La qualité de vie dans les territoires

L’Insee vient de publier une étude intéressante sur la qualité de vie dans les territoires français. Exercice difficile : on cherche trop souvent, pour mesurer la « performance » de différentes entités sur un sujet donné (ici la qualité de vie dans les territoires), à identifier l’indicateur pertinent pour produire ensuite des classements. Lorsque le sujet est multidimensionnel, on s’en remet à des indicateurs composites, comme l’IDH pour le développement humain ou le classement de Shangaï pour la performance des Universités. C’est satisfaisant pour les médias qui peuvent produire des classements, trouver des titres chocs et optimiser leurs ventes, mais c’est très insatisfaisant pour cerner le sujet traité.

L’exercice proposé par l’Insee est différent : il s’agit plutôt, au travers de différents indicateurs censés capturer les différentes dimensions de la qualité de vie, de produire une typologie de territoires. Et ça change tout : impossible de hiérarchiser les territoires entre eux, on observe plutôt des profils différents, avec des atouts/faiblesses attachés à chacun d’eux. On peut imaginer que chaque individu, en fonction de son « vecteur de préférences », comme dirait l’économiste, se sentirait mieux dans tel ou tel endroit.

Cela donne cette carte :

cartelégendePoitiers stricto sensu fait partie de la deuxième catégorie de la typologie, caractérisée ainsi par l’Insee : « Regroupant la plupart des métropoles régionales (Lyon, Marseille, Lille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, etc.), certains territoires de plus petite taille ainsi que des zones touristiques de montagne (marron sur la carte : 15,8 millions d’habitants) conjuguent à la fois une rapide accessibilité aux équipements et services et une densité de médecins généralistes importante au regard de la population. L’adéquation des emplois par rapport aux catégories sociales des actifs est bonne et les emplois sont relativement proches du lieu de résidence. Cependant, à l’instar des autres territoires plutôt urbains, les situations sociales difficiles sont également présentes (familles monoparentales, suroccupation des logements). Les zones de montagne orientées vers le tourisme se rapprochent des métropoles régionales, par des conditions socio-économiques et d’accès aux équipements favorables. Mais les emplois y sont moins fréquemment stables. »

Elle baigne cependant dans un océan de zones orangées, des territoires autour de villes moyennes, caractérisés de cette façon : « Enfin, de nombreux territoires organisés autour de villes moyennes (orange sur la carte : 12 millions d’habitants) proposent un accès plutôt rapide aux équipements et services. Les conditions de logement sont plutôt bonnes (très peu de personnes vivant dans des logements suroccupés). La population diplômée est relativement peu importante, y compris chez les jeunes, cependant le taux d’emploi est particulièrement élevé avec des disparités femmes/hommes réduites. L’emploi est très souvent à proximité du domicile mais les salaires sont plutôt faibles et les transports en commun peu développés. Le chômage de longue durée est rare. Ces territoires se situent dans l’Ouest et le Sud-Ouest et à proximité de certains grands pôles de l’Est. »

On peut bien sûr discuter de la pertinence de tel ou tel indicateur, s’étonner de l’absence de tel ou tel autre, mais, de manière générale, je trouve la démarche beaucoup plus intelligente que la moyenne de celles que l’on nous fait subir quotidiennement…