Hausse de la triche au bac en 2014 ? Pas sûr du tout (les journalistes, je te jure…)

[Petite séquence : j’en ai marre de défaire mes cartons après déménagement…]

Le Parisien a publié un article intitulé « le plagiat, nouvelle plaie des examens ». Le Monde a relayé l’information en indiquant que « la triche aux examens est en forte hausse » : +10% (+9,8% très précisément) . Dans l’ensemble de ces fraudes, la part des tricheries au téléphone portable et calculatrice arrive en première position, avec 30,9% des cas détectés. Bigre, que se passe-t-il dans la tête de nos chers bambins ?

Bon, peut-être faut-il relativiser.

Premier point, calculer la hausse des fraudes sans s’interroger sur la hausse du nombre de candidats n’a pas trop de sens. Imaginez que le nombre de candidats ait augmenté de 10% et que le nombre de fraudes ait augmenté de 10%, vous en déduirez logiquement que la hausse de la fraude a été de 0%… En l’occurrence, ce n’est pas le cas, mais ceci conduit à réduire la hausse relative, puisque le nombre de candidats a augmenté de 3,3% d’après cet article : il est passé de 664 709 candidats à 686 907 candidats. L’augmentation de +9,8% tombe mécaniquement à +6,3%.

Deuxième point, quand un phénomène augmente, quel qu’il soit, demandez-vous toujours si l’augmentation n’est pas lié au fait qu’on le regarde plus attentivement qu’auparavant. On apprend par exemple dans cet article daté de mai 2014 que « l’imagination des prétendants au baccalauréat n’a pas de limites. Une évolution technologique qui a forcé le ministère de l’Education nationale à utiliser par exemple des détecteurs de téléphones portables dans les salles d’examens » . Difficile de quantifier l’impact d’une telle mesure, mais on peut penser qu’une partie de la hausse des tricheries détectées n’est pas liée à une hausse des tricheries, mais à une hausse des détections…

Dernier point, c’est gentil de raisonner en taux de croissance de la fraude, mais en nombre absolu, je signale qu’on est passé de 469 tricheries détectées à 515. Pendant ce temps, les candidats sont passés de 664 709 à 686 907. Alors on peut aussi s’amuser à calculer la part des fraudeurs dans l’ensemble. Elle est passée de 0,071% à 0,075% sans neutralisation de l’effet d’augmentation des candidats, et de 0,071% à 0,073% en neutralisant cette augmentation. Soit une hausse du taux de fraude de 0,002 points de pourcentage.

Sûr que ça méritait des billets alarmistes dans la presse nationale…

[Fin de la séquence, je retourne à mes cartons].