Loi El Khomri : Battle entre économistes

Joli débat entre économistes, par tribunes pour le Monde interposées (hélas en édition abonnés seulement). Première tribune datée du 4 mars, signée par Aghion, Algan, Benassy-Quéré, etc, favorables à la réforme, même si les auteurs estiment qu’elle doit être complétée. Deuxième tribune datée du 8 mars, signée par Askenazy, Bacache, Behaghel, etc, défavorables à la réforme, même si les auteurs notent quelques points positifs.

Qui a raison ? Pour trancher, certains seront tentés de « compter les galons », car on sent bien que chaque groupe a cherché à rassembler de prestigieuses signatures, mais comment départager entre Aghion, Tirole, Blanchard, …, d’un côté et Piketty, Cohen, Askenazy, …, de l’autre ? Il y a plus intelligent que ce genre de comptabilité… D’autres encore vont peut-être tenter de repérer le positionnement politique des uns ou des autres, se dire que ceux les plus proches de leurs propres convictions ont certainement raison… Pas beaucoup plus intelligent…

La troisième façon de faire, la plus pertinente selon moi, celle que j’ai proposé à un groupe d’étudiants qui souhaitent échanger sur le sujet la semaine prochaine dans le cadre d’un cours, consiste à recenser les arguments des uns et des autres, identifier les points de convergence et de divergence et, surtout, de s’interroger sur les éléments de preuve avancés par les deux « camps ».

A ce jeu, l’une des tribunes m’apparaît plus convaincante. Mais je ne vous dirai pas laquelle : livrez-vous à l’exercice, rien n’est plus formateur.

Guerre entre économistes : éléments de réflexion

Francois_Dubois_001Le Monde vient de publier un article sur la guerre entre économistes « hétérodoxes » et « orthodoxes », à l’occasion de la sortie d’un ouvrage rédigé par des membres de l’Afep (économistes « hétérodoxes ») intitulé « A quoi servent les économistes s’ils disent tous la même chose ? » et sur fond de débat sur l’opportunité de la création d’une nouvelle section au CNU.

L’Afep (et les médias avec eux) en font une lutte essentiellement politique : les « orthodoxes » seraient convaincus que la régulation par les marchés fonctionne plutôt bien, tandis que les « hétérodoxes » jugeraient que les marchés seraient déficients.

Les « orthodoxes » (à commencer par Jean Tirole, dans son courrier adressé à la Ministre) en font une lutte entre les « bons économistes », capables de publier dans des revues en tête des classements scientifiques, et les « mauvais économistes », incapables de publier dans ces supports.

Je vous livre ici quelques éléments de réflexion, car je pense que ces lectures ne sont pas les bonnes, tout en étant convaincu qu’il y a un problème avec le fonctionnement de la science économique en France (voir aussi pour une analyse assez proche la tribune de Richard Arena et Jérôme Vicente).

Pourquoi je ne suis pas d’accord, ni avec les « hétérodoxes », ni avec les « orthodoxes »

Je ne suis pas d’accord avec les « hétérodoxes » quand ils assimilent l’ensemble des économistes « orthodoxes » à des économistes « néo-libéraux », convaincus des vertus du marché. Des économistes comme Stiglitz ou Krugman ne peuvent être considérés comme néo-libéraux mais peuvent être rangés dans la case « orthodoxes ». Dans le même sens, les échanges que j’ai pu avoir avec des collègues de TSE/PSE, lieux essentiels de concentration des économistes « orthodoxes », me font penser qu’ils se répartissent sur un large spectre de l’échiquier politique.

Je ne suis pas d’accord non plus avec les « orthodoxes », incapables de voir toutes les limites de leur façon de juger de la science sur la base du classement de revues qui privilégient clairement certaines façons de « faire de la science » en économie (penchant pour la modélisation mathématique et pour les traitements économétriques notamment).

L’opposition principale, de mon point de vue est précisément là : ce n’est pas une opposition politique, mais une opposition sur les méthodes mobilisées pour « faire de la science ». Un économiste qui, pour éclairer un problème quelconque, s’appuie sur des enquêtes sera très vite taxé de sociologue (inutile de préciser que « c’est mal »). S’il fait du terrain pour comprendre la dynamique économique d’un territoire, il sera taxé de géographe (c’est « très mal »). S’il fait de l’économétrie (des mathématiques appliquées, quoi), « c’est bien ». S’il fait des modèles (des mathématiques (presque) pures, quoi), c’est « très bien ». Ce problème essentiel dépasse largement l’économie, comme l’a montré récemment Michel Grossetti dans ce texte. Les méthodes et les instruments supplantent parfois l’objet d’étude et sa compréhension.

