Pourquoi, mais pourquoi donc, avons-nous de si mauvais politiques?

Parfois, les bras m’en tombent… Je me dis que si nos politiques prenaient la peine de suivre un cours d’économie de 2 ou 3 heures, niveau deuxième année de licence, le monde irait mieux.

Dernier exemple en date, la fureur de Huchon et Pécresse au sujet des RER qui sautent des arrêts pour respecter l’horaire. L’article de Libé est confondant. Pour Huchon et Pécresse, je veux dire. Extrait de l’article :

«Je suis absolument furieux et je vais m’en occuper tout de suite», a-t-il affirmé. «On a signé des contrats donnant des obligations à la RATP et la SNCF (qui co-exploitent les RER, ndlr) moyennant un bonus ou un malus selon le respect de ces obligations, et la première est arriver à l’heure», a rappelé Jean-Paul Huchon.

«Actuellement sur certaines lignes, il y a des retards considérables et pas admissibles», a souligné le président PS de la région Ile-de-France, «c’est complètement stupide de la part de la direction de l’entreprise de donner éventuellement des consignes» de ne pas s’arrêter pour tenir les horaires. «Je vais reprendre le contact immédiatement avec Mongin (patron de la RATP, ndlr) et Pépy (PDG de la SNCF, ndlr) pour leur dire que cela ne convient pas»

(…)

L’opposition régionale, par la voix de Valérie Pécresse, présidente du groupe UMP, a dénoncé une «situation totalement scandaleuse», dans un communiqué. «Le système de bonus-malus doit inciter les opérateurs à offrir un meilleur service aux usagers (…) La situation décrite par Europe 1 constitue un détournement inacceptable du système et appelle une réponse immédiate et forte», a estimé Valérie Pécresse.

J’avoue, j’ai lu l’article plusieurs fois. Au début, je me suis pincé, pensant que je rêvais. Les bras m’en sont tombés. Courageusement, je les ai ramassés (pas facile). Revissés (plus dur encore).

La Région Ile-de-France fixe un objectif prioritaire à des entreprises : arriver à l’heure. C’est la première des obligations, rappelle Huchon. Et il s’étonne que tout soit fait pour respecter cet objectif inscrit contractuellement, au mépris d’autres considérations. Facilement vérifiable, l’objectif, qui plus est. Et Pécresse s’étonne du détournement de ce système de bonus-malus, appelant une réponse immédiate et forte.

Dites à des policiers que tout ce qui compte pour leur évalution, c’est le nombre de gardes à vue. Le nombre de gardes à vue explosera. Un grand nombre sera injustifié.

Dites à des chercheurs que tout ce qui compte pour leur budget recherche, c’est le nombre d’articles publiés, il augmentera. Leur qualité baissera aussi, très vite.

Dites à un footballeur, bon dribleur, qui passe trop souvent le ballon à l’adversaire, qu’il sera sanctionné financièrement à chaque ballon rendu. Il ne fera pas moins de mauvaises passes : il arrêtera de faire des passes.

Je peux multiplier les exemples, tous réels. Définissez un objectif. Réduisez le à un indicateur, avec une performance à atteindre. Elle sera vite atteinte : on répond tous très bien, très vite, à ce type d’incitation.

C’est du niveau L2, je vous jure. Sûr qu’en L1, ça passe aussi. Voire au Lycée.

Related posts:

10 commentaires sur “Pourquoi, mais pourquoi donc, avons-nous de si mauvais politiques?

  1. @Gizmo : j’y pensais, mais qui nous dit qu’ils le liront ? L’avantage de leur imposer un cours, c’est qu’on peut espérer qu’ils en retiennent malgré eux un ou deux trucs. 😉

    Et sinon, pour répondre à la question d’OBO par une autre question : n’a-t-on pas les hommes politiques qu’on mérite ?

    (De toute manière, je suis persuadé que c’était de la com’, purement de la com’, qu’ils étaient de mauvaise foi. Est-ce pire ?)

  2. Évidemment je pense aussi que nous avons le personnel politique que nous méritons et rien d’autres
    Olivier, quand à la définition des objectifs elle fait partie intégrante de la vie de toute entité toute entreprise toute personne toute structure
    Nos administrations n’y sont pas habituées ( mérite, résultat, horaires, qualité )… Quelle horreur pour nos structures mammouthesques et demander à un transporteur d’être à l’heure n’a rien de choquant si les objectifs sont réalistes et atteignables avec le respect des conditions nécessaires ( sécurité, vitesse, stations desservies…)
    Quand un transporteur privé ne respecte pas ses délais … Il paye
    Alors après élargissons le débat et demandons nous dans quel domaine l’état doit et dans lesquels ils n’a pas besoin d’intervenir..vaste débat
    Amitiés tourangelles d’un poitevin de cœur

  3. « Pourquoi, mais pourquoi donc, avons-nous de si mauvais politiques? »

    Parce que notre système politique sélectionne des professionels du networking et des jeux de pouvoir, au détriment de tout le reste ? Là aussi c’est un bon exemple de ce que vous citez: l’indicateur de performance du politique, c’est le nombre de voix à une élection.

  4. Mauvais, ces politiques, vraiment ? Étant donné le système d’incitations qui est le leur et les objectifs personnels qu’ils visent, n’ont-ils pas parfaitement intégré les théories du signal de type « montre que tu t’en préoccupes  » ?…

  5. Pas d’accord.
    S’il est certain que fixer des objectifs chiffrés assortis d’un système de bonus/malus va encourager les entreprises à poursuivre ces objectifs au détriment des autres, ce type d’optimisation est tout de même contraint par un certain nombre de règles implicites et de normes… On peut vouloir inciter sans prévoir tous les contournements possibles et s’attendre à ce qu’un certain nombre de bornes ne soient pas franchies. Huchon et Pécresse estiment ici que les bornes ont été franchies et que la RATP a enfreint une règle implicite (on ne saute pas d’arrêts, gros malin/smartass). Du coup, pointer du doigt les contrevenants (à l’esprit du contrat incitatif, sinon à la lettre) n’est pas une si mauvaise attitude. Au contraire, finalement. En poussant le raisonnement jusqu’au bout, ce serait la démarche inverse (bon, on va rajouter des lignes au contrat pour tenir compte de tous les contournements possibles) qui serait une stratégie absurde…

  6. Moui je ne suis pas certaine que dans ce cas-là, ce soit le contrat qui fait que la ratp et la sncf font sauter des gares pour rattraper des retards. Vous imaginez la logistique pour faire coïncider des centaines de conducteurs avec des centaines de rames sur des centaines de gares sans compter les centaines de techniciens, de faire passer jusqu’à 30 rer en une heure à châtelet sur un seul quai? Même si je ne doute pas que les conducteurs soient largement compensés en salaire des retards en fin de mission (en heures sup) ou début de mission (à rien faire parce que leur train n’est pas encore arrivé), il y a tellement d’aléas par jour sur une seule ligne qu’ils doivent de toute façon être très souvent en retard, organiser sciemment encore plus de retard et pour le coup ils passeraient tous leurs vies au boulot tellement la machine serait enraillée.
    En fait c’est un faux débat les horaires, c’est même le premier objectif de la ratp et de la sncf pour gérer les conducteurs, les techniciens et les rames à entretenir ou à garer au-delà même d’assurer des trains à l’heure aux usagers. Toute le monde fait semblant que c’est un « nouvel » objectif à atteindre, on signe des contrats, on en parle, on se sert la main, on fait des photos, on met la main sur le cœur dans les journaux alors que cela a toujours été l’objectif numéro UN. Parce que par contre assurer un non-changement des missions pour ne plus sauter des gares, ça serait un effort colossal de logistique, qui supprimerait le seul facteur actif (les accidents, suicides, problèmes techniques, conducteurs malades, sont des facteurs sur lesquels on a aucune prise instantanée) sur lequel on peut agir pour amener cette rame à tel quai à telle heure pour tel conducteur arrivé à telle heure. Et on découvrirait bien vite que le seul objectif des conducteurs est d’être le plus à l’heure possible.

  7. Donnez comme incitation à un décideur de soit obtenir le maximum de voix à une élection et tout gagner, soit tout perdre pour 5 ans : qu’obtenez-vous ?

    Pas besoin d’aller au lycée pour comprendre

Répondre à Smith Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *