Pièce d’Howard Barker: Lecture publique au Conservatoire de Poitiers

Invitation Lecture publique

L’argument de la pièce:

Dans l’Europe du XIIIe siècle, une suzeraine, Sleev, et ses servantes sont à l’œuvre sur une tapisserie. Mais Sleev n’est pas Pénélope attendant sagement le retour d’un Ulysse, qui d’ailleurs, en son cas, mourra à la guerre. Ne repoussant pas les avances de ses prétendants, elle les sollicite sans réserve ni pudeur. D’une intelligence vive et d’un caractère affirmé, sa déloyauté maritale lui est l’occasion de s’interroger sur sa condition, comme sur celle d’Ève à l’égard d’Adam.

Aussi, d’une représentation traditionnelle censée louer le valeureux guerrier, la tapisserie en vient à raconter la vie dissolue de Sleev, sa découverte hors mariage de l’extase sexuelle. Sa trame tisse désormais les liens d’une vie, davantage que ceux des exploits héroïques ; à l’historiographie, vécue comme égarante et fallacieuse, elle substitue un tout autre motif, plus intime, plus sensuel aussi : celui d’une existence nue, livrée à elle-même autant qu’à elle seule, soustraite à l’Histoire.

Image troublante, voire choquante, de l’âme humaine, sa réalisation devient pour Sleev l’occasion de se confronter à ce qu’elle est, de se voir sans fard, de descendre en elle, mais aussi de s’affirmer et finalement d’expier… à en perdre la vue. Entraînera-t-elle ses tapissières avec elle ? La guerre, qui n’en finit pas d’approcher, menacera-t-elle la postérité de l’œuvre d’art ? Et la tapisserie sera-t-elle finalement œuvre d’art ou simple tissu d’obscénités ? Tel est l’abîme de questions auquel cette pièce tragique en trois actes de Barker nous confronte.

Les lectrices et lecteurs:

P1030191

Succès du Conte d’hiver à la MDE

Affiche DEFCette année, la jeune Association Thisbé (Théâtre Improvisation Spectacle élisaBéthain Et après) a présenté une nouvelle adaptation d’une pièce de Shakespeare, toujours dans le cadre de Campus en Festival: The Winter’s Tale.

L’équipe de la MDE (Maison Des Étudiants), qui organise tous les ans Campus en Festival, a été d’un soutien logistique impeccable, depuis le début des répétitions jusqu’au jour de la représentation. Qu’elle soit ici chaleureusement remerciée. C’est un véritable plaisir, dans ces conditions, de pouvoir travailler bénévolement et d’amener les étudiants à donner le meilleur d’eux-mêmes.

P1020635

P1020638

Thisbé 2013-2014Le metteur en scène Graeme Watson (ci-contre, avec une cravate bleue) a accompli un travail remarquable, conduisant chacun, aussi bien des étudiants de deuxième année en études anglophones que des enseignants-chercheurs, d’anciens étudiants, des lecteurs, des amoureux de Shakespeare sans formation théâtrale spécifique, à développer au mieux son potentiel.

Programme LIVRET WT assemblé

Ahmed Aabkari n’a pu résisté au plaisir de nous concocter à nouveau une petite vidéo. Il aime le théâtre, il aime Shakespeare, il nous aime, et ça se sent! Merci de tout coeur . Aussi, pour ceux qui voudraient avoir un aperçu de notre spectacle en quelques minutes seulement:

The_Winter_s_Tale_ Bande_annonce_flv_HD 

P1020673

Enfin, l’équipe d’I-Média s’est jointe à nous pour filmer l’intégralité du spectacle et en proposer un montage, un travail de longue haleine qui mérite d’être salué et vivement remercié. Accrochez-vous, c’est dans la langue de Shakespeare: http://uptv.univ-poitiers.fr/program/the-winter-s-tale/video/4184/the-winter-s-tale-by-william-shakespeare/index.html

Quelques photos autour du spectacle: 

P1020661

P1020735

P1020703

P1020724

P1020644

P1020514

P1020721

P1020683

P1020631

P1020752

                       

RENDEZ-VOUS

L’AN PROCHAIN    

                                    

POUR

UNE NOUVELLE ADAPTATION…

Lekston revisite le Falstaff de Shakespeare

P1020156Février 2014. Lors des rencontres littéraires organisées par l’Université de Poitiers, « Bruits de langues », Annabelle Beaudry accueillait Edouard Lekston qui a présenté ses dernières translations graphiques extraites de son recueil à venir Harry & Jack.

Le goût d’Edouard Lekston pour les pièces du dramaturge britannique ne se dément pas: après HamletLear et Macbeth (premier recueil de sérigraphies intitulé Mon ami William), après Richard II (Le Basculement) et Richard III (Family Gathering), Edouard Lekston se penche sur les deux partie d’Henry IV, avec un intérêt particulier pour la relation qui se noue et se dénoue entre le futur roi Henry V, le jeune prince Hal (Harry), et l’irresponsable Falstaff (Jack, pour les intimes). Ces deux là, que l’échelle sociale situe aux antipodes l’un de l’autre, se croisent dans la taverne peu fréquentable de la Tête du Sanglier, le temps d’un peu d’école buissonnière en partage. La couronne de Harry sera d’or; celle de Jack ne sera que de fer et se tiendra renversée. Mais tant qu’Harry n’a pas encore été couronné, ces deux-là partagent filouteries, joutes verbales jubilatoires et nuits d’ivresse.

Alors quand arrive la guerre, il n’est pas étonnant que Falstaff n’ait plus d’armure, nous ditP1020157 Edouard Lekston: il a dû la miser au jeu ou la vendre en échange de quelques douceurs pour lesquelles il n’avait plus le sou. Qu’à cela ne tienne, la cuisine de Mme Vitement sera le lieu où il pourra montrer l’étendue de ses ressources en se confectionnant une nouvelle armure à base d’ustensiles de cuisine.

Mais Harry, c’est aussi celui l’homme-poisson qui joue de l’orgue de barbarie et fait passer les pauvres hères dans son hachoir. La guerre nous révèle sa face sombre: il se fait de l’argent sur le dos des pauvres qu’il prend au piège de ses supercheries grâce à une lampe magique.

P1020160Quel rapport Edouard Lekston peut-il bien avoir avec Falstaff? se demande et lui demande Annabelle Beaudry. Il n’y aurait pu avoir question plus pertinente. Pour Edouard, Falstaff, c’est un grand enfant qui n’aurait pas grandi, un symbole de liberté donc. Mais un symbole très humain, avec toutes les faiblesses qui vont avec, trop humain peut-être. Ce qui le touche chez ce personnage, c’est qu’il a toutes ces faiblesses qu’on tente généralement d’étouffer – il les a mais, naturellement, il ne les assume pas. Falstaff, c’est aussi le symbole du monde populaire. Il est traversé par cette relation rare entre le haut et le bas, entre la royauté et le bas monde. Et, il peut vous donner votre horoscope, l’horoscope des tavernes, si vous venez le retrouver à Eastcheap.

Création radiophonique: Barker is back!

BARKER (1ère de couverture)En octobre 2011, Fanny Mentré avait créé, avec les comédiens de la troupe du TNS (Théâtre National de Strasbourg), la pièce d’Howard Barker: Ce qui évolue, ce qui demeure (The Moving and the Still). Remarquable mise en scène qui relevait le défi de porter à la scène une création radiophonique à l’origine.

Dimanche 9 février 2014, à 21h sur les ondes de France Culture, nous pourrons découvrir la réalisation radiophonique inédite de Michel Sidoroff pour l’émission de Blandine Masson « Fictions: Théâtre et Cie ». A votre antenne!

http://www.franceculture.fr/emission-fictions-theatre-et-cie-ce-qui-evolue-ce-qui-demeure-2014-02-09

Vient de paraître

De la filouterie

De la filouterie dans l’Angleterre de la Renaissance. Etudes sur Shakespeare et ses contemporains.

De l’opuscule populaire à la scène de théâtre, les études ici réunies proposent une promenade à travers l’Angleterre interlope des XVIe et XVIIe siècles, à la rencontre de l’Autolycus et du Falstaff de Shakespeare, de son Pompey, des forains truculents de Ben Jonson, des insouciants parasites de Richard Brome, des petits truands de Robert Greene et des faux mendiants de Thomas Harman et de Thomas Dekker.

En nous plongeant dans l’espace toujours mouvant de la filouterie, ces études poursuivent trois objets : voir comment mauvais garnements et ingénieux détrousseurs opèrent et se livrent à des jeux de mauvaise société ; interroger la variété du traitement auctorial en explorant les ruses de récit à l’œuvre dans les typologies et brochures contre les plume-pigeons ; comprendre en quoi le théâtre, et lui seul, par jeux de contrastes et effets de miroir, donne à voir une représentation nuancée de la filouterie.

Pour commander: http://w3.pum.univ-tlse2.fr/~De-la-filouterie-dans-l-Angleterre~.html

 

Dans l’intimité du seuil: la peinture de Christophe Marion

Affiche Sénat Christophe MARIONDu 14 au 26 août 2013, 50 toiles du peintre lyonnais Christophe Marion ont fait l’objet d’une exposition-rétrospective, intitulée « Espaces poétiques », à l’Orangerie du Sénat, Jardin du Luxembourg.

Qui, posant un premier regard quelque peu hâtif sur la peinture de Christophe Marion, ne cèderait à la tentation paresseuse de l’isoler dans une perception prosaïque, manquant ainsi le phénomène pictural ? Celui du rythme induit par l’omniprésence des seuils, par la mise en abyme des verticales, par l’énergie lumineuse créatrice d’espace. Or, ce sont bien à la fois la dimension extérieure représentative et la dimension intérieure rythmique qui sont à l’œuvre dans ses tableaux.

Le peintre nous invite à entrer dans l’intimité de sa demeure, de son atelier. Chaises et canapés sont comme une invitation sans cesse renouvelée à nous y asseoir le temps d’un hors-temps (Fauteuil rouge dans l’atelier, 2011 ; Tablette et canapé harmonie verte, 2006), pour nous imprégner de son atmosphère, nous sensibiliser à sa poétique de la couleur, participer à la composition du tableau, un peu à la manière du personnage faussement distinct de La Rêverie (2007). Tout se passe comme si Christophe Marion nous conviait dans l’intimité de son univers pour mieux nous inviter à nous en évader par la rêverie, comme s’il laissait toujours ouverte une rêverie de l’ailleurs (Autoportrait à la cheminée, 2012 ; Bouteilles à la fenêtre ouverte, 2011). Ainsi l’espace de l’intimité n’est-il jamais clos sur lui-même dans une seule quiétude protectrice : il se déploie sur quelque chose d’extérieur, il nous incite sans relâche à un franchissement des seuils, à une traversée des reflets, à un voyage de l’imaginaire.

Portes et fenêtres (Porte verte, 2012 ; Intérieur extérieur, 2012), chambranles et embrasures en enfilade (Porte ouverte, 2011), miroirs réfléchissants et perspectives virtuelles démultipliées (Bouteilles à la fenêtre ouverte, 2011) créent une dynamique de l’ouvert et du fermé, du dedans et du dehors, de l’ici et du là, du visible et de l’invisible. Le peintre fait surgir ce que Bachelard nomme « cet espace équivoque » où « l’esprit a perdu sa patrie géométrique et l’âme flotte », où l’homme devient cet « être entr’ouvert » (La Poétique de l’espace), alors posé dans un entre-deux symbolique oublieux de la pesanteur (Figure à la céramique bleue, 2011 ; La sieste, 2011), propice à l’émergence d’une rythmique créatrice.

Dans l’espace qui est le sien au quotidien, Christophe Marion fait dialoguer verticales et diagonales (Coup de soleil dans l’atelier et sellette, 2007-2008 ; Diagonale verte et assiette jaune, 2009), invente des lignes de fuites presque vertigineuses (Grande chaise au mur orangé, 2011), révèle des arrière-plans étonnamment évocateurs des tableaux de Rothko (Les objets sur la cheminée, 2006 ; Atelier vertical, 2008 ; Fauteuil rouge dans l’atelier, 2011), crée des ambiances à la Hopper où le surgissement très particulier du jaune crée un sentiment d’inquiétante étrangeté (Atelier à la chaise isolée, 2006-2009), convoque le monde extérieur dans un simple reflet, dans le rendu d’une transparence éphémère (Atelier canapé aux fruits, 2008-2009 ; Les bouteilles ensoleillées, 2007), insuffle une énergie lumineuse qui ouvre l’espace et rend palpable une infinie respiration (Bouteilles sur la cheminée, 2010). Ce qui semblait figuratif et comme figé s’anime, se charge d’abstraction, d’abstraction au sens où l’entend Maldiney : « ce pouvoir d’intériorité et du dépassement du plan visuel sans lequel il n’y a pas d’art » (Regard, parole, espace). Ainsi Christophe Marion peut-il intituler un de ses tableaux Chaise abstraite. Dans l’ensemble de son œuvre, le peintre nous invite à voir au-delà de l’objet lui-même, au-delà du quotidien dans ce qu’il pourrait avoir de limité. Nous voici alors à la rencontre d’une subjectivité et d’une dynamique émotionnelle, à la rencontre d’un imaginaire intime qui agrandit tout un univers ; nous voici face à une expérience esthétique qui vient vers nous et nous ouvre à un espace d’appel.

Le site du peintre: www.christophe-marion.com

Post Trailer Now Available – « What fools these mortals be! »

Représentation A Midsummer Night's Dream 2013 081Vous n’avez pas pu assister à la représentation de A Midsummer Night’s Dream, mis en scène par Graeme Watson, dans le cadre de Campus en Festival et vous le regrettez?

Ahmed Aabkari a pensé à vous et a concocté une brève présentation et un petit montage de son cru entre scène et coulisses: A Midsummer Night’s Dream. Excellent! En moins de 4 minutes, c’est comme si vous y étiez.

Tous les membres de l’Association Thisbé lui expriment leur profonde reconnaissance et le remercient chaleureusement.

« What fools these mortals be! » Adaptation de la célèbre comédie de Shakespeare à la MDE

A Midsummer Night’s Dream ou les tribulations comiques du désir. Les amateurs étudiants et enseignants de l’Université de Poitiers s’y risquent!

La jeune Association THISBÉ (THéâtre Improvisation Spectacle élisaBéthains Et après) présente une adaptation scénique libre et moderne, loin des attentes conventionnelles, de A Midsummer Night’s Dream, célèbre comédie de Shakespeare où l’on rit de l’inconstance de l’amour et des revirements du désir. Le spectacle, en langue anglaise, est dirigé par Graeme Watson (Maison des Langues) et compte pour acteurs amateurs aussi bien des étudiants et anciens étudiants que des enseignants-chercheurs et lecteurs du Département d’Etudes Anglophones (UFR de Lettres & Langues) de l’Université de Poitiers (voir ci-dessous).

Représentation UNIQUE dans le cadre de CAMPUS EN FESTIVAL: samedi 23 mars 2013 à 21h, salle de spectacle de la Maison Des Etudiants. Entrée libre. Nous vous attendons nombreux.

En savoir plus sur l’intrigue de A Midsummer Night’s Dream?

La jeune Hermia est amoureuse de Lysander, qui l’aime en retour, mais son père, Egeus, a d’autres plans : il veut qu’elle épouse Demetrius. Hermia résiste à son père qui, pour faire entendre raison à sa fille, en appelle à l’autorité du duc d’Athènes, Theseus. Theseus, qui s’apprête à épouser la reine des Amazones, Hippolyta, donne quelques jours de réflexion à Hermia pour se soumettre à la volonté de son père. Hermia et Lysander fuient alors les règles contraignantes de la cité d’Athènes et se réfugient dans la forêt. Or, ils sont suivis par Demetrius, amoureux d’Hermia, lui-même suivi par Helena qui lui voue un amour aveugle. Par ailleurs, plusieurs artisans d’Athènes projettent de mettre en scène, pour célébrer les noces à venir de Theseus et d’Hippolyta, la tragédie de Pyramus and Thisby. Afin de pouvoir répéter à leur aise, loin des quolibets des acteurs professionnels, ils décident de se retrouver en secret dans les bois.

La nuit tombée, les fées règnent sur la forêt. Or leur reine Titania n’entend pas se soumettre aux caprices de son roi Oberon et lui céder son petit page. Oberon, à l’aide de son fidèle Puck, aussi malicieux que maladroit, décide alors de lui jouer un bon tour qui lui servira de leçon…

La forêt labyrinthique va favoriser les rencontres les plus improbables entre les quatre jeunes amoureux, les artisans-acteurs et le roi et la reine des fées, d’autant qu’il y pousse une petite fleur très particulière appelée « love-in- idleness ». Qu’a-t-elle de si particulier? Il suffit de presser quelques gouttes de son suc sur des paupières endormies pour qu’au réveil le coup de foudre avec le premier être aperçu soit instantané. Ainsi les couples vont-ils se faire et se défaire dans un enchevêtrement comique, nous invitant à réfléchir sur les fluctuations du désir et la réversibilité des situations. A l’aube du quatre-centième anniversaire de la mort de Shakespeare, cette comédie n’a pas pris une seule ride: « What fools these mortals be! » est toujours d’actualité.

 

Le sculpteur Jean-Luc Mas expose à l’Hôtel Fumé

Voilà plus de 10 ans que le sculpteur poitevin Jean-Luc Mas (né en 1960) consacre son énergie créatrice à travailler le métal et à en explorer le tranchant. L’exposition qui lui est consacrée, du 4 mars au 9 avril à l’Hôtel Fumé, dans les locaux de l’Université de Poitiers, est pour lui l’occasion de présenter de nouvelles œuvres. Plus d’une quinzaine de réalisations et une trentaine de dessins préparatoires sont exposées dans le hall de la bibliothèque universitaire (Sciences Humaines et Arts), ainsi que deux présentations de son travail par Pascale Drouet et Philippe Grosos. Isabelle Fortuné a fait la mise en page des panneaux et l’installation: remarquable! Magnifique exposition, servie, lors du vernissage, par la belle allocution de Frédéric Chauvaud, Doyen de l’UFR SHA. À ne pas manquer !

Quelques photos prises le jour du vernissage. On y retrouve, parmi les oeuvres, Isabelle Fortuné, Philippe Grosos et Jean-Luc Mas.