médias – moutons

Nombreuses sollicitations ces derniers temps sur le thème des relocalisations et du Made in France (France Info, Tf1, Terra Eco, La Nouvelle République, Points de
Vente
(à venir), etc.). Est-ce à dire qu’on assiste à une vague de relocalisations ? Que nenni, juste une vague d’articles.

Je me dis qu’il faudrait que je creuse la théorie d’Harrison White sur le fonctionnement des marchés. De ce que j’en ai compris, il
montre que les marchés ne doivent pas être analysés comme la confrontation d’une offre (par les producteurs) et d’une demande (par les acheteurs) car les producteurs ne peuvent pas savoir ce que
veulent les acheteurs. Un producteur ne connaît les acheteurs qu’au travers de ce qu’il leur vend et de ce que vendent les autres producteurs. Les producteurs passent donc leur temps à se
regarder les uns les autres, leur objectif étant de conserver leur position dans la structure de marché, cas particulier de structure sociale.

Application au monde des médias : les journalistes ne s’interrogent pas sur la demande d’information de leurs lecteurs et sur
l’information qu’il serait utile de leur fournir ; ils se contentent de s’observer les uns les autres, de traiter les mêmes sujets à leur façon, afin de conserver leur position dans la
structure des médias. Bon, à creuser… 

Related posts:

3 commentaires sur “médias – moutons

  1. On pourrait analyser ce phénomène différemment…

    Par exemple: les politiques en parlent, les médias veulent recontextualiser, aller au-delà, parler du fond avec des économiqtes compétents.

     En somme, le pire serait que vous ne soyez pas sollicités 😉

  2. d’accord avec vous, mais creuser n’est pas nécessaire: cette idée n’est pas neuve, elle apparaît notamment (et est développée) chez Bourdieu (opuscule Sur la télévision), qui nefaisait
    lui-même que reprendre une idée assez classique de la sociologie des médias.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *