Publications

I. OUVRAGES

Couverture LLLDrouet, Pascale, Shakespeare’s Love’s Labour’s Lost, Neuilly, Atlande, coll. « Clefs Concours », 2014, 254p. ISBN: 978-2-35030-276-8

« Représentée pour la première fois dans l’Angleterre élisabéthaine de 1594-1595, la comédie festive du jeune William Shakespeare est, comme le dit l’un de ses personnages, un grand festin de langues : « a great feast of languages » (5.1.32). Si le langage dans ses innombrables registres et variations tient le devant de la scène pour notre plus grand plaisir, Love’s Labour’s Lost n’en demeure pas moins une pièce éminemment théâtrale, riche de procédés de mise en abyme mémorables qui contribuent pleinement à sa saveur comique. Or ce qui distingue cette pièce de l’ensemble du corpus shakespearien et lui confère sa singularité, c’est la part belle qui est faite aux personnages féminins. Alors même qu’elles ne bougent pas un pied, la princesse de France et ses dames mènent allègrement la danse, non sans délicieusement se moquer au passage de leurs soupirants immatures. Ainsi cette comédie de jeunesse est-elle considérée à juste titre comme la pièce la plus féministe de Shakespeare… »

De la filouterieDrouet, Pascale, De la filouterie dans l’Angleterre de la Renaissance. Etudes sur Shakespeare et ses contemporains, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, coll. « Interlangues », 2013, 201p. ISBN: 9 782810 702701

« De l’opuscule populaire à la scène de théâtre, les études ici réunies proposent une promenade à travers l’Angleterre interlope des XVIe et XVIIe siècles, à la rencontre de l’Autolycus et du Falstaff de Shakespeare, de son Pompey, des forains truculents de Ben Jonson, des insouciants parasites de Richard Brome, des petits truands de Robert Greene et des faux mendiants de Thomas Harman et de Thomas Dekker.

En nous plongeant dans l’espace toujours mouvant de la filouterie, ces études poursuivent trois objets : voir comment mauvais garnements et ingénieux détrousseurs opèrent et se livrent à des jeux de mauvaise société ; interroger la variété du traitement auctorial en explorant les ruses de récit à l’œuvre dans les typologies et brochures contre les plume-pigeons ; comprendre en quoi le théâtre, et lui seul, par jeux de contrastes et effets de miroir, donne à voir une représentation nuancée de la filouterie ».

Pour commander: http://w3.pum.univ-tlse2.fr/~De-la-filouterie-dans-l-Angleterre~.html

Drouet, Pascale, Mise au ban et abus de pouvoir. Essai sur trois pièces tragiques de Shakespeare, Préface d’Emmanuel Housset, Paris, Presses de l’Université Paris Sorbonne, octobre 2012. ISBN: 978-2-84050-852-6.

« King Richard II, Coriolanus, King Lear : ce qui réunit ces trois pièces tragiques de Shakespeare, c’est qu’elles mettent en scène d’abusives mises au ban. Les abus de pouvoir qui excluent, sans autre forme de procès, résultent d’un franc-parler, de ce qui est mésinterprété comme abus de langage et, donc, refus d’allégeance. Mais qu’elles se manifestent à partir de motifs d’ordre linguistique, ou éthique, physique voire psychique, ces pratiques relèvent toutes de ce qu’il est possible de nommer une dynamique de « déterritorialisation », laquelle anime la dramatique de l’œuvre… »

Lire la suite et commander à l’éditeur: http://pups.paris-sorbonne.fr/pages/aff_livre.php?Id=1000

Drouet, Pascale, Le Vagabond dans l’Angleterre de Shakespeare, ou l’art de contrefaire à la ville et à la scène, Paris, L’Harmattan, collection « L’aire anglophone », octobre 2003. ISBN:2-7475-5304-3.

« Sous le règne d’Elisabeth I, les lois contre les vagabonds se durcissent : tout un système punitif est mis en place pour châtier les traîne-savates, les soustraire à la vue de la société. Ce sont les « mauvais pauvres » qui inspirent des pamphlétaires comme Thomas Harman et Robert Greene, et des dramaturges comme Thomas Dekker, Ben Jonson et William Shakespeare qui mettent à nu avec une certaine jubilation les artifices des filous et des faux mendiants qui contournent les lois grâce à leur ingéniosité. L’humour, la sympathie et l’absence de condamnation qui se dégagent du traitement dramatique trouvent peut-être leur explication dans l’amalgame entre les « statuts » de vagabond et d’acteur… »

Lire la suite et commander à l’éditeur: http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=15859

II. ÉDITION SCIENTIFIQUE

510MdLipXKL._SX327_BO1,204,203,200_

Drouet, Pascale, « textual editor » de King Henry VIII, in The Norton Shakespeare, Third Edition, ed. S. Greenblatt with W. Cohen, S. Gossett, K. Eisaman Maus, G. McMullan, New York, Norton, 2015, p. 3278-3352.

ISBN: 978-0-393-93499-1

III. DIRECTION / CODIRECTION D’OUVRAGES COLLECTIFS

Drouet, Pascale et Grosos, Philippe (dir.), Shakespeare au risque de la philosophie, Paris, Hermann, 2017. ISBN: 978-2-7056-9325-1

Shakespeare n’est pas philosophe. Soit. Et nombre de ses pointes ironiques à l’égard des philosophes témoignent de la défiance qu’ils lui inspiraient. Mais outre qu’il aura été influencé par diverses traditions philosophiques, provenant de l’Antiquité comme de la Renaissance, son œuvre, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, n’a cessé d’inspirer celles des philosophes.
Aussi interroger Shakespeare au risque de la philosophie n’est pas l’aborder avec la volonté de soumettre son théâtre au règne du concept dans l’espoir secret de le démythifier. C’est à l’inverse le prendre au sérieux, sans complaisance et jusque dans ses provocations, afin de faire entendre son propos et ses questions.
Fruit d’une collaboration originale entre anglicistes et philosophes, cet ouvrage constitue un apport inédit aux études shakespeariennes de langue française.
Pour commander à l’éditeur: http://www.editions-hermann.fr/5138-shakespeare-au-risque-de-la-philosophie.html-

la foule illus 1 titre mail
Drouet, Pascale et Dubor, Françoise (dir.), La Foule au théâtreLes Cahiers Forell, Publié en ligne le 15 avril 2015
http://09.edel.univ-poitiers.fr/lescahiersforell/index.php?id=245

Brailowsky, Yan et Drouet, Pascale (dir.), Le Bannissement et l’exil en Europe aux 16ème et 17ème siècles, revue La Licorne, n°94, Rennes, PU de Rennes, 2010. ISBN : 978-2-7535-1244-3.

« Cet ouvrage commence par évoquer les problèmes religieux de la mise au ban, de l’enfermement, de l’excommunication et de l’exil. Il aborde ensuite les modalités et les significations sociales, politiques et légales de ces peines. Enfin, il examine plus particulièrement la poétique du bannissement et de l’exil telle qu’elle se dégage des mémoires d’exilés et des oeuvres dramatiques. Par ses approches critiques variées qui s’interpellent et se répondent, il tente de comprendre ce qui se joue dans le douloureux envers de l’exil, dans le ‘territoire de la non-appartenance’… »

Pour lire la suite et commander à l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2516

Drouet, Pascale et Iselin, Pierre (dir.), « The true blank of thine eye » : Approches critiques de King Lear, Paris, Presses de l’Université Paris Sorbonne, coll. « Britannia », 2009. ISBN:978-2-84050-625-6.

« Tragédie la plus sombre de Shakespeare, théâtre de la cruauté avant l’heure, sorte de « pastorale noire » où s’entrelacent sans relâche actes de filiation ratés et abus de pouvoir, King Lear continue d’inviter lecteurs et spectateurs à une réflexion sur l’orgueil et l’aveuglement, sur le don et la dette, sur l’ingratitude et l’insoutenable, sur la mise au ban et la mise à l’épreuve; King Lear continue de fasciner par sa mise à nu sans complaisance des failles de l’humain et de la folie qui en découle… »

Pour lire la suite et commander à l’éditeur http://pups.paris-sorbonne.fr/pages/aff_livre.php?Id=762              

Drouet, Pascale (dir.), The Spectacular In and Around Shakespeare, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2009. ISBN:978-1-4438-1105-7.

« This volume addresses the economy of the spectacular in and around Shakespeare’s plays, both in early modern England and in late-twentieth/twenty-first century adaptations and appropriations. Apart from addressing issues such as (im)plausibility, tours de force arousing amazement, and excess for the sake of entertainment, it raises the question of intentionality – What is behind the spectacular? Is there always a manipulative purpose? How far-reaching are the political and ideological stakes? »

Pour en savoir plus et commander à l’éditeur : http://www.c-s-p.org/Flyers/The-Spectacular-In-and-Around-Shakespeare1-4438-1105-X.htm

Drouet, Pascale (dir.), Shakespeare au XXe siècle : mises en scène, mises en perspective de King Richard II, PU de Rennes, coll. « Le Spectaculaire », 2007. ISBN : 978-2-7535-0372-4.

« King Richard II, pièce historique qui ouvre la seconde tétralogie de Shakespeare, est joué pour la première fois en 1595, par la troupe « The Chamberlain’s Men », sans doute dans le théâtre de James Burbage. Si la pièce a attiré de nombreux metteurs en scène britanniques depuis l’époque élisabéthaine jusqu’à nos jours, ce n’est qu’en 1947 qu’elle a été représentée en France sous la direction de Jean Vilar à Avignon. Les diverses études et entretiens de cet ouvrage permettent de jeter un éclairage sur les mises en scène anglaises et françaises de la seconde moitié du XXe siècle jusqu’à la production récente de Trevor Nunn à l’Old Vic Theatre, à Londres (2005) »

Pour commander à l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1458

IV. DIRECTION DE REVUE EN LIGNE ET DIRECTION / CODIRECTION DE NUMEROS                                                                                                                       

Les Cahiers Shakespeare en devenir et leur supplément L’Œil du spectateur               ISSN : 1958-9476. http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr

TransparenceDrouet, Pascale, et Cunin, Muriel (dir.), La transparence, Les Cahiers Shakespeare en devenir (Les Cahiers de La Licorne), n° 7, 2013. Avec son supplément, L’Œil du spectateur, n°6. Comptes rendus de la saison théâtrale 2013-2014.

« Ce qui prétend être transparent laisse-t-il effectivement passer le regard ou reflète-t-il, au contraire, une surface ? Quels liens peut-on établir entre transparence et reflet ? Ne peut-on penser, comme l’affirme Michel Guérin dans La Transparence comme paradigme, que la transparence se voit, que « le monde de la transparence n’est pas celui où l’on voit clair enfin, après avoir dissipé des poches d’opacité; c’est celui qui, ayant usé tous ses substituts et décidé de se passer désormais de “lieutenance” (de symbolicité, d’analogie), se voit forcé à la situation inédite de voir la vitre elle-même, plus que les objets à travers » »…

http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=666

Filiations et affiliations

Drouet, Pascale, et Niayesh, Ladan (dir.), Filiations et affiliations, Les Cahiers Shakespeare en devenir (Les Cahiers de La Licorne), n° 6, 2012. Avec son supplément, L’Œil du spectateur, n°5. Comptes rendus de la saison théâtrale 2012-2013.

« ‘Un jour, les frères chassés se sont réunis, ont tué et mangé le père, ce qui a mis fin à la horde primitive’. Horde paternelle ou clan fraternel, l’hypothèse freudienne de l’origine de la morale humaine est un exemple extrême des attitudes paradoxales de rejet et d’attachement qui accompagnent la question de la filiation. En biologie, comme en droit ou en histoire littéraire, l’enjeu de la filiation nous invite à penser le rapport aux origines en termes de continuités et de ruptures superposées… »

http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=575

Drouet, Pascale, et Rivère de Carles, Nathalie (dir.), La Rhétorique de la violence à la Renaissance / The Rhetoric of Violence in Early Modern Europe, Les Cahiers Shakespeare en devenir (Les Cahiers de La Licorne), n° 5, 2011. Avec son supplément, L’Œil du spectateur, n°4. Comptes rendus de la saison théâtrale 2011-2012.

« Comment la violence s’exprime-t-elle dans la littérature et les arts de la Renaissance, et dans leurs adaptations et réappropriations postérieures ? Comment fait-on de la violence un outil d’intimidation, un instrument de persuasion ? Comment fait-on sentir sa puissance déterritorialisante, voire traumatisante ? Quelle en est la rhétorique littérale et métaphorique ? »

http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=485

Cunin, Muriel, et Drouet, Pascale (dir.), Shakespeare et l’ailleurs / Shakespeare and Elsewhere, Les Cahiers Shakespeare en devenir (Les Cahiers de La Licorne), n° 4, 2010. Avec son supplément, L’Œil du spectateur, n°3. Comptes rendus de la saison théâtrale 2010-2011.

« Peut-on situer l’Ailleurs ? Est-ce une utopie (ou une dystopie) ? Est-ce un fantasme, une illusion, un leurre ? Participe-t-il de la cartographie ou reste-t-il condamné au hors-carte ? Comment (se) le représente-t-on ? Comment le porte-t-on à la scène ? »

http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=163

Drouet, Pascale, et Hillman, Richard (dir.), Folie et théâtralité / Theatricality and Madness, Les Cahiers Shakespeare en devenir (Les Cahiers de La Licorne), n° 3, 2009. Avec son supplément, L’Œil du spectateur, n°2. Comptes rendus de la saison théâtrale 2009-2010.

« Quelle est l’interaction entre la folie et la théâtralité dans l’Angleterre de Shakespeare ? Comment les codes scéniques de la folie ont-ils évolué au fil des siècles ? »

http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=149

Drouet, Pascale (dir.), Shakespeare et le spectaculaire / Spectacular Shakespeare, Les Cahiers Shakespeare en devenir (Les Cahiers de La Licorne), n° 2, 2008. Avec son supplément, L’Œil du spectateur, n° 1. Comptes rendus de la saison théâtrale 2008-2009.

« Il s’agira de s’interroger sur l’économie du spectaculaire dans les pièces de Shakespeare et de ses contemporains, et sur le fait que le spectaculaire apparaît souvent au sein d’une mise en abyme comme pour en démultiplier les reflets et les effets cathartiques ».

http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=131

Drouet, Pascale (dir.), Réécritures de King Lear / King Lear’s Afterlives, Les Cahiers Shakespeare en devenir / The Journal of Shakespearean Afterlives (Les Cahiers de La Licorne), n° 1, 2007.

« Pourquoi l’une des plus sombres tragédies de Shakespeare, dans laquelle comme en prend conscience Edgar « the worst is not / As long as we can say ‘This is the worst’ », a-t-elle été revisitée au fil des siècles et continue-t-elle à l’être de nos jours ? »

http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=63

V. ARTICLES / CHAPITRES D’OUVRAGES

42. « Wise fool et festina lente: Shakespeare héritier d’Érasme? », dans Shakespeare au risque de la philosophie, dir. P. Drouet et P. Grosos, Paris, Hermann, 2017, p. 47-64.

41. « French Reception of Shakespearean Tragedies: Between Liberty and Memory » (Chapter 44), avec Nathalie Rivère de Carles, dans The Oxford Handbook of Shakespearean Tragedy, ed. by M. Neill and D. Schalkwyk, Oxford, OUP, 2016, p. 726-745.

40. « Du marquage au trompe-l’oeil: le corps mutilé du vagabond dans l’Angleterre de la Renaissance », dans Le Sarcasme du mal. Histoire de la cruauté de la Renaissance à nos jous, dir. F. Chauvaud, A. Rauch, M. Tsikounas, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2016, p. 147-158.

39. « ‘Do you hear how he misplaces?’ (III, 1, 87): impropriétés de langage dans Measure for Measure« , dans Bons mots, jeux de mots, jeux sur les mots. De la création à la réception, dir. B. Buffard-Moret, Arras, Artois Presses Université, 2015, p. 117-131.

38. « Mises en scène de Shakespeare dans Le Digamma d’Yves Bonnefoy », Revue d’Histoire Littéraire de la France, décembre 2014, 114e année – n° 4, PUF, p. 933-946.

37. « Appropriating a Famous Female Offender: Mary Frith (1584?-1659), alias Moll Cutpurse », in Female Transgression in Early Modern Britain: Literary and Historical Explorations, Ed. by R. Hillman & P. Ruberry-Blanc, Surrey, Ashgate, 2014, p. 91-104.

36. « Rire aujourd’hui avec The Winter’s Tale et The Tempest« , RSEAA XVII-XVIII, n°70 « Autour du rire/Laughing Matters », 2013, p. 33-45.

35. « ‘Look how our partner’s rapt’: Externalizing Rapture in Orson Welles’s Macbeth (1948, 1950) », in Shakespeare on Screen: Macbeth, Ed. by S. Hatchuel, N. Vienne-Gerrin, V. Bladen, Mont-Saint-Aignan, PURH, 2013, p. 107-119.

34. « Madness and Mismanagement in Middleton and Rowley’s The Changeling », in Theta X –Théâtre Tudor, « Foly and Politics », avril 2013, p. 139-152.http://umr6576.cesr.univ-tours.fr/publications/Theta10/fichiers/pdf/Drouet.pdf

33. « ‘Four legs and two voices’: An Interview with Edouard Lekston », in Reinventing the Renaissance. Shakespeare and his contemporaries in Adaptation and Performance, Edited by Sarah Annes Brown, Robert I. Lublin and Lynsey McMulloch, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2013, p. 207-241.

32. « L’heure présente et Hamlet: dialoguer, dialoguer encore avec Shakespeare », dans Yves Bonnefoy. Poésie et dialogue, Textes réunis par Michèle Finck et Patrick Werly, à l’occasion du quatre-vingt-dixième anniversaire d’Yves Bonnefoy, Strasbourg, PU de Strasbourg, 2013, p. 231-246.

31. « Appropriating the roguery pamphlet genre : Greene’s narrative and authorial strategies », RANAM. Recherches anglaises et nord-américaines, « Reprise, Recycling, Recuperating : Modes of Construction of Anglophone Culture », n°45, 2012, Université de Strasbourg, p. 85-96.

30. « Qui se ressemble ne s’assemble pas : Lord Angelo et Pompey Bum dans Measure for Measure », in Lectures de Measure for Measure de William Shakespeare, dir. D. Lemonnier et G. Winter, Rennes, PUR, coll. « Mondes Anglophones », 2012, p. 45-57.

29. « Rhétorique ou poésie, comme il vous plaira : Yves Bonnefoy et Les Sonnets de Shakespeare », in Yves Bonnefoy. Ecrits récents (2001-2008), Actes du colloque réuni à l’Université de Zurich par P. Labarthe et O. Bombarde (14-16 octobre 2009), Genève, Slatkine Erudition, 2011, p. 171-193.

28. « ‘Anon, anon, sir’ (2.4.37): Popular Discourse, Syntactic Limitations and Ideological Containment in 1 Henry IV and Coriolanus », XVII-XVIII. Revue de la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, n°67, 2010, p. 261-273.

27. « “Let’s go see the madmen”: le méta-spectacle de la folie sur la scène jacobéenne »,  Cahiers Shakespeare en devenir, n° 3, « Folie et théâtralité », Les Cahiers de La Licorne, 2009 : http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=158

26. Entry « Richard II », in The Shakespeare Encyclopedia, ed. T. Cousins, Global Book Publishing, Apple Press, October 2009, p. 58-61. (article de dictionnaire)

25. « “I’ll find law to hang her up” : les représentations de la justice dans The Roaring Girl de Thomas Dekker et Thomas Middleton », in Droit et justice dans l’Europe de la Renaissance, Colloque des 02-07 juillet 2001, Actes réunis par J.-P. Pittion avec la collaboration de S. Geonget, Paris, Honoré Champion, 2009, p. 91-108.

24. « “Strangered with our oath” (1.1.205) : la dynamique de la mise au ban dans King Lear », in « The true blank of thine eye ». Approches critiques de King Lear, dir. P. Drouet et P. Iselin, Paris, Presses de l’université de Paris Sorbonne, coll. « Britannia », 2009, p. 229-246.

23. « Resisting Counterfeiting and Bodily Exhibition in Coriolanus » (Chapter Five), in The Spectacular In and Around Shakespeare, ed. P. Drouet, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2009, p. 85-98.

22. « Shakespeare’s Crowd Disorder: Jack Cade and Enclosure Riots in 2 Henry VI (1590) » (Chapter One), in Riots in Literature, eds. D. Bell and G. Porter, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2008, p. 1-20

21. « “I speak this in hunger for bread”: Hunger in King Lear and Coriolanus » (Chapter One), in Hunger on Stage, eds. E. Angel-Perez et A. Poulain, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2008, p. 2-16.

20. «“Some strange monster of the isle”: l’hybride dans The Tempest »,  Revue LISA/ LISA e-journal, Vol. VI n°3 / 2008, p. 92-107 : http://lisa.revues.org/index379.html.

19. « “Many are the yearly enormities of this fair”: Bartholmew Fair et l’excès », in Shakespeare et l’excès, dir. P. Kapitaniak et J.-M. Déprats, Société Française Shakespeare, 2008 :
http://www.societefrancaiseshakespeare.org/document.php?id=1031.

18. « “Il y a un monde ailleurs” (III.3.136) : Envers du décor et mise au ban dans Coriolan », in Théâtre anglophone. De Shakespeare à Sarah Kane : l’envers du décor, dir. C. Coulon et F. March, Montpellier, Éditions L’Entretemps, coll. « Champ théâtral », 2008, p. 34-47.

17. « Le jargon des colporteurs : de la langue secrète à la représentation pittoresque », in Langue et altérité dans la culture de la Renaissance, dir. A. Lecercle et Y. Brailowsky, Paris, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2008, p. 45-58.

16. « “Elle prend vie, elle va parler” : Bonnefoy et Shakespeare à l’écoute de voix féminines », Revue Littérature, n° 150, numéro spécial « Yves Bonnefoy et la traduction » (dir. P. Née & D. Lançon), juin 2008, p. 38-53.

15. Entretien avec Édouard Lekston, illustrateur-dessinateur : « Le Basculement (Richard II) : du texte à l’illustration », in Pascale Drouet (dir.), Shakespeare au XXe siècle : mises en scène, mises en perspective de King Richard II, P. U. de Rennes, coll. « Le Spectaculaire », 2007, p. 171-190.

14. « L’homme de lettres et les artistes de la pince : les dernières créations de Robert Greene », in Poètes et artistes. La figure du créateur au Moyen Age et à la Renaissance, dir. S. Cassagnes-Brouquet & M. Yvernault, Limoges, Pulim, 2007, p. 121-132.

13. « “Are you all resolved to give your voices ? ” : la voix populaire dans The Tragedy of Coriolanus », in Coriolan de William Shakespeare. Langages, Interprétations, Politique(s), dir. R. Hillman, Tours, P. U. François-Rabelais, 2007, p. 113-131.

12. « “You shall comprehend all vagrom men” : le délit de vagabondage dans l’Angleterre élisabéthaine », in Ancrages / Passages, dir. C. Armand, A. Kaenel, C. Omhovère, Nancy, P. U. de Nancy, « Regards croisés sur le monde anglophone », 2006, p. 171-185.

11. « “Give me that glass, and therein will I read” (4.1.276) : illisible et trompe-l’œil dans King Richard II de Shakespeare », in L’illisible, dir. L. Louvel & C. Rannoux, La Licorne, n°85, Rennes, P. U. de Rennes, 2006, p. 71-81.

10. « Les rites de passages dans The Bellman of London, ou la Confrérie des Gueux selon Thomas Dekker », XVII-XVIII. Revue de la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, n° 62, juin 2006, p. 35-49.

9. « Confessions obliques dans The Duchess of Malfi (1614) de John Webster. What I have done, I have done: / I’ll confess nothing », in Cultures de la confession. Formes de l’aveu dans le monde anglophone, dir. S. Mathé & G. Teulié, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Mondes anglophones », 2006, p. 39-50.

8. « “I’ll have the knave of trumps” : cartes et arnaques, ou l’art d’attraper les conils selon Robert Greene », in Shakespeare et le jeu, Actes du Congrès 2005 organisé par la Société Française Shakespeare, dir. P. Kapitaniak & Y. Peyré, Société Française Shakespeare, 2005, p. 25-42.
http://www.societefrancaiseshakespeare.org/document.php?id=653

7. « Autolycus, ou les métamorphoses de la marge dans The Winter’s Tale », XVII-XVIII. Revue de la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, n° 61, novembre 2005, p. 21-34.

6. « Les voix marginales dans King Lear de Shakespeare : de la ventriloquie à la polyphonie discursive », Imaginaires, n° 10, « La polyphonie », Reims, P. U. de Reims, 2004, p. 19-34.

5. « Breaking Boundaries : Tyranny and Roguery in The Winter’s Tale », Cahiers Élisabéthains. A Biannual Journal of English Renaissance Studies, Number 67, Spring 2005, p. 15-22.

4. « Correction corporelle, inconvenance verbale : les représentations de Bridewell dans The Honest Whore (part 2) de Thomas Dekker », in Correct / Incorrect, Actes du 42ème Congrès de la SAES, dir. P. Degott & M. Puyjarinet, Metz, 2003, p. 145-156.

3. « Répétitions et différenciations à Eastcheap dans 1 Henry IV de Shakespeare », Imaginaires, n° 9, « La répétition », Reims, P. U. de Reims, 2003, p. 9-17.

2. « Les gueux sympathiques de Richard Brome dans A Jovial Crew ; or, The Merry Beggars (1641) », XVII-XVIII. Revue de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, n° 56, juin 2003, p. 105-120.

1. « Justice Overdo à Smithfied : la mètis et ses effets de miroir dans Bartholomew Fair de Ben Jonson », Imaginaires, n° 8, « L’ambiguïté dans les littératures de langue anglaise », Reims, P. U. de Reims, 2002, p. 33-50.

VI. COMPTES RENDUS

■ Play Review. Mesure pour mesure [Measure for Measure], directed by Adel Hakim, Festival “Fêtes nocturnes du château de Grignan”, Château de Grignan, Grignan, open-air tier, second row, 14 August 2007, Cahiers Élisabéthains. A Biannual Journal of English Renaissance Studies, n° 72, Autumn 2007, p. 83-85.

■ Book Review. Michael Edwards, Shakespeare et l’œuvre de la tragédie (Paris : Éditions Belin, 2005), ISBN 2-7011-4223-7, 19,00 euros (pb), pour Cahiers Élisabéthains. A Biannual Journal of English Renaissance Studies, n° 69, Spring 2006, p. 98-100.

Un commentaire sur “Publications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *