On ne voit de relocalisation nulle part, sauf dans les journaux

N’ayant plus de vie dans Candy Crush Saga, je me suis amusé à dénombrer dans les Echos le nombre d’articles traitant du sujet des relocalisations entre 2009 et 2013 (via la base Factiva à laquelle est abonnée l’Université de Poitiers, je n’ai pas épluché toutes les éditions du quotidien, non plus).

Ensuite, aucun de mes amis Facebook ne m’ayant envoyé de vie de secours, j’ai collecté via l’Observatoire de l’Investissement développé par Trendéo, le nombre effectif de relocalisations observées.

Au final, j’ai construit ce graphique :

relocD’où le titre de ce billet.

Je me demande si Arnaud Montebourg joue à Candy Crush Saga. Ce ne serait pas mal, je me dis, en termes de bonne allocation des deniers publics. Au cas où, Arnaud, tu pourrais m’envoyer une vie?

Related posts:

4 commentaires sur “On ne voit de relocalisation nulle part, sauf dans les journaux

  1. Ping : On ne voit de relocalisation nulle part : petits compléments | Olivier Bouba-Olga

Répondre à jak84 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *