Présidentielle 2017, répétition, pédagogie et sourire nostalgique…

Évocation rapide de quelques sujets connexes.

Taux de chômage des jeunes

J’ai lancé mon blog en 2006, pendant les manifestations autour du CPE, fac bloquée, plein de temps pour tester ce que c’était qu’un blog. Mon sujet favori, en plein dans l’actualité, était d’écrire des billets pour expliquer la méconnaissance des politiques sur ce qu’était un taux de chômage. Avec un taux de chômage de 25%, la plupart des politiques, de droite comme de gauche, affirmaient à l’antenne qu’un quart des jeunes étaient au chômage. En fait, non, pas du tout, pas 1 sur 4, plutôt 1 sur 12. Parce que si le taux de chômage des jeunes est élevé, ce n’est pas parce que beaucoup de jeunes sont au chômage, mais parce que peu de jeunes sont actifs.

Parce que, pour rappel, le taux de chômage, c’est le rapport entre le nombre de chômeurs et le nombre d’actifs, c’est-à-dire les personnes en emploi et les personnes à la recherche d’un emploi. Et que les étudiants ne sont pas des actifs. Et que les « jeunes », c’est 15-24 ans. Donc le taux de chômage des jeunes il augmente mécaniquement quand plus de jeunes poursuivent leurs études. Que donc c’est un indicateur qui ne veut rien dire pour cette classe d’âge, c’est mieux de regarder la part des jeunes au chômage.

C’est donc avec un brin de nostalgie et un léger sourire que j’ai découvert, dix ans plus tard, dans l’interview d’Alain Juppé pour Le Monde daté d’hier, cette affirmation (source ici) :

Ce qui casse le modèle social, c’est d’avoir 600 000 chômeurs en plus depuis quatre ans et 24 % de jeunes sans emploi.

Parents, rassurez-vous, il n’y a pas 24% de jeunes au chômage, cf. supra. 8 ou 9% plutôt.  Dix ans après, les politiques n’ont rien appris. Mais bon, comme on dit, la répétition est la base de la pédagogie. Ça vous a un côté fatiguant de répéter toujours les mêmes choses, mais en même temps, c’est reposant : je vais refaire un topo sur le sujet devant des étudiants lundi, je peux être sûr que ça leur sera utile.

L’électeur médian

Analyse pas inintéressante de Bruno Roger Petit sur le match Sarkozy-Juppé : le premier serait plus futé, il joue le premier tour, il se moque de ce que les gens pensent à gauche, ce sera pour l’entre deux-tours, donc il clive. Le deuxième se trompe, il nous joue un remake de Jospin 2002 affirmant que son programme n’était pas socialiste, il est déjà dans le deuxième tour alors que pour y être, il faut passer le premier.

Pas faux, je me dis, pas très nouveau non plus, ça s’interprète très bien avec la théorie de l’électeur médian, basée sur le modèle de Hotelling, publié en … 1929… J’avais écrit un billet sur le sujet pour les élections 2007, il faudrait l’adapter au contexte actuel, mais franchement, rien de nouveau non plus.

La seule chose intéressante, c’est peut-être celle-là : le plus stratège des deux n’est peut-être pas celui qu’on croit. Jouer les impulsifs, les sanguins, les incontrôlables, ça peut être jouer, toujours, pour gagner, bien sûr.

Retour d’expérience

Cours en Master 1 hier. J’ai donné une consigne aux étudiants, hier, je ne développe pas, ce serait un peu long. Ils devaient faire des choses en autonomie, après. Je passais derrière eux, voir ce qu’ils faisaient. Je me suis rendu compte qu’un des étudiants se plantait grave dans ses recherches.

Plutôt que de redonner la consigne, j’ai demandé à un autre étudiant d’expliquer au groupe la consigne que j’avais donnée (pour tout dire, si j’ai eu cette idée, c’est grâce à un complice de footing du dimanche matin, enseignant au lycée de profession, à qui je racontais mes déboires avec d’autres étudiants, qui ne semblaient pas avoir compris ce que je leur demandais. « Tu leur as demandé de reformuler la consigne », m’a t’il dit ?). L’étudiant a reformulé.

Un troisième étudiant a réagi, avant que je n’ai rien dit, en expliquant que ce n’était pas ça, la consigne. Un quatrième a réagi, en désaccord avec les précédents, puis un cinquième, puis un sixième, d’accord avec le troisième. Six étudiants, cinq consignes. Je n’en avais donné qu’une. « Nous voilà bien », ai-je lâché. Rires dans la salle. Je crois que j’ai vécu l’une de mes plus belles expériences d’enseignant.

Conclusion

La répétition est la base de la pédagogie, c’est sûr. Je continuerai donc à expliquer ce que c’est qu’un taux de chômage, pourquoi en se focalisant sur le taux de chômage des jeunes, on rate l’essentiel, que ceux qui souffrent ce sont surtout les personnes sans qualification, que ce serait bien de s’y intéresser, quel que soit leur âge. Que le diplôme compte trop, en France, aussi, que trop de choses sont écrites lorsque l’on a vingt ans.

Je continuerai aussi à expliquer la différence entre « rationalité économique » (que faut-il faire pour que la situation économique, en termes de création de richesses, de réduction du chômage, d’amélioration du bien-être des individus, …, s’améliore) et « rationalité politique » (que faut-il faire pour être élu, quitte à passer pour un illuminé, dire à peu près n’importe quoi, …, si cela peut servir?). Que le modèle de Hotelling, aussi cynique soit-il, n’est pas trop mal pour ça.

Je demanderai plus souvent qu’auparavant aux étudiants, en revanche, ce qu’ils ont compris de ce que je leur ai dit, des consignes passées, de ce qu’ils ont retenu. Il y a loin entre ce que l’on dit et ce qu’ils entendent. Plutôt que de s’en désespérer, je crois que l’essentiel, c’est d’en discuter. Parce que l’essentiel, pour moi, je crois : ce n’est pas qu’ils pensent quelque chose, c’est qu’ils sachent le défendre et expliquer pourquoi.

Le cas Alstom : la question du sens de la causalité

Alstom a annoncé il y a quelques jours devoir fermer son site de Belfort dédié à la fabrication de locomotives et de motrices. Pourquoi? Plus de commande. Le gouvernement s’agite pour sauver le site, l’objectif étant de trouver de nouvelles commandes, auprès de la SNCF, de la RATP et/ou pour la fabrication de trains régionaux. Si cela aboutit, tout le monde se réjouira de l’enchaînement : 1) Alstom va mal en raison de l’absence de commande, 2) le gouvernement s’agite, 4) Alstom décroche de nouvelles commandes, 3) le site de Belfort est sauvé.

Étant donné qu’Alstom est en concurrence sur certains de ces marchés avec d’autres entreprises (le canadien Bombardier et l’espagnol CAF), je me demande naïvement si on ne peut pas inverser le sens de la causalité : 1) Alstom veut décrocher ces commandes, 2) Alstom annonce devoir fermer le site, 3) le gouvernement s’agite, 4) Alstom décroche les nouvelles commandes, 5) le site de Belfort est sauvé.

Au moment où le Made in France revient dans les débats, quelle importance, me direz-vous, tant pis pour les canadiens et les espagnols, tant mieux pour les français. Sauf que Bombardier dispose de la plus grande usine ferroviaire de France à Crespin, dans le Nord, et que CAF a son usine à Bagnères-de-Bigorre, dans les Haute-Pyrénées. Ce n’est donc pas le Canada où l’Espagne, qui vont perdre, mais certains territoires français contre d’autres. Mais le symbole Alstom à Belfort est trop fort pour que le gouvernement ne vole pas au secours de ce site.

Donc bravo au PDG d’Alstom. Ce n’est qu’une hypothèse, bien sûr.

Loi El Khomri : Battle entre économistes

Joli débat entre économistes, par tribunes pour le Monde interposées (hélas en édition abonnés seulement). Première tribune datée du 4 mars, signée par Aghion, Algan, Benassy-Quéré, etc, favorables à la réforme, même si les auteurs estiment qu’elle doit être complétée. Deuxième tribune datée du 8 mars, signée par Askenazy, Bacache, Behaghel, etc, défavorables à la réforme, même si les auteurs notent quelques points positifs.

Qui a raison ? Pour trancher, certains seront tentés de « compter les galons », car on sent bien que chaque groupe a cherché à rassembler de prestigieuses signatures, mais comment départager entre Aghion, Tirole, Blanchard, …, d’un côté et Piketty, Cohen, Askenazy, …, de l’autre ? Il y a plus intelligent que ce genre de comptabilité… D’autres encore vont peut-être tenter de repérer le positionnement politique des uns ou des autres, se dire que ceux les plus proches de leurs propres convictions ont certainement raison… Pas beaucoup plus intelligent…

La troisième façon de faire, la plus pertinente selon moi, celle que j’ai proposé à un groupe d’étudiants qui souhaitent échanger sur le sujet la semaine prochaine dans le cadre d’un cours, consiste à recenser les arguments des uns et des autres, identifier les points de convergence et de divergence et, surtout, de s’interroger sur les éléments de preuve avancés par les deux « camps ».

A ce jeu, l’une des tribunes m’apparaît plus convaincante. Mais je ne vous dirai pas laquelle : livrez-vous à l’exercice, rien n’est plus formateur.

Pourquoi avons-nous de si mauvais politiques (en France) ?

C’est ce que je me suis dit, en écoutant Justin Trudeau, Premier Ministre du Canada (en anglais puis en français)…

C’est ce que je me suis redis en écoutant Barack Obama, Président des Etats-Unis (anglais sous-titré anglais)…

 

Quelqu’un a entendu un politique français tenir un discours similaire ?

Sur l’analyse économique des migrations, voir mes précédents billets, ou bien cette excellente émission, à écouter ou lire (en anglais).

Bon, ben… joyeux Noël et bonne année…

Les nouvelles Grandes Régions françaises sont toutes petites

Dossier très intéressant et bien documenté d’Alternatives Economiques dans le numéro de novembre, consacré à la réforme territoriale, je vous en recommande vivement la lecture. Bonne synthèse des débats en cours avec les thèses d’Askenazy et Martin, Davezies, Veltz, Frédéric Gilli et moi-même p. 56-59 (les propos de Frédéric Gilli me semblent particulièrement intéressants et complémentaires de ce que l’on raconte avec Michel Grossetti), beaucoup de cartes, statistiques, analyses sur différents sujets, bref, courez l’acheter!

Je cible juste sur un point évoqué page 68, consacré aux budgets des régions, avec des comparaisons entre certaines des nouvelles régions françaises et certaines régions européennes. On peut y lire le budget régional (en milliards d’euros) et la population régionale (en millions de personnes). Je me suis amusé à diviser les deux chiffres, pour avoir une idée de la dépense par habitant de chaque région.

En nombre d’habitants, les régions françaises sont plutôt grandes :

populationMais si l’on regarde le budget par habitant, ce sont des naines, elles restent entre 5 et 10 fois plus petites que leurs homologues européennes  :

budgetSi l’on considère que l’échelon régional est un bon échelon pour assurer le développement économique de la France, je ne sais pas vous, mais je crois que c’est moins le nombre d’habitants qui compte, que les moyens financiers dévolus afin d’assurer les missions confiées.

En dépit des apparences, la France reste un pays très jacobin…

Universités, Villes et Territoires : quel avenir pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche français ?

21 Présidents d’Université ont rédigé un communiqué après les résultats du Programme d’Investissement d’Avenir 2. Ils y dénoncent justement les allants de soi qui guident les décisions de l’État en la matière (il faut soutenir les métropoles et rien d’autres ; il faut des Universités de grande taille pour monter dans les classements internationaux).

A lire et diffuser sans modération.

Les dérives de la réforme territoriale : quelles seront les capitales des nouvelles régions de France ?

Le Monde a publié hier un article intitulé « Quelles seront les capitales des nouvelles régions de France? ». Question très révélatrice de la façon dont on est en train de faire la réforme territoriale.

Roland Riès, maire de Strasbourg, affirme ainsi « Je ne peux accepter que Strasbourg, avec son statut européen, appartienne à une région dont elle ne serait pas la capitale ». Plus loin, le journaliste explique :

Sur la liste des villes qui perdront leur statut de capitale régionale figure également Clermont-Ferrand en Auvergne, qui pèse de peu de poids face à la métropole lyonnaise. Idem pour Limoges (Limousin) et Poitiers (Poitou-Charentes) qui, selon les mots d’un conseiller ministériel, « ne sont pas en mesure de disputer le leadership à Bordeaux », qui deviendra capitale de cette grande région du Sud-Ouest.

Dans le futur Nord-Pas-de-Calais-Picardie, c’est sans surprise Amiens qui devrait s’effacer devant la mairie de Lille, de Martine Aubry. Les métropoles devraient donc être les gagnantes du redécoupage régional.

(…) Quant à la future région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, « personne n’imagine que la capitale ne soit pas Toulouse », indique un connaisseur du dossier.

En clair, on s’oriente vers un processus de décentralisation qui consiste à faire émerger tout un ensemble de « France en plus petit », avec au sein de chacun de ces petits pays, la Capitale régionale, pendant pour la région en question de ce qu’est Paris pour la France. Un modèle centre/périphérie, avec la concentration d’un maximum de pouvoirs dans la ville centrale, dotée du statut de métropole.

Tout ceci au mépris de l’ensemble des interdépendances qui traversent les régions françaises : on ne peut comprendre l’économie de la Picardie si on ne voit pas qu’une part importante de ses habitants travaillent en Ile-de-France (17% en 2011) ; on ne peut comprendre l’économie de la Lorraine si on ne voit pas qu’une part importante de ses habitants travaillent en Belgique, en Allemagne et surtout au Luxembourg (environ 10% des lorrains) ; idem pour la Franche-Comté vis-à-vis de la Suisse, la Bourgogne, l’Alsace, Rhône-Alpes ou encore l’Allemagne. On sait aussi que les processus productifs sont de plus en plus fragmentés, que leur organisation d’ensemble traverse les frontières régionales et même nationales.

Certains Conseil Régionaux avaient déjà tendance à se considérer comme de petits pays, s’indignant par exemple que les jeunes dont ils avaient financé la formation aillent travailler ensuite dans d’autres régions. J’ai peur que cette tendance se renforce à l’avenir.

Tout ceci au mépris du fait que le potentiel de croissance de l’économie française est loin de résider simplement dans ses métropoles, comme nous l’avons montré récemment en brassant tout un ensemble de statistiques, comme le constatera toute personne analysant de manière un peu précise l’économie des territoires : l’économie de Poitou-Charentes n’est pas riche que de Poitiers, ville essentiellement administrative, elle est riche aussi de l’industrie localisée autour de Cognac et du Nord-Deux-Sèvres, deux territoires qui s’en sortent plutôt très bien, sans être connectés de manière décisive à une quelconque métropole ; Midi-Pyrénées n’est pas riche que de Toulouse, elle est riche également de sa Mecanic Vallée, autour de Figeac-Decazeville, avec certes des sous-traitants pour Airbus, mais pour beaucoup d’autres entreprises, un peu partout dans le monde ; regardez également ce qui se passe sur Pau, sur le Territoire de Belfort, dans la Vallée de l’Arve, sur certains territoires littoraux, et sur de nombreux autres territoires.

On aurait pu rêver d’un peu d’imagination, de tentatives de gouvernance innovantes, permettant de tirer partie de la diversité des territoires français, de bien gérer ces interdépendances. Je crains qu’on s’achemine vers l’émergence de petits rois, à la tête de leur petit royaume.

L’Europe ressemble à un ensemble de pays égoïstes, repliés sur leurs intérêts nationaux, se faisant concurrence autant que de possible. La France et ses régions s’orientent vers ce modèle, dirait-on.

Comment réduire le chômage?

C’est le titre d’un point de vue sollicité par L’Humanité, qui avait demandé un texte court (3800 signes) sur le lien emploi et territoires. Texte co-écrit avec Emilie Bourdu, Chargée d’études à la Fabrique de l’Industrie et chercheure associée au CRIEF.

N’hésitez pas à commenter ici où là-bas.

Pourquoi, mais pourquoi donc, avons-nous de si mauvais politiques?

Parfois, les bras m’en tombent… Je me dis que si nos politiques prenaient la peine de suivre un cours d’économie de 2 ou 3 heures, niveau deuxième année de licence, le monde irait mieux.

Dernier exemple en date, la fureur de Huchon et Pécresse au sujet des RER qui sautent des arrêts pour respecter l’horaire. L’article de Libé est confondant. Pour Huchon et Pécresse, je veux dire. Extrait de l’article :

«Je suis absolument furieux et je vais m’en occuper tout de suite», a-t-il affirmé. «On a signé des contrats donnant des obligations à la RATP et la SNCF (qui co-exploitent les RER, ndlr) moyennant un bonus ou un malus selon le respect de ces obligations, et la première est arriver à l’heure», a rappelé Jean-Paul Huchon.

«Actuellement sur certaines lignes, il y a des retards considérables et pas admissibles», a souligné le président PS de la région Ile-de-France, «c’est complètement stupide de la part de la direction de l’entreprise de donner éventuellement des consignes» de ne pas s’arrêter pour tenir les horaires. «Je vais reprendre le contact immédiatement avec Mongin (patron de la RATP, ndlr) et Pépy (PDG de la SNCF, ndlr) pour leur dire que cela ne convient pas»

(…)

L’opposition régionale, par la voix de Valérie Pécresse, présidente du groupe UMP, a dénoncé une «situation totalement scandaleuse», dans un communiqué. «Le système de bonus-malus doit inciter les opérateurs à offrir un meilleur service aux usagers (…) La situation décrite par Europe 1 constitue un détournement inacceptable du système et appelle une réponse immédiate et forte», a estimé Valérie Pécresse.

J’avoue, j’ai lu l’article plusieurs fois. Au début, je me suis pincé, pensant que je rêvais. Les bras m’en sont tombés. Courageusement, je les ai ramassés (pas facile). Revissés (plus dur encore).

La Région Ile-de-France fixe un objectif prioritaire à des entreprises : arriver à l’heure. C’est la première des obligations, rappelle Huchon. Et il s’étonne que tout soit fait pour respecter cet objectif inscrit contractuellement, au mépris d’autres considérations. Facilement vérifiable, l’objectif, qui plus est. Et Pécresse s’étonne du détournement de ce système de bonus-malus, appelant une réponse immédiate et forte.

Dites à des policiers que tout ce qui compte pour leur évalution, c’est le nombre de gardes à vue. Le nombre de gardes à vue explosera. Un grand nombre sera injustifié.

Dites à des chercheurs que tout ce qui compte pour leur budget recherche, c’est le nombre d’articles publiés, il augmentera. Leur qualité baissera aussi, très vite.

Dites à un footballeur, bon dribleur, qui passe trop souvent le ballon à l’adversaire, qu’il sera sanctionné financièrement à chaque ballon rendu. Il ne fera pas moins de mauvaises passes : il arrêtera de faire des passes.

Je peux multiplier les exemples, tous réels. Définissez un objectif. Réduisez le à un indicateur, avec une performance à atteindre. Elle sera vite atteinte : on répond tous très bien, très vite, à ce type d’incitation.

C’est du niveau L2, je vous jure. Sûr qu’en L1, ça passe aussi. Voire au Lycée.