A propos pdrouet

Pascale Drouet Enseignant-chercheur en littérature britannique des 16ème et 17ème siècles

La Fabrique de l’Angleterre élisabéthaine

510_430308Dans le cadre du week-end consacré à Shakespeare sur France Culture, « La Fabrique de l’histoire », l’émission animée par Emmanuel Laurentin, Anaïs Kien et Victor Macé de Lépinay, propose « Shakespeare en son temps », une table ronde avec Bernard Cottret et Pascale Drouet:

http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire/week-end-shakespeare-shakespeare-en-son-temps

Thisbé revient avec une nouvelle comédie

Pour la quatrième année consécutive, l’association Thisbé revient dans le cadre de Campus en Festival avec une pièce de Shakespeare. Après A Midsummer Night’s DreamThe Winter’s Tale et Macbeth, c’est Twelfth Night, or What You Will (La Nuit des rois), dans une mise en scène d’Ileana Sasu (précédemment dans les rôles de Puck, Mamilius et Porter) nous transportant de l’Angleterre élisabéthaine à l’Amérique des années 20, qui sera présentée le mardi 29 mars 2016, à 20h30, à la Maison des Étudiants à Poitiers. Vous pouvez d’ores et déjà retirer vos billets (gratuits) à la Maison des Étudiants. Comme chaque année, nous vous attendons nombreux et enthousiastes.

Affiche TN

Copyright de l’affiche: Édouard Lekston

L’argument de la pièce

1601. Shakespeare écrit une comédie destinée à être mise en scène pour les festivités liées à l’Épiphanie. L’action se déroule dans la lointaine Illyrie suite au naufrage qui laisse, échoués sur le rivage, mais en deux lieux différents, les jumeaux venus de Messine, Viola et Sebastian. Chacun croit l’autre mort et met en place une stratégie de survie dans ce pays inconnu…

Pour se sentir moins vulnérable, Viola décide de se faire passer pour un homme et prend le nom de Cesario. C’est le point de départ de tous les quiproquos de cette comédie amoureuse dans laquelle une jeune fille déguisée en jeune homme (Viola) s’éprend d’un homme (le duc Orsino) lui même épris d’une femme (la comtesse Olivia) qui s’éprend du jeune homme (Cesario) pensant qu’il est ce qu’il est… un jeune homme qui est tantôt Cesario (le faux jumeau masculin), tantôt Sebastian (le vrai jumeau masculin).

La truculente intrigue secondaire, où l’on se joue de Malvolio, l’indécrottable puritain secrètement amoureux de la comtesse Olivia, ajoute à la confusion dans cette histoire de travestissements qui est une véritable comédie des erreurs. On s’y perd, on s’y retrouve, on s’y reperd, avec des rires… jusqu’à ce que tout soit élucidé et qu’on puisse danser avec un partenaire, dont on est enfin sûr de l’identité, en se disant que tout est bien qui finit bien.

La troupe Thisbé 2015-2016

DSC02483

Shakespeare au risque de la philosophie

 1ère de couv livret abstractDu 16 au 18 mars 2016, dans le cadre du 400e anniversaire de la mort de Shakespeare (1616-2016), se tiendra à l’Hôtel Berthelot de l’Université de Poitiers un colloque international, en langues anglaise et française, consacré à « Shakespeare au risque de la philosophie » / « Shakespeare at the Risks of Philosophy », co-organisé par les laboratoires de recherche FORELL et MAPP. Entrée libre pour les membres de l’Université de Poitiers; droit d’entrée de 5 euros pour les membres extérieurs. Nous espérons vous y accueillir nombreux. 

LIEU : Hôtel Berthelot, salle Crozet, Université de Poitiers, Sciences Humaines et Arts, 24 rue de la Chaîne, Poitiers.

PROGRAMME :

Mercredi 16 mars : Shakespeare de l’Antiquite a la Renaissance/Shakespeare from Antiquity to Renaissance

Présidence/Chair : Philippe Grosos (Universite de Poitiers)

14h-14h15 – Ouverture du colloque : Mot d’accueil par Yves Jean (Président de l’Université de Poitiers)

14h15-14h55 – Sylvain Roux (Université de Poitiers, MAPP): « Présence de la philosophie ancienne dans l’œuvre de Shakespeare. Le cas du stoïcisme »

14h55h-15h35 – Wael Ellouze (Université de Poitiers, FoReLL): « Reflections on Death and Afterlife in Hamlet : From Christian Piety to Philosophical Atheism »

15h35-15h50 : pause café/coffee break

15h50-16h30 – Pascale Drouet (Université de Poitiers, FoReLL): « Wise fool et festina lente: Shakespeare héritier d’Érasme ? »

16h30-17h10 – Richard Hillman (Université de Tours, CESR): « From ‘tables’ to rapiers: Montaigne and the Marginalisation of Philosophy in Shakespeare »

17h10-17h50 – Laurent Leylavergne (Université de Bordeaux): « De Shakespeare à Castoriadis et retour : l’imaginaire politique moderne et la question tragique »

18h15 : vernissage de l’exposition d’Edouard Lekston : « Roi poète, Roi criminel, Roi mendiant. Translations graphique de Shakespeare » (SHA)

Shakespeare_900

Jeudi 17 mars :

Matinée : Shakespeare et la philosophie des XVIIIe et XIXe siècles/ Shakespeare and 18th-19th Century Philosophy

Présidence/Chair : Sylvain Roux (Universite de Poitiers)

9h-9h40 – Holger Schmid (Université de Lille 3): « Shakespeare avec Homère: l’esthétique du génie et les noms propres au XVIIIe siècle »

9h40-10h20 – François Thomas (Université de Lille 3)/ « “Faire usage de Shakespeare” dans la philosophie et la littérature allemandes, à la fin du XVIIIe siècle : Herder et Shakespeare »

10h20-10h35 : pause café/coffee break

10h35-11h05 – Patrick Gray (University of Durham, Grande Bretagne): « Shakespeare, Hegel, and the History of Recognition »

11h05-11h45 – François Félix (Lausanne, MAPP): « Dramaturgie de la morale. Shakespeare entre Schopenhauer et Nietzsche »

Apres-midi : Shakespeare et la Tragédie/Shakespeare and Tragedy

Présidence/Chair : William C. Carroll (Boston University)

 14h15-14h55 – Jessica Chiba (Royal Holloway, University of London): « ‘I am not what I am’ : Shakespeare’s Ontology »

14h55-15h35 –  Paul Kotmann (New School, NYC, États Unis):  « Why do we care about Hamlet ? »

15h35-15h50 : pause café/coffee break

15h50-16h30 – Catherine Lisak (Université de Bordeaux III): « ‘Would I were assured/ Of my condition’ : the conditional self and mortal will in two Shakespearean tragedies »

16h30-17h10 – Jeffrey R. Wilson (Harvard University, États Unis): « ‘To be or not to be’ : Shakespeare Against Philosophy »

 18h : mise en voix de textes de Shakespeare, dans la traduction d’Yves Bonnefoy, par les élèves du Conservatoire de Poitiers, direction Agnès Delume/création musicale par Éric Sprogis, à la Médiathèque de Poitiers

Médiathèque 1

Médiathèque 2Vendredi 18 mars :

Matinée : Shakespeare et la philosophie française/Shakespeare and French Philosophy

Présidence/Chair : Richard Hillman (Université de Tours, Centre d’Etudes Superieures de la Renaissance)

9h-9h40 – Guillaume Caron (Université de Lyon 3): « La chair, la réversibilité, le tragique : Merleau-Ponty et Shakespeare »

9h40-10h20: Françoise Barbé-Petit (Université Pierre et Marie Curie, Paris): « Shakespeare and Jankélévitch: Two Men that had Music in Themselves »

10h20-10h35 : pause café/Coffee break

10h35-11h05 – Sean Lawrence (University of British Columbia, Canada): « Peace and Recognition of the Other in Girard, Levinas and Shakespeare »

11h05-11h45 – Sophie Emma Battell (Cardiff University, Pays de Galles): « Eating badly or the risk of hospitality in Shakespeare » (Shakespeare, Derrida, Timon of Athens)

Apres-midi : Shakespeare en perspective/Shakespeare in Perspective

Présidence/Chair Pascale Drouet (universite de poitiers)

14h15-14h55 – Marie-Dominique Garnier (Université de Paris 8):  « Le Richard III de Gilles Shakespeare »

14h55-15h35 – William C. Carroll (University of Boston, États Unis): « “What’s Done Cannot Be Undone” : Succession and Diachronic Time in Shakespearean Tragedy »

15h35-15h50 : pause café/Coffee break

15h50-16h30 – Hélène Garello (Université de Paris I – Panthéon Sorbonne): « Jouer un personnage, penser en philosophe »

16h30-17h10 – Philippe Grosos (Université de Poitiers, MAPP): « Shakespeare, la philosophie et le malentendu »

17h10-17h20 : Clôture du colloque/End of the Conference

 

Bonnefoy et Shakespeare, un dialogue ininterrompu

31EoF7PUcoL._SX309_BO1,204,203,200_Le nouvel essai qu’Yves Bonnefoy a consacré à Hamlet vient de paraître au Seuil, avec pour titre L’Hésitation d’Hamlet et la décision de Shakespeare et cette réflexion essentielle: « Shakespeare domine notre pensée parce que cette pensée s’alarme » (p. 47).

À nouveau, Yves Bonnefoy instaure un dialogue avec Shakespeare sur la place des femmes dans la société, ainsi qu’en témoigne ce magnifique extrait: « Et il est clair aussi que ce qu’il a perçu de la condition des femmes va rester au coeur de son projet d’écriture. Le rapport des hommes et des femmes est une constante de tout théâtre, et il avait beaucoup retenu Shakespeare lui-même dès ses débuts, plusieurs scènes de ses chroniques en montrent les difficultés, les malentendus, les dissymétries, avant que Roméo et Juliette ne constate que ces dernières, parmi lesquelles sévissent les idéalisations fallacieuses – l’illusoire de « l’amour fou » –, peuvent vouer un femme à la simple ordinaire mort. Mais Hamlet a permis un pas de plus. Les fleurs d’Ophélie, son désir jamais renoncé de les tresser en guirlandes, c’est signe qu’un poète a compris que c’est leur intelligence de l’être qui fait que l’on redoute les femmes partout où les idéologies, les orthodoxies et autres pensées refermées sur soi cherchent à garder le pouvoir. Et s’apercevoir de cela, c’est prendre conscience de la fracture qui traverse de part en part toute société, et pressentir qu’il n’y aura de vérité, en particulier au théâtre, que si son exploration a priorité sur toutes les autres entreprises » (p. 93-94).

Un petit tour dans la cuisine de Shakespeare?

13-everyday-phrases-that-actually-came-from-shakespeareContrairement à ce que l’on pourrait penser, il reste des choses à découvrir sur la vie de Shakespeare à Stratford-upon-Avon. C’est ce que nous révèlent les archéologues dans un article du Stratford Observer, « Important discovery unearthed at Shakespeare’s final Stratford Home »:

http://stratfordobserver.co.uk/news/important-discovery-unearthed-shakespeares-final-stratford-home/

Shakespeare sur France Culture

Pour tous ceux qui s’intéressent au théâtre de Shakespeare, et plus particulièrement à ses pièces romaines, Adèle Van Reeth (« Les Nouveaux chemins de la connaissance », France Culture) leur consacrera une semaine, du lundi 19 au jeudi 22 octobre 2015.

Au programme:

Lundi : avec Jérôme Hankins pour Jules César
Mardi : avec Mickael Edwards pour Antoine et Cléopâtre
Mercredi : avec Pascale Drouet pour Coriolan
Jeudi : avec Gisèle Venet pour Titus Andronicus

Les émissions pourront être podcastées à http://www.franceculture.fr/personne-adèle-van-reeth.html

Macbeth (the notes)

A ne pas manquer les jeudi 15 et vendredi 16 octobre 2015 au théâtre de l’Avant-Scène à Cognac.

Dans le cadre de la journée de formation sur « Lire l’Europe », qui se déroulait au Palais des Congrès de Cognac jeudi dernier, le directeur du théâtre de l’Avant-Scène, Stéphane Jouan, a présenté l’adaptation que le metteur en scène Dan Jemmett fera de la pièce écossaise le mois prochain: un « one-man-show », un solo jubilatoire interprété par David Ayala qui, du rôle de metteur en scène expliquant ses notes (d’où le titre « the notes ») à son équipe, va se mettre à incarner, tour à tour, tous les personnages de la tragédie, donnant ainsi vie à ses notes.

Dan Jemmett a déjà fait plusieurs adaptations des pièces de Shakespeare : Presque Hamlet (2002, théâtre Vidy-Lausanne ; TN de Chaillot), Shake d’après La Nuit des rois (2003), La Comédie des erreurs (2010, Vidy-Lausanne ; théâtre des Boufffes du Nord), Les Trois Richard d’après Richard III (2012), La Tempête (2012), Hamlet (2013, Comédie française). Mais, ce qui est tout aussi significatif, c’est qu’il avait choisi pour sa première mise en scène Ubu roi d’Alfred Jarry (créée au Young Vic Theatre puis reprise, en 1998, au Théâtre de la Cité Internationale à Paris). Car Ubu roi, c’est la face ubuesque de Macbeth, 

Avec David Ayala, qui jouait déjà dans le Ubu Roi de Dan Jemmett, on peut parier que l’éventail tragicomique propre au théâtre de Shakespeare se déploiera dans toute son amplitude.

Pour en savoir plus: www.avantscene.com

Peines d’amour perdues

La traduction de Peines d’amour perdues désormais disponible chez Gallimard, en édition bilingue, dans la collection Folio théâtre (n°164).

Traduit de l’anglais par Jean-Michel Déprats. Édition de Gisèle Venet.

PAP« Quatre aristocrates s’engagent-ils à étudier trois ans sans voir femme qui vive? Le hasard voudra que leur serment à peine scellé, quatre beautés se présentent au palais. La galanterie commande qu’elles y soient reçues avec empressement mais le serment contraint à les «loger aux champs». Une quadruple intrigue amoureuse pourrait toutefois se nouer : au premier regard, les quatre aristocrates oublient études et serment pour ne plus penser qu’aux sonnets qui déclareront leur amour à ces dames. Les entrées et sorties entre «cour» et «jardin» au théâtre permettent à ces sonnets précieux, confiés à des rustres incapables de les lire mais empressés à les transmettre, de circuler entre diverses mains. Ces imbroglios de commedia dell’arte ne suffiraient pas à empêcher l’intrigue amoureuse d’aboutir si l’ironie vengeresse des quatre dames, éconduites avant que d’être aimées, ne veillait à ce que toute peine d’amour soit d’avance perdue ».

Macbeth en 15 minutes

Affiche LekstonLa pièce écossaise adaptée en langue originale, ça peut effrayer, surtout quand on ne comprend pas grand chose à la langue de Shakespeare. Heureusement, notre fidèle Ahmed vous a, à nouveau, concocté un petit montage de son cru: ça dure moins de 15 minutes et c’est inventif et jubilatoire! Mais on a quand même l’impression d’avoir la mort aux trousses…

https://upload.univ-poitiers.fr/6sw
P1040068

P1040110P1040098Image

P1040097