En quoi est-ce un problème ?

Pour avoir participé à de nombreux jurys de recrutement de Maîtres de conférences, les « allants de soi » qui se diffusent dans la sphère économique conduisent à « produire » de plus en plus de docteurs qui ont une assez faible connaissance de l’économie, qui ont entamé une thèse avec un directeur de thèse qui leur a fourni une base de données, ils se forment à l’économétrie, procèdent à des traitements sophistiqués, identifient quelques relations statistiquement significatives, publient tout cela dans des revues classées et parfois publient beaucoup quand ils maîtrisent une technique économétrique reproductible sur différents jeux de données. Ils s’interrogent assez peu sur le problème économique qu’ils traitent et/ou sur la qualité des données qu’ils mobilisent. L’essentiel est la maîtrise du modèle (théorique et/ou économétrique). Leur capacité à tirer des conclusions de leurs propres travaux est parfois très faible. Quant à parler d’un autre sujet économique…

Une autre façon de montrer les problèmes que cela pose consiste à revenir sur mon dernier billet, suite à la publication de l’article de Combes, Gobillon et Lafourcade, économistes que l’on peut qualifier d’« orthodoxes ». Je ne sais absolument pas quel est leur positionnement politique, mais leur analyse souffre à l’évidence de ce problème de méthode. Je m’explique.

Pour penser la géographie économique, la science économique a développé ce qu’on appelle la « nouvelle économie géographique », avec comme chef de file Paul Krugman. Les modèles de l’économie géographique sont « la » référence pour publier dans de bonnes revues sur ce sujet. Publier dans une revue de rang 1 ou 1* avec un autre cadre théorique est particulièrement difficile, voire impossible. Il faut dire que la « nouvelle économie géographique » se prête bien au développement de modèles mathématiques (qui offrent de plus de multiples variantes, donc d’opportunités de publication) et ensuite à des traitements économétriques sophistiqués. Assez logiquement, Combes, Gobillon et Lafourcade inscrivent leur analyse de la géographie des salaires dans ce cadre et commencent par développer une modélisation pleine d’hypothèses qu’ils n’interrogent pas : sont-elles recevables pour le sujet étudié ?

L’une des hypothèses fortes dans ce type de modèle consiste à supposer que les individus sont rémunérés en fonction de leur productivité. C’est ce qu’ils disent de manière littéraire en haut de la page 9 de leur document, puis sous forme mathématique en bas de la même page. L’objection que j’ai formulée avec Michel Grossetti, suite à quelques traitements statistiques particulièrement simples, qu’ils auraient pu (dû) faire en préalable à leur travail, est que si cette relation n’est pas totalement fausse, elle marche très mal pour certaines professions. Ne pas voir que les écarts géographiques de salaire peuvent s’expliquer aussi, en partie, par la géographie particulière de ces professions atypiques, plus généralement par la composition métiers des territoires (qu’ils intègrent de manière trop grossière, alors que des données plus fines existent dans les bases qu’ils mobilisent), m’a d’abord totalement sidéré mais, après réflexion, je pense que cela s’explique assez bien par cet aveuglement produit par les méthodes mobilisées par ces chercheurs.

Faut-il créer une nouvelle section, alors ?

Mon sentiment est que cette question est totalement différente des propos et débats mentionnés ci-dessus. Elle relève d’un problème de stratégie, plutôt même de tactique, la question étant de savoir comment faire bouger le plus efficacement les choses. Car il faut les faire bouger. La politisation du débat par les « hétérodoxes » me semble contreproductive. Le dédain affiché par les « orthodoxes », Jean Tirole en tête, franchement calamiteuse.

Certains plaident pour une évolution du dedans de la section actuelle, en indiquant que la suppression de l’agrégation modifie significativement les choses, que les taux de qualification pour les Maîtres de Conférences ou les Professeurs des Universités ont été assez importants et qu’ils ont permis à des candidats des différents courants de pouvoir ensuite candidater sur des postes. D’autres considèrent que ce n’est pas suffisant, que dans d’autres disciplines le nombre de sections est bien plus important et qu’il permet d’atteindre très vite un meilleur équilibre.

Personnellement, je ne sais pas, je n’ai pas d’avis très tranché sur la question. Je suis juste totalement convaincu de l’importance de maintenir une forte diversité des méthodes d’investigation.

Le rapport Gallois, c’est quoi?

Le rapport Gallois, c’est :

  • 20 propositions consensuelles droite/gauche, plutôt techniques et donc jamais commentées, pour l’essentiel sur la compétitivité hors coût, déjà partiellement ou totalement mises en oeuvre, qui produiront des effets au mieux dans plusieurs années, certes utiles (on pourrait discuter dans le détail, mais je passe), mais non à même de dynamiser l’économie française à court terme (propositions 1 à 3 puis 6 à 22),
  • une proposition écologiquement incorrecte sur le gaz de schiste rejetée par le gouvernement (proposition n°5), je ne développe pas, donc,
  • une proposition (la proposition n°4), qui a focalisé toute l’attention des médias avant et après la sortie du rapport, qui a provoqué le quasi-orgasme quasi-évanouissement de l’ensemble des patrons du Medef. Je la cite :

« créer un choc de compétitivité en transférant une partie significative des charges sociales jusqu’à 3,5 SMIC – de l’ordre de 30 milliards d’euros, soit 1,5 % du PIB – vers la fiscalité et la réduction de la dépense publique. Ce transfert concernerait pour 2/3 les charges patronales, et pour 1/3 les charges salariales. »

 Les économistes se sont logiquement focalisés sur cette dernière proposition (je cite des économistes comme il faut, des économistes que le gouvernement aimerait faire entrer au CAE je pense). Conclusion implacable : c’est du grand n’importe quoi. Philippe Martin et Pierre-Olivier Gourinchas, dans une tribune pour Libération, montrent que cette mesure s’apparente à une forme de dévaluation qui va à l’évidence peser sur le pouvoir d’achat des français, et que les autres mesures visant à améliorer la compétitivité hors coût, certes utiles pour la croissance de long terme, n’auront pas d’effet à court terme sur la croissance et l’emploi.  Pierre-Cyril Hautecoeur enfonce le clou sur le même point, dans Le Monde, en se désespérant des stratégies calamiteuses que tous les pays européens sont en train de mettre en oeuvre. Alexandre Delaigue les avait devancé sur le même sujet, dans ce billet (il y a de légères variations dans leurs analyses, mais ils convergent sur l’essentiel).

D’autres décentrent le débat : Thomas Piketty s’énerve dans Le Monde en reposant la question de la réforme fiscale, pour rappeler notamment, à juste titre, qu’une réforme fiscale n’a pas pour seul objectif de « renforcer les exportations pour 2013 ». Alexandre Delaigue décentre autrement le propos sur Francetvinfo, en expliquant que ce rapport vaut moins par son contenu que par son rôle de « légitimation externe » de politiques que le gouvernement voulait mettre en oeuvre et en se désespérant du fait, qu’une fois de plus, les vrais sujets ne sont pas abordés.

Karine Berger, économiste proche du PS (puisqu’ayant participé à la rédaction du programme économique de François Hollande), a déclaré, le jour de la remise du rapport Gallois et la veille du séminaire gouvernemental (auquel elle a participé), qu’elle retiendrait vingt des vingt-deux propositions du rapport Gallois. Les vingt premières propositions dont je parlais. Visiblement, elle n’a pas été entendue. D’où son communiqué, qui vise à faire évoluer quelque peu le gouvernement lors du débat parlementaire. Courage…

Mon point de vue : i) valider les vingt propositions de Louis Gallois, ça ne mange pas de pain, ii) brancher une réforme fiscale telle que décrite par Piketty et al., plutôt que cette proposition n°4, inepte, iii) mettre au coeur de la stratégie de développement économique, enfin, les politiques relevant plutôt, traditionnellement, de l’économie du travail (politiques de formation, initiale et continue ; politiques visant à améliorer la mobilité professionnelle et géographique, etc.).

Pour conclure. Je ne suis pas naïf : ce que disent les économistes est rarement entendu, car il y a d’autres rationalités qui comptent, à commencer par la rationalité politique. Que les choix du gouvernement soient perpendiculaires aux enseignements de l’expertise économique n’est donc pas surprenant. Mais, sur ce coup là, je pense qu’ils sont aussi politiquement perdants…

Dis, l’économiste, tu vas voter pour qui?

Il est assez drôle ce décalage : si vous demandez à un échantillon-représentatif-de-la-population-française-établi-selon-la-méthode-des-quotas (un truc scientifique, quoi) ce qu’il pense de ce que pensent les économistes, sûr que la plupart en feront des suppôts du marché / libéralisme / capitalisme / finance / dérégulation / patrons / salauds / etc.

Pourtant : vous avez, à gauche, des économistes bon tein, plutôt parisiens. Très parisiens, même. Et à la gauche de ces économistes de gauche, des économistes limite girondins, je dirais. Pas d’économiste sarkozyste. Même un économiste juste de droite, vous aurez du mal à en trouver un…