Un commentaire sur “Interview France Culture

  1. trop simple le’argument cout du travail: il faut décomposer le prix de revient et dans le cas de renault la main d’oeuvre ne représente que 10% et en fait moins que les couts de transport (moteur et autres parties en entrès et produit fini en sortie, si le véhicule n’est pas vendu sur place).En outre dans le cas des logans le nombre d’heures est supérieur car l’automatisation est moindre donc moins d’investissement à amortirles facteurs constituant le prix de revient évoluent avec le temps, c’est le cas du transport…donc il peut y avoir des opportunités temporelles… 

Répondre à mercier Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *