Qu’est-ce que New-York a de plus que Poitiers ?

C’est un petit complément à mon billet sur la concurrence territoriale calamiteuse entre Poitiers et Châtellerault, autour de l’implantation de Forsee Power. J’avais bien précisé dans mon billet que cette concurrence n’était pas l’apanage de ces deux territoires, qu’elle était assez généralisée, mais j’ai cru comprendre que mes propos avaient vexés certains.

Qu’ils se rassurent, New-York ne fait pas mieux : on apprend ici qu’elle a versé 1,5 milliards de dollars pour qu’Amazon s’y implante. Pour favoriser, donc, une délocalisation des Etats-Unis vers les Etats-Unis.

Ce qui a fait réagir Dani Rodrik (un économiste de Harvard) sur twitter :

Je traduis : « Même si vous pensez que les incitations fiscales créent parfois de bons emplois, cela n’a aucun sens. Un territoire américain en concurrence avec d’autres territoires américains alloue des ressources de contribuables à la troisième entreprise la plus riche du monde ».

La réponse à la question posée en titre est donc : rien. Poitiers peut être fière.

Poitiers 2020 : saison 1, épisode 2 (Forsee Power)

Résumé des épisodes précédents : la série Poitiers 2020 est constituée de billets évoquant des sujets d’intérêt pour ce territoire, dans la perspective des élections municipales. Vous trouverez le pitch des épisodes, au fur et à mesure, dans cet onglet de mon blog. L’épisode 1 était consacré à la question des horaires de bus lors des vacances scolaires. L’épisode 2, un peu plus lourd (âmes sensibles, s’abstenir), pose la question des politiques d’attractivité à partir du cas récent de l’implantation de l’entreprise Forsee Power. 

L’entreprise Forsee Power, fabricant de batteries intelligentes, trop à l’étroit en région parisienne, a décidé il y a quelques mois de s’implanter à Chasseneuil-du-Poitou, au sein de la Communauté Urbaine de Grand Poitiers, après avoir hésité un temps relativement bref avec un site sur Valenciennes, et un autre temps un peu plus long avec un site sur Châtellerault. Les échanges avec les collectivités l’ont conduit à opter pour Grand Poitiers.

Comme l’indique un article de La Nouvelle République de mars dernier, cette décision a été suivie d’actions rapides :

La course contre la montre continue. La communauté urbaine de Grand Poitiers doit très rapidement acquérir le site, engager son désamiantage et mettre en place une structure provisoire pour permettre à Forsee Power de commencer à installer ses premières lignes de production dès le mois de juin pour une mise en service avant la fin du mois d’août.

(…) Le défi du recrutement est également considérable. Sans attendre l’annonce officielle, les équipes de Pôle Emploi ont commencé à se mobiliser et les équipes des ressources humaines de Forsee Power devaient enchaîner les rendez-vous hier après-midi. Une centaine de postes doivent être pourvus cette année et plus de trois cents d’ici fin 2021.

On apprend dans le même article que la Région Nouvelle-Aquitaine n’est pas restée les bras ballants dans cette opération : elle a accompagné Forsee Power avec 1,9 million d’euros au titre de la recherche et du développement et 500 000€ pour la formation. Dans un autre article, on nous informe qu’une personne de l’Agence de Développement et d’Innovation (ADI) de Nouvelle-Aquitaine a été mise à disposition. Les Echos chiffrent plus précisément les sommes injectées par les collectivités :

L’investissement dépasse les 55 millions d’euros sur trois ans, dont plus de 10 millions apportés par la communauté urbaine de Grand Poitiers et la région Nouvelle Aquitaine et 45 millions par la société.

Soit près de 20% d’argent public. Sud Ouest nous apprend par ailleurs que tout au début du processus, 12 sites étaient en compétition, dont un à l’étranger (en Pologne). On peut sans crainte de se tromper considérer que l’entreprise avait pour objectif prioritaire de se localiser en France, l’hypothèse polonaise ayant sans doute vocation à faire bouger en France, ce que les 11 territoires français n’ont pas manqué de faire pour attirer l’investissement.

Or, la concurrence que se livrent les territoires pour attirer des entreprises n’est pas sans poser problème. Pour le dire vite : cela conduit la puissance publique à prendre en charge tout un ensemble de dépenses que les entreprises privées prenaient en charge auparavant. Dans le cas de Forsee Power, la recension presse mentionne les aides de la Région, l’accompagnement de Pôle Emploi, la mise à disposition de la personne de l’ADI, ainsi que l’ensemble des aides de Grand Poitiers (acquisition du site, désamiantage, …). Et comme l’argent public est limité, c’est forcément au détriment d’autres dépenses, qui pourraient être plus utiles (je ne développe pas ici, mais certaines dépenses peuvent être légitimes, d’autres moins, j’y reviendrai à l’occasion. Dans l’ensemble, et dans le cas précis qui nous occupe, cependant, beaucoup ne le sont pas).

Pourquoi les territoires jouent-ils à ce drôle de jeu, alors ? L’objectif de ce nouvel épisode est de vous l’expliquer, et de réfléchir sur les moyens de sortir de ce jeu calamiteux (mais sortir de ce jeu est particulièrement difficile, je le précise d’emblée).

Considérons une entreprise qui souhaite investir dans une nouvelle unité de production, et qui hésite entre une localisation dans une ville A et une localisation dans une ville B, en tous points identiques. Pour faire son choix, le plus simple sera sans doute qu’elle joue à pile ou face. Si, à chaque période, une entreprise est confrontée au même choix, et qu’elle procède de la même façon, on comprend assez vite que les villes A et B vont accueillir chacune la moitié des nouvelles entreprises. Ces dernières devront alors procéder aux dépenses de construction de leurs nouveaux établissements, aménager les accès, procéder aux recrutements, former leur nouveau personnel, etc.

Supposons maintenant que l’édile de la ville A, soucieux d’attirer sur son territoire plus d’entreprises que sur le territoire voisin (la ville B), pour des raisons qu’il conviendrait d’interroger (je pense qu’il s’agit là d’une des questions fondamentales à poser aux futurs candidats, j’y reviendrai à l’occasion), propose aux entreprises de prendre en charge une partie des coûts de leur installation, disons 10%. Les entreprises, que l’on peut supposer rationnelles, vont toutes décider de s’implanter en A, pour profiter de l’aubaine. L’édile de la ville B, pas fou, va réagir, et proposer à son tour de prendre en charge une partie des frais d’installation, disons 11%, histoire d’embêter son voisin. A va réagir, B à son tour, et ainsi de suite, jusqu’à atteindre les limites des budgets mobilisables et/ou ce que la loi permet. Supposons que le montant maximum que A et B peuvent engager correspond à 20% du montant de l’investissement des entreprises : l’une et l’autre vont rapidement le proposer, les entreprises vont de nouveau choisir « à pile ou face » entre A et B, chaque territoire accueillera donc la moitié des entreprises nouvellement installées, comme dans la configuration sans apport public. La seule différence, c’est que des dépenses qui auraient été assurées par les entreprises privées si aucun territoire n’avait fait de proposition de prise en charge vont être maintenant assumées par la puissance publique. Au détriment d’autres dépenses, j’insiste, car, comme on dit en économie, il n’y a pas de repas gratuit (ce que l’on investit dans un domaine, c’est de l’argent qu’on n’investit pas ailleurs).

Le problème, c’est que ce jeu est particulièrement pervers, d’où la difficulté d’en sortir : si l’un des territoires décide de sortir du jeu, il perd (toutes les entreprises vont dans l’autre territoire), s’il joue au jeu et que tous les autres jouent, il ne gagne rien (tous les territoires jouent, ils prennent en charge de plus en plus de dépenses initialement assumées par le privé, mais leurs positions restent au final inchangées).

Et bien c’est à ce jeu que se livrent les territoires français, quand un investisseur décide de s’y localiser : un jeu payant (du montant de l’argent public investi), une sorte de pile ou face, où si la pièce tombe sur pile, je perd, et si la pièce tombe sur face, je ne gagne rien. On a fait plus vendeur.

Mais que l’on comprenne bien : que Poitiers, Châtellerault, Valenciennes, la région Nouvelle-Aquitaine, les Haut-de-France, etc., jouent à ce jeu n’est pas condamnable en soi, c’est même rationnel à l’échelle de chacun des acteurs, même si c’est totalement irrationnel si l’on raisonne à l’échelle de l’ensemble : pour en sortir, il faudrait en effet que tout le monde arrête en même temps, sinon, il faut continuer à jouer. Avec le prix à payer, très lourd, de plus en plus lourd, en termes d’argent public.

Quelle est l’alternative, alors ? L’alternative est simple sur le papier, mais complexe en pratique : il conviendrait de sortir de l’idée que l’ensemble des territoires sont en concurrence les uns avec les autres, pour jouer la carte des coopérations. Comme il y a peu de chances qu’ils le fassent par eux-mêmes, sans doute y-a-t-il besoin d’une régulation à des échelles géographiques supérieures (régulation régionale pour éviter la guerre entre les territoires de la région, régulation nationale pour éviter la guerre entre les régions françaises, régulation européenne pour éviter la guerre entre les pays européens). Sauf qu’à toutes ces échelles de territoires, la mode est à la compétitivité et à l’attractivité, si bien qu’on laisse les territoires se faire la guerre, et cela coûte très cher.

Une préconisation peut cependant être formulée dans la perspective des élections locales de 2020 : que les territoires de Poitiers et de Châtellerault décident par eux-mêmes de sortir de cette logique de concurrence pour privilégier la coopération. Puisque, vers la fin du processus, seuls les deux sites étaient en concurrence, une démarche coopérative aurait permis de faire le choix du site le moins coûteux en termes d’argent public. Et de redéployer l’argent public ainsi économisé vers d’autres dépenses plus utiles. D’autant plus que le bassin de recrutement de l’entreprise Forsee Power traverse allègrement les frontières des deux territoires concernés, si bien que Poitiers comme Châtellerault profitent de cette implantation. Éviter la guerre entre les territoires, au moins à cette échelle, ce serait déjà un peu d’argent économisé. Mais ce n’est pas ce qui a été fait. Si j’ai bien compris, je crois même que c’est l’inverse qui s’est produit : le site finalement choisi a été le plus coûteux en termes d’investissement public. Je serais journaliste, je demanderais aux candidats présents ou à venir ce qu’ils pensent de cette concurrence territoriale, et est-ce qu’ils sont prêts, ou non, à en sortir. A charge ensuite aux citoyens de les départager.

Pour finir, inutile de dire que cette question de la concurrence territoriale ne concerne pas que les projets d’implantation d’entreprises industrielles comme Forsee Power : elle est au cœur également de ce qui se fait en matière d’offre commerciale, ou d’aménagement des zones économiques. Sur ces points, ce qui a été fait sur les territoires de Poitiers, du Futuroscope et de Châtellerault, comme un peu partout en France, me laisse plutôt songeur. Ce sera l’objet d’un prochain épisode.

La fusion des régions : inutile, coûteuse et irréversible

France Culture vient de mettre en ligne les résultats d’une enquête sur la région Occitanie, fusion des anciennes régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, qui montre que les frais de fonctionnement ont explosé (dans une vidéo France Inter insérée dans l’article, on apprend que les frais de fonctionnement sont passés de 2,4 à 3,5 milliards). En fin d’article, il est également mentionné que, après fusion, les budgets régionaux restent tous petits : 30 milliards pour l’ensemble des régions françaises, contre 23 milliards pour la seule Catalogne.

Résultats tout sauf surprenant.

Cette fusion des régions, d’abord, était inutile : elle a été menée sous le prétexte que les régions françaises étaient trop petites, qu’il fallait absolument se rapprocher du modèle des länder allemands (les régions allemandes font rêver, pas la structure urbaine allemande, plus équilibrée que la structure française, soit dit en passant), car des régions plus grandes, effets « masse critique » obligent, seraient plus performantes. Pour réduire le « millefeuille » institutionnel français, ensuite, en supprimant la clause de compétence générale et en spécialisant les collectivités (les départements ne pouvant plus faire de développement économique notamment). Sur le premier point, après fusion, les régions françaises restent des nains, comme cela a été indiqué dès 2016. Sur le deuxième point, on ne peut pas dire que l’on ait beaucoup avancé, quand on observe la résistance des conseils départementaux pour continuer à exister sur le volet développement économique. De plus, rien n’empêchait de spécialiser les collectivités sans passer par une fusion des régions.

Une réforme coûteuse, ensuite, ce qui était également très prévisible : le cas de l’Occitanie est bien documenté par France Culture. Pour voir régulièrement ce qu’il en est en Nouvelle-Aquitaine, je dirais que le problème est au moins de même niveau, voire pire. J’ajouterais que le problème n’est pas que comptable : oui, les budgets de fonctionnement ont explosé après fusion, vu les déplacements que les agents doivent faire, mais en plus, ça épuise physiquement, ces déplacements. Ajoutons les problèmes de gouvernance liés à la gestion impossible d’organisations de si grande taille. Ce dernier élément est d’ailleurs assez cocasse : la plupart des réformes récentes dans la fonction publique visent à introduire des éléments de gouvernance dérivé de ce qui se fait dans le privé (définition d’indicateurs de performance, orientation des moyens en fonction de ces indicateurs, etc.), mais on oublie que dans le privé, vous ne trouverez plus d’entreprises de grande taille, vu les problèmes d’organisation interne que cela pose. Dans le public, que l’on parle des régions ou des universités, on fait strictement l’inverse, d’où un renforcement de la bureaucratie. L’idée selon laquelle en fusionnant on va disposer d’entités de plus grande taille qui vont pouvoir faire des économies d’échelle est de mon point de vue contestable : on aurait mieux fait de favoriser les collaborations interrégionales pour grouper certaines commandes publiques et profiter d’économies d’échelle sans faire tomber tout le monde dans un tel bazar organisationnel.

Inutile, coûteuse, mais irréversible : il en va ainsi de certaines réformes, on s’aperçoit assez vite de leurs lacunes, mais faire machine arrière coûterait plus cher, donc il faut s’en accommoder. Ce ne serait pas inutile, quand on décide d’une nouvelle politique, de mesurer son degré d’irréversibilité, et de ne mettre en œuvre ladite politique que si l’on a pris le temps d’évaluer précisément son intérêt. En l’occurrence, avoir mis en œuvre une politique à la fois inutile, coûteuse et irréversible, comment dire… ça relève de l’exploit.