Jeu concours sur les Eco-Industries

Article très
intéressant
sur Télos. Certains passages sont croustillants :

Un certain nombre d’études soulignent le rôle essentiel de l’entreprenariat pour la croissance économique. Mais les
politiques soucieux de stimuler la croissance devraient accorder autant d’attention aux entreprises qui essaient de fabriquer de meilleurs parpaings qu’ils n’en accordent aux
start-ups.

Sauf que ça le fait moins dans les documents de com des institutions, quand même…

Tout homme politique aime à annoncer que sa ville ou sa région accueillera le prochain cluster de biotechnologies. En
fait, 49 des 50 États américains ont fait cette annonce, alors même que la plupart des activités de biotechnologie financée par capital-risque ont tendance à se regrouper à Boston et à San
Francisco. Les efforts publics pour stimuler les start-ups innovantes ont tendance à échouer, parce que les décideurs ont du mal à annoncer la fin d’ « expériences » dont l’échec
est pourtant avéré. Combien d’hommes politiques veulent-ils annoncer que leur idée n’a pas fonctionné ?

49 Etats sur 50… On parie qu’en France métropolitaine, on a de tels effets de mimétisme ? Que, même, on est capable
de faire le grand chelem (22 régions sur 22 soutiennent un projet similaire) ? Bon, il faudrait éplucher les 22 SRDE (Schémas Régionaux de Développement Economique), c’est un peu
fastidieux…

Allez, je lance un jeu concours, tiens ! Si certains d’entre vous peuvent attester que, dans leur région, on a
instauré quelque chose qui ressemble à un soutien au développement d’un pôle, cluster, grappe, etc. disons… au hasard… sur les éco-industries (toute autre idée est bienvenue), qu’ils postent un
commentaire en indiquant le nom de la région et, si possible, un lien vers une page permettant de l’attester.

Je commence avec la Région Poitou-Charentes, qui soutient fortement ceci.

Related posts:

9 commentaires sur “Jeu concours sur les Eco-Industries

  1. Le dada de la région Champagne-Ardenne, ce sont les agro-ressources, porté par la région et le monde universitaire (URCA, Polytechnique) ; à voir ici :

    http://www.cr-champagneardenne.fr/getFile.aspx?FILEID=820 – 

  2. «  Pole-Mer Bretagne est un pôle de compétitivité à vocation mondiale»

    check.

    «  Projets labellisés :

    Thème 5 – ENVIRONNEMENT ET AMENAGEMENT DU LITTORAL
    MARQUOPOLEAU : détecter l’origine de la pollution des eaux littorales »

    re-check.

    http://www.pole-mer-bretagne.com/

     

  3. Dans le même ordre d’idées, il y a l’interview donné à Capital par James Dyson (Inventeur de l’aspi du même nom) . Il dit à peu près la même chose. 

  4. La comparaison des SRDE a été faite et la conclusion est la même : «  La lecture des SRDE révèle des
    horizons, et donc des stratégies, très comparables d’une région à l’autre. Comme s’il n’existait qu’un seul modèle de développement économique, ou une seule façon, pour l’action publique,
    d’intervenir
     », (Daniel  BÉHAR et Philippe ESTÈBE, « La fausse évidence régionale », Projet, n° 301, novembre
    2007). ETD a également analysé les SRDE et est aussi critique (approche très classique des diagnostics préalables, vision trop sectorielle, analyse insuffisamment spatialisée, dimension
    stratégique et prospective limitée, des stratégies tournant toujours autour des mêmes mêmes vecteurs : compétitivité, attractivité, entrepreneuriat, rayonnement
    international…).

    http://www.projetdeterritoire.com/index.php/plain_site/content/download/4674/40587/version/5/file/note_SRDE_0108.pdf

    Il est vrai que, dans la pratique, les rédacteurs se copiaient entre eux (je le tiens de l’un d’entre eux).

    A noter qu’en mai 2009, je comptais déjà 7 régions éco-actives. Un an après, le chiffre de 21 doit probablement avoir été atteint.

Répondre à Julien Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *