L’économie du Luxembourg

Je l’avais signalé en février dernier, je suis allé au Luxembourg à l’invitation du Ministère
de l’Economie et du Commerce Extérieur du Luxembourg
pour une « journée de l’Economie ». Suite notamment à cette journée, le ministère et l’Observatoire de la Compétitivité ont publié Le Bilan compétitivité 2007, avec une contribution de ma part intitulée « Réorganisation transnationale des activités économiques : quels enjeux pour le Luxembourg ? » (p.
22-36).

Jeannot Krecké, ministre de l’Economie et du Commerce extérieur, en a parlé à l’ouverture officielle de la Foire d’Automne, le samedi, 13 octobre 2007.
Je ne sais pas vous, mais moi, je trouve qu’il a de bonnes références, le Ministre !

Liaisons Sociales


liaisonssociales.gif
Petite interview pour le numéro de mai (n°382, p. 46) du magazine Liaisons Sociales (3,70 euros chez votre marchand de
journaux…).

La question posée était la suivante : Les investissements étrangers créent-ils de l’emploi en France ? J’ai
répondu oui.

 

Sur la base des données Afii d’abord, qui
montrent que la France est attractive, qu’elle attire des projets étrangers, projets qui sont créateurs d’emplois
(40 000 emplois créés en
2006)
. Mais ça ne suffit pas, compte tenu de certains discours qui circulent (voir la réponse de Jean Arthuis à la première question du journaliste dans
cette interview à trois).

J’ai donc complété sur la base de ce document de l’Insee, qui montre qu’entre 1993
et 2003, le nombre de salariés employés par des filiales de groupes étrangers a été multiplié par 1,8, pour atteindre 1,9 million. C’est maintenant un salarié sur sept qui travaille pour une
filiale de groupe étranger. Autre élément important, le bilan des créations de filiales entre fin 1994 et fin 2003 est positif : il correspond à 100 000 salariés et 4 800 filiales
supplémentaires.

Fabrice Hatem, de l’Afii et Gilles Le Blanc, de l’Ecole des Mines sont également interviewés. Avec des angles d’attaque différents, nos avis convergent.