Liaisons Sociales


liaisonssociales.gif
Petite interview pour le numéro de mai (n°382, p. 46) du magazine Liaisons Sociales (3,70 euros chez votre marchand de
journaux…).

La question posée était la suivante : Les investissements étrangers créent-ils de l’emploi en France ? J’ai
répondu oui.

 

Sur la base des données Afii d’abord, qui
montrent que la France est attractive, qu’elle attire des projets étrangers, projets qui sont créateurs d’emplois
(40 000 emplois créés en
2006)
. Mais ça ne suffit pas, compte tenu de certains discours qui circulent (voir la réponse de Jean Arthuis à la première question du journaliste dans
cette interview à trois).

J’ai donc complété sur la base de ce document de l’Insee, qui montre qu’entre 1993
et 2003, le nombre de salariés employés par des filiales de groupes étrangers a été multiplié par 1,8, pour atteindre 1,9 million. C’est maintenant un salarié sur sept qui travaille pour une
filiale de groupe étranger. Autre élément important, le bilan des créations de filiales entre fin 1994 et fin 2003 est positif : il correspond à 100 000 salariés et 4 800 filiales
supplémentaires.

Fabrice Hatem, de l’Afii et Gilles Le Blanc, de l’Ecole des Mines sont également interviewés. Avec des angles d’attaque différents, nos avis convergent.

Related posts:

11 commentaires sur “Liaisons Sociales

  1. Cher monsieur,

    Etudiante en master 2 d’histoire à l’université de Paris 10 Nanterre, je me permets de vous écrire sur ce blog afin de vous interroger sur Londres.En effet je cherche à acquérir une expérience professionnelle en Angleterre. Je pourrais toujours trouver un petit travail du type serveuse, mais je me demandais si vous aviez d’autres pistes d’emploi pour une durée de deux mois à un an. Pour l’instant je vois mal dans quelle entreprise je peux faire valoir mon diplôme, mais peut-être que vous auriez des conseils?

    Je vous remercie infiniment et vous prie de croire à l’expression de ma sincère reconnaissance,

    Mathilde

  2. Vos positions me laissent toujours dubitatif et je crains que vous fassiez parti de ces jeunes « économistes brillants » qui me paraissent à des années lumières de la réalité (OK, il y a plusieurs pléonasmes dans cette remarque « gratuite »)Votre question aurait du être = Pourquoi les Etrangers font ils actuellement leur Marché chez nous ? (Comme ils l’ont fait il y a plus d’une dizaine d’années dans le CAC 40 !)La réponse pourrait être = parce que ces fameuses grosses PMEs qui n’arrivent pas à grossir (sauf si on leur donnait les moyens au lieu de les consacrer au CAC 40) sont des proies tentantes, détentrices de parts de marchés qu’elles ont mis plus de 20 ans à conquérir d’ou ces achats que vous retrouvez dans les chiffres de l’AFIIBravo, sauf que dès que ces étrangers sont maîtres des lieux, ils conservent bien sur l’outil commercial mais s’empressent de fermer les lieux de production (malgré les « gesticulations » des politiques), provoquant la suppression de plusieurs millers d’emplois pour délocaliser ou tout simplement s’approvisionner dans des filiales qu’ils possèdent déjà dans les pays à bas coûts (mais ces chiffres ne sont pas pris dans les délocaklisations mais dans la désindustrialisation !!)Ils ne baissent pas les prix de vente en Fance (ou si peu), leurs marges explosent permettant de couvrir très rapidement leur achat + les coûts engendrés par les fermetures = c’est cà la réalité !Il ne faudrait pas croire que les vendeurs français (propriétaires des PMEs) sont naîfs. Ils connaissent la suite des évènements mais comme il n’y a aucun organisme français (ou européen) qui leur propose un prix équivalent, le patriotisme économique a quand même des limites (ce que je partage)Quant à la TVA sociale de Jean ARTHUIS (j’ai toujours du mal à écrire ce qualificatif tant cet impôt indirect est le plus injuste même si je dois reconnaître son efficacité), cest un autre débat …

  3. Pratique ce type d’étude, parce que lorsqu’on sort lors d’un débat que la France est attractive vu son rang dans la réception mondiale d’IDE, on demande généralement « oui, mais combien d’emplois sont créés par ces investissements ? » Par contre, quelques points intéressants ou bizarres…* Le premier concerne la manière dont l’emploi « détenus » par l’étranger s’est développé : apparemment, c’est par l’acquisition avant tout. Il me semble que le jour où le fait que la France est un pays attractif sera passé dans le discours ambiant, les partisans du protectionnisme ou les critiques de la mondialisation Franco-centrés (C’est à dire ne prenant pas en compte les dégâts provoqués dans d’autres pays, mais se regardant uniquement le nombril.) se lâcheront avec l’argument de la souveraineté nationale en péril, la perte de contrôle des activités « stratégiques » (Manufacturières… dans le discours ambiant.) au profit des étrangers, etc.Il me semble que ce fut le problème que Krugman tenta de combattre, en partie… * Truc super positif : la création d’emplois par les firmes étrangères, ça concerne environ 20% des emplois créés en France, en totalité. (Alors que le rapport général n’est « que » d’un salarié sur sept bossant pour une entreprise étrangère.)En même temps, la création d’emplois a quasiment doublé entre 2005 et 2006. L’augmentation de plus de 30% des emplois créés par les firmes détenues par les étrangers, heureusement qu’elle est là. Les actionnaires et multinationales étrangères seraient passés pour des caves, sans ça. * Truc super bizarre : 40 000, c’est le nombre d’emplois créés ou maintenus ?!Ça veut dire quoi, « ou maintenu » ? Un emploi non-détruit compte pour un emploi créé ? :oD Dans cette logique, si je ne tue personne dans mon quartier cette semaine, je ferais baisser le taux de criminalité ? (Et non pas : « je ne participerai pas à son augmentation »…) D’un autre côté, le nombre de projets a étrangement augmenté de manière plus modérée… ceci expliquerait cela ? (La différence entre l’augmentation des emplois créés ou maintenus avec l’augmentation du nombre de projets…) AJC

  4. C’est vrai que la formulation de la question est assez étonnante, peut-être faut-il comprendre « les investissements étrangers génèrent-ils autant d’emploi que les investissements « non-étrangers » ? « Une petite remarque, je ne suis pas certains que les créations de filiales soient un bon indicateur des emplois liés aux investissements étrangers. Pour une raison très simple qui est qu’une filiale nouvelle peut avoir des origines diverses qui n’indiquent rien sur la création de nouveaux emplois. Ex: 1) Je suis une grande entreprise, et je filialise une activité pour me re-centrer sur mon coeur d’activité. 2) Je suis toujours une grande entreprise, et j’en rachète une autre pour augmenter mon pouvoir de marché.Dans les deux cas, les statistiques vont comptabiliser des créations de filiales nouvelles alors que ces activités et ces emplois existaient déjà…

  5. & MR

    Etre proche de la réalité, question à laquelle je pensais qu’on avait coupé court dans les années 60s…

    Réponse académique : Faut-il être une vache pour bien comprendre les vaches ? Non ! Justement car une vache n’a pas les capacités qui lui permettent de comprendre sa propre situation = on appelle cela le recul, ou encore l’aptitude à se libérer de tout enjeu social qui nuirait à notre analyse.

    Réponse opérationnelle : Le fameux Bruce Hendersen (fondateur du BCG) a montré, il me semble, que l’analyse pouvait être bien meilleure lorsqu’elle était faite par de jeunes tout droit sortis de l’oeuf (de leur business school en fait), car ils ne sont pas perturbés par leurs propres préjugés…

    => Avoir du recul n’a rien de négatif…

  6. Evidemment, mon propos était exagéré ! En tout cas, il est vrai que les « jeunes » en question avaient plus de recul (et probablement des idées plus neuves) que les consultants de l’époque qui étaient essentiellement des anciens de l’industrie. Notez par ailleurs que si j’emploie le terme de « business school » ce n’est pas non plus un hasard : je ne parle pas des formations que l’on dispense dans nos écoles de commerce à la française, mais bien de l’enseignement à l’américaine (qui formate nettement moins)

    Ego

  7. @ MR :travaillant dans le domaine du développement économique je suis toujours dubitatif sur les grandes déclarations à l’emporte-pièce telle que, et je vous cite, « Bravo, sauf que dès que ces étrangers sont maîtres des lieux, ils conservent bien sur l’outil commercial mais s’empressent de fermer les lieux de production (malgré les « gesticulations » des politiques), … ». car vraiment pour le coup vous MR qui êtes si bien connecté à la réalité vous racontez n’importe quoi et il suffit de regarder les bases de données de toutes les agences de développement économique en France pour s’apercevoir que ce type d’attitude est à la marge ! mais là encore vous relayez une position couramment admise par l’inconscient collectif qui n’a aucune corrélation avec des faits objectifs.Oui les entreprises étrangères créent de l’emploi en France et non elle ne se contente pas de piller le patrimoine national mais elles ocntribuent à l’enrichir, le développer et parfois le sauver !Le dogme est dangereux …

  8. Ancien responsale de l’ACOSS, j’avais travaillé sur la question de la généralisation de la CSG. Le problème de la TVA sociale est différent mais relève d’une problématique voisine. On devait basculer sur la CSG une partie des cotisations sur salaires, à volume constant. Une pétition de principe qui s’est perdue dans les sables. Je crains que ce ne soit la même chose pour la TVA sociale.par ailleurs nos dirigeants actuels, libéraux convaincus, ne sont pas en situation d’éviter que les prix n’augmentent. La fixatin des prix sur le marché ne relève pas de la dynamique que le gouvernement dit vouloir mettre en oeuvre. Là où un produit sera bien placé, pour une raison quelconque, on peut penser que les industriels,ou prestataire de services n’hésiteront pas à maintenir  leurs prix à un niveau élevé. Certes, les prix à la production pourront apparaîtremoins élevés mais un prix à la production, autrement dit un prix de revient comme on disait autrefois n’a jamais été un prix de vente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *