Guerre entre économistes : éléments de réflexion

Francois_Dubois_001Le Monde vient de publier un article sur la guerre entre économistes « hétérodoxes » et « orthodoxes », à l’occasion de la sortie d’un ouvrage rédigé par des membres de l’Afep (économistes « hétérodoxes ») intitulé « A quoi servent les économistes s’ils disent tous la même chose ? » et sur fond de débat sur l’opportunité de la création d’une nouvelle section au CNU.

L’Afep (et les médias avec eux) en font une lutte essentiellement politique : les « orthodoxes » seraient convaincus que la régulation par les marchés fonctionne plutôt bien, tandis que les « hétérodoxes » jugeraient que les marchés seraient déficients.

Les « orthodoxes » (à commencer par Jean Tirole, dans son courrier adressé à la Ministre) en font une lutte entre les « bons économistes », capables de publier dans des revues en tête des classements scientifiques, et les « mauvais économistes », incapables de publier dans ces supports.

Je vous livre ici quelques éléments de réflexion, car je pense que ces lectures ne sont pas les bonnes, tout en étant convaincu qu’il y a un problème avec le fonctionnement de la science économique en France (voir aussi pour une analyse assez proche la tribune de Richard Arena et Jérôme Vicente).

Pourquoi je ne suis pas d’accord, ni avec les « hétérodoxes », ni avec les « orthodoxes »

Je ne suis pas d’accord avec les « hétérodoxes » quand ils assimilent l’ensemble des économistes « orthodoxes » à des économistes « néo-libéraux », convaincus des vertus du marché. Des économistes comme Stiglitz ou Krugman ne peuvent être considérés comme néo-libéraux mais peuvent être rangés dans la case « orthodoxes ». Dans le même sens, les échanges que j’ai pu avoir avec des collègues de TSE/PSE, lieux essentiels de concentration des économistes « orthodoxes », me font penser qu’ils se répartissent sur un large spectre de l’échiquier politique.

Je ne suis pas d’accord non plus avec les « orthodoxes », incapables de voir toutes les limites de leur façon de juger de la science sur la base du classement de revues qui privilégient clairement certaines façons de « faire de la science » en économie (penchant pour la modélisation mathématique et pour les traitements économétriques notamment).

L’opposition principale, de mon point de vue est précisément là : ce n’est pas une opposition politique, mais une opposition sur les méthodes mobilisées pour « faire de la science ». Un économiste qui, pour éclairer un problème quelconque, s’appuie sur des enquêtes sera très vite taxé de sociologue (inutile de préciser que « c’est mal »). S’il fait du terrain pour comprendre la dynamique économique d’un territoire, il sera taxé de géographe (c’est « très mal »). S’il fait de l’économétrie (des mathématiques appliquées, quoi), « c’est bien ». S’il fait des modèles (des mathématiques (presque) pures, quoi), c’est « très bien ». Ce problème essentiel dépasse largement l’économie, comme l’a montré récemment Michel Grossetti dans ce texte. Les méthodes et les instruments supplantent parfois l’objet d’étude et sa compréhension.

En quoi est-ce un problème ?

Pour avoir participé à de nombreux jurys de recrutement de Maîtres de conférences, les « allants de soi » qui se diffusent dans la sphère économique conduisent à « produire » de plus en plus de docteurs qui ont une assez faible connaissance de l’économie, qui ont entamé une thèse avec un directeur de thèse qui leur a fourni une base de données, ils se forment à l’économétrie, procèdent à des traitements sophistiqués, identifient quelques relations statistiquement significatives, publient tout cela dans des revues classées et parfois publient beaucoup quand ils maîtrisent une technique économétrique reproductible sur différents jeux de données. Ils s’interrogent assez peu sur le problème économique qu’ils traitent et/ou sur la qualité des données qu’ils mobilisent. L’essentiel est la maîtrise du modèle (théorique et/ou économétrique). Leur capacité à tirer des conclusions de leurs propres travaux est parfois très faible. Quant à parler d’un autre sujet économique…

Une autre façon de montrer les problèmes que cela pose consiste à revenir sur mon dernier billet, suite à la publication de l’article de Combes, Gobillon et Lafourcade, économistes que l’on peut qualifier d’« orthodoxes ». Je ne sais absolument pas quel est leur positionnement politique, mais leur analyse souffre à l’évidence de ce problème de méthode. Je m’explique.

Pour penser la géographie économique, la science économique a développé ce qu’on appelle la « nouvelle économie géographique », avec comme chef de file Paul Krugman. Les modèles de l’économie géographique sont « la » référence pour publier dans de bonnes revues sur ce sujet. Publier dans une revue de rang 1 ou 1* avec un autre cadre théorique est particulièrement difficile, voire impossible. Il faut dire que la « nouvelle économie géographique » se prête bien au développement de modèles mathématiques (qui offrent de plus de multiples variantes, donc d’opportunités de publication) et ensuite à des traitements économétriques sophistiqués. Assez logiquement, Combes, Gobillon et Lafourcade inscrivent leur analyse de la géographie des salaires dans ce cadre et commencent par développer une modélisation pleine d’hypothèses qu’ils n’interrogent pas : sont-elles recevables pour le sujet étudié ?

L’une des hypothèses fortes dans ce type de modèle consiste à supposer que les individus sont rémunérés en fonction de leur productivité. C’est ce qu’ils disent de manière littéraire en haut de la page 9 de leur document, puis sous forme mathématique en bas de la même page. L’objection que j’ai formulée avec Michel Grossetti, suite à quelques traitements statistiques particulièrement simples, qu’ils auraient pu (dû) faire en préalable à leur travail, est que si cette relation n’est pas totalement fausse, elle marche très mal pour certaines professions. Ne pas voir que les écarts géographiques de salaire peuvent s’expliquer aussi, en partie, par la géographie particulière de ces professions atypiques, plus généralement par la composition métiers des territoires (qu’ils intègrent de manière trop grossière, alors que des données plus fines existent dans les bases qu’ils mobilisent), m’a d’abord totalement sidéré mais, après réflexion, je pense que cela s’explique assez bien par cet aveuglement produit par les méthodes mobilisées par ces chercheurs.

Faut-il créer une nouvelle section, alors ?

Mon sentiment est que cette question est totalement différente des propos et débats mentionnés ci-dessus. Elle relève d’un problème de stratégie, plutôt même de tactique, la question étant de savoir comment faire bouger le plus efficacement les choses. Car il faut les faire bouger. La politisation du débat par les « hétérodoxes » me semble contreproductive. Le dédain affiché par les « orthodoxes », Jean Tirole en tête, franchement calamiteuse.

Certains plaident pour une évolution du dedans de la section actuelle, en indiquant que la suppression de l’agrégation modifie significativement les choses, que les taux de qualification pour les Maîtres de Conférences ou les Professeurs des Universités ont été assez importants et qu’ils ont permis à des candidats des différents courants de pouvoir ensuite candidater sur des postes. D’autres considèrent que ce n’est pas suffisant, que dans d’autres disciplines le nombre de sections est bien plus important et qu’il permet d’atteindre très vite un meilleur équilibre.

Personnellement, je ne sais pas, je n’ai pas d’avis très tranché sur la question. Je suis juste totalement convaincu de l’importance de maintenir une forte diversité des méthodes d’investigation.

Related posts:

11 commentaires sur “Guerre entre économistes : éléments de réflexion

  1. L’analyse est intéressante. Il faut rappeler que l’emploi de mathématiques n’a pas permis aux économistes de prévoir la crise de 2008 et ses conséquences.La collaboration d’économistes de sociologues et de géographes serait une bonne chose. Vos travaux sur les métropoles montrent qu’il faut toujours remettre en questions des idées reçues.
    Les économistes doivent remettre en question leur profession

  2. Ping : Le débat autour du Manifeste de l’AFEP | AFEP

  3. Ce billet m’a immédiatement fait penser au temps où j’envisageais de faire une thèse en économie, et quand mon ex-futur directeur de thèse m’a d’emblée indiqué : « il va falloir te former à l’économétrie », comme s’il m’avait été impossible d’envisager un autre angle d’approche. J’imagine que cela dépend sans doute de la manière de faire du laboratoire auquel on est ensuite rattaché…

    Quand vous indiquez que « La politisation du débat par les « hétérodoxes » me semble contreproductive », vous entendez j’imagine l’orientation libérale que l’on prête (à tort) à l’ensemble des « orthodoxes » pour leur soit-disant plaidoyer absolu pour le marché.
    Cependant, n’y a-t-il pas une politisation légitime du débat en mentionnant, comme vous le dites, que s’inscrire dans l' »économie économétrique » rapporte un certain prestige académique, par les portes des revues qu’elles ouvrent, et que cela octroie donc un certain pouvoir à ceux qui font ce choix ?

    • oui, ce qui me semble contre-productif (et à côté de la plaque), c’est l’association « orthodoxes »-« néo-libéraux ». Le problème des « orthodoxes » est lié à leur hiérarchie des méthodes, le must étant la modélisation et en rang 2 l’économétrie, le reste n’étant pas de l’économie. Je force le trait, certains sont ouverts, heureusement, mais ce sont des choses que j’ai entendu (trop) souvent.

      Comme c’est une idée qui s’impose, sûr qu’il vaut mieux la suivre si on veut s’insérer en économie. Mais ce n’est pas un problème de positionnement politique, encore une fois. Je précise en passant que je n’ai rien contre la modélisation et/ou l’économétrie, le problème est de considérer que seules ces méthodes sont recevables.

      Pourquoi ces biais? Je pense que c’est lié à la tentation de se rapprocher du « modèle » des sciences dures. Plus on est proche des mathématiques, mieux c’est.

  4. C’est intéressant d’avoir cet éclairage sur le débat en France.

    Question: vous dites que Krugman est « orthodoxe », pourtant, sauf erreur de ma part, il écrit assez souvent des chroniques qui critiquent ce goût pour le modèle mathématique compliqué qui tournent sur un set de données sans forcément correspondre à des mesures du monde réel vs des modèles plus grossiers mais qui correspondent bien aux systèmes qu’ils décrivent. Sur son blog Noah smith a aussi plusieurs billets sur le rapport aux maths.

    D’où ma question: est-ce que c’est réellement un problème franco-françasi ou une dérive plus générale du champ « sciences économique »?

    • En effet, ce n’est pas qu’un problème franco-français. Ok aussi sur Krugman et sur d’autres, qui modélisent sans en faire l’alpha et l’omega de l’économie et dénoncent les dérives que vous indiquez. En fait, l’enjeu, très bêtement, c’est d’analyser intelligemment les problèmes économiques, en s’appuyant sur des modèles quand c’est adapté et pertinent, sur d’autres méthodes quand ça ne l’est pas ou pour éclairer d’autres points, etc. Le problème en France est que certains juge de la qualité d’une personne à la méthode qu’il a mobilisé et le déclare non économiste s’il ne fait ni modèle, ni économétrie…

  5. Ping : Filière économie: et si on pensait aux étudiants ? - Le Blog de l'ARES

  6. Personnellement la question que je me pose c’est comment cela peut s’organiser au niveau de l’enseignement dans les universités. Sortant de deuxième année d’économie (avec vous en macro) je me demande comment il est possible en enseignant ces matières de ne pas exposer son point de vue. Nos professeurs peuvent tout faire pour rester neutre il y a tout de même un moment où les clivages et les divergences d’opinion se font ressentir. Et c’est aussi valable pour les enseignants de lycée (ce qui est peut être plus problématique).
    C’est bien plus difficile d’être neutre lorsque l’on enseigne l’économie que lorsque l’on enseigne des sciences « dures » comme les mathématiques… Est ce qu’en tant qu’enseignant vous avez une sorte de ligne directrice qui vous est donnée ?

    • Aucune ligne directrice n’est donnée, on se la fixe soi-même. Si la question est de savoir si les chercheurs peuvent être neutres politiquement, la réponse est non, comme tous les individus, ils sont situés politiquement. Pour information, les quelques études sur le sujet montrent que, majoritairement, les économistes sont plutôt positionnés « centre-gauche ».
      Est-ce un problème? Est-ce à dire que cela biaise ce que l’on dit en cours ? Non : le message que j’essaie de faire passer est le suivant : peu importe que l’enseignant soit de gauche, de droite, ce qui compte, ce sont les éléments de preuve qu’il avance. La règle à se donner pour juger de la pertinence d’une analyse devrait être celle-là : pas forcément celle qui correspond à vos propres convictions, mais celle qui est la mieux fondée, sur la base d’éléments vérifiables.

      J’ajouterais que l’objectif des enseignants, la plupart d’entre eux je pense, n’est pas de rallier les étudiants à leur positionnement, mais de leur apprendre à réfléchir, en se forgeant leurs propres opinions.

  7. Ping : Innovations pédagogiques : Olivier Bouba Olga

  8. Ping : Cuộc chiến giữa các nhà kinh tế: vài yếu tố để suy nghĩ | Phân tích kinh tế

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *