space was nevertheless linked with the metropole thanks to multiple trading networks and as a consequence, human networks. Those far-off lands thus remained close to and dependent on England then Great-Britain and in return, some aspects of the English model were exported to the colonies.

Be it North-American colonies, English West Indies, India, Latin America, Africa or Indonesia, many of those networks were initiated by trading companies, true instigators of the commercial cohesion of the empires. Yet, were they true representatives of Great Britain and the other empires? To what extent were they linked to colonisation? How did they take part in the development of this first ‘empire’?

The Fond Dubois, deposited in the university library of Poitiers, reflects such issues, more specifically through the lense of major political economists such as John Locke, Edmund Burke, Charles Davenant, Jonathan Swift, Daniel Defoe and many others. They devoted their works to determining the place of the empire and the benefits that this growing empire had brought or could bring to the kingdom, but also to the population. Issues such as the usefulness of the South Sea Company and of the asiento in the South American Colonies and in the Pacific, or the debate preceding the independence of the Thirteen Colonies are discussed in the works of the Fond Dubois.

It is in this perspective that we wish to explore the phenomenon of colonisation and the building of the Empire, in the light of three words: companies, commerce and colonies, to show the diversity of the ‘English/British’ Empire during the 17 and 18 c. and to identify its different interactions, were they commercial, human, institutional, or political. What roles did those companies play and how did this Empire use them in order to extend its rule over most often far away territories? Was trade the main objective of those companies or did political plans underlie their creation and development?

Confirmed keynote speakers: Trevor Burnard (Melbourne University) et Lou Roper (State University of New York at New Paltz)

The program will be available shortly.

Mission de recherche

library-header-reimaginedLa Huntington Library (CA) me fait l’honneur de m’inviter comme William Reese Fellow pour un séjour de deux mois pour travailler sur un projet intitulé ;

Early 20th century economic history book collectors and their collections : Henry R. Wagner 1862-1957.

Le projet est résumé ci-dessous (en anglais).

Reese Fellowships in American Bibliography and the History of the Book in the Americas

The University of Poitiers holds in its Manuscripts & rare books collections the prestigious Dubois collection essentially composed of works on political economy. It holds an impressive number of rare pamphlets published mainly from the second half of the 17th century to the beginning of the 19th. Assembled by August Dubois, Professor of Economic & Political Doctrine at the University of Poitiers, where the University Library (Law & Literature) is the depository to this legacy.

The research in progress which I am particularly involved in focuses on issues of collection formation and the sourcing of rare books with reference to several other significant collections and collectors worldwide. It throws light on networking and nodal connections in the late nineteenth and early twentieth centuries in the world of antiquarian books and academic scholarship. The period I am particulary working on, c. 1880-1930, corresponds to major disposals of private librairies in country houses in Britain. The acquisitions of books by learned (and monied) private collectors, notably American, was widespread and was a major development at the time and led eventually, through subsequent donations and acquisitions of their collections, to significant depository holdings in American academic librairies. In particular, work needs to be continued on the collections of Henry Raup Wagner (1862-1957), benefactor of the Huntington Library and on the books and papers held at the Huntington by him, and also on and around Wagner’s life and work. He was not included in the Dictionary of Literary Biography, American Book Collectors and Bibliographers, Vol. 140 (1994) First Series, or Vol. 187 (1997), Second Series.

This continues work done during a three-month fellowship at Yale University in spring-summer 2014 working in the Beinecke Library concerning the collection of six thousand rare economic books donated by Henry Raup Wagner, collector & bibliographer (1862-1957); the Baker Library, Harvard Business School on the collection bought from Herbert S. Foxwell (1849-1936, Professor of Economics at Cambridge & the LSE) and the Hugh Bancroft (1879-1933) collection; and Columbia University Library on the Seligman Collection (professor of political economy at Columbia for 40 years 1891–1931). I also visited and consulted the Brown Library (Brown University, Providence, RI) and the Lewis Walpole Library (Farmington CT). I have established the provenance of a number of books in these collections via antiquarian booksellers in London, Kashnoor (Museum Bookstore) and Quaritch in particular, and begun to draw a composite picture of book collectors and purveyors in London around the 1900s.

La « Glorieuse » Révolution d’Angleterre 1688

La Glorieuse Révolution d’Angleterre

EXPOSITION / CULTURE  Exposition à la BU Lettres (A2) organisée en partenariat avec l’UFR Lettres et langues et le MIMMOC (EA 3812).

Les riches collections d’Auguste Dubois, léguées à la bibliothèque en 1935, permettent d’illustrer les dimensions politiques et économiques de la Glorieuse Révolution, qui vit l’accession au pouvoir de Marie II et de son époux Guillaume III d’Orange.
L’image contient peut-être : personnes assises et intérieur
Exposition réalisée en partenariat avec l’UFR Lettres et langues de l’Université de Poitiers.

Ouvrages choisis et panneaux explicatifs rédigés par Susan Finding, Professeur de civilisation britannique.

Deux visites guidées seront organisées lundi 06/02/2017 à 18h et mardi 14/02/2017 à 11h. Inscription préalable auprès d’Anne-Sophie Traineau-Durozoy.

Date Du 06/02/2017 au 01/04/2017
Lieu Poitiers – Campus
BU Lettres, bâtiment A2, 1 allée Jeanne Chauvin, Poitiers campus

Vous trouverez ici une sélection d’images montrant l’exposition dans le hall de la bibliothèque universitaire, ainsi que des illustrations figurant dans les ouvrages exposés:

England's improvement by sea and land / Andrew Yarranton -- Londres : R. Everingham, T. Parkhurst et N. Simmons, 1677-1698 Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FD 2255

England’s improvement by sea and land / Andrew Yarranton — Londres : R. Everingham, T. Parkhurst et N. Simmons, 1677-1698 Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FD 2255

L’image contient peut-être : dessin