Dis monsieur, dessine moi le bonheur

Pas de problème, mon petit, le bonheur, ça ressemble à ça :



C’est ce qui ressort en tout cas d’un document de travail de Blanchflower et Oswald (NBER, 2007, WP12935, abonnement nécessaire), qui analyse les réponses d’environ 500 000 américains et européens.
Aux Etats-Unis, la question posée est :

“Taken all together, how would you say things are these days – would you say that you are very happy, pretty happy, or not too happy?”

En Europe :

“On the whole, are you very satisfied, fairly satisfied, not very satisfied, or not at all satisfied with the life you lead?”


Les auteurs montrent que dans tous les cas, le bonheur (en raisonnant toute chose égale par ailleurs) décroît jusqu’à la quarantaine, puis augmente ensuite. les recherches antérieures en psychologie montraient déjà que le bonheur évoluait avec l’âge sous la forme d’une courbe en U. Le problème avec ces études antérieures, c’est qu’un biais pouvait survenir, suite à des effets de cohorte: certaines générations sont nées à des périodes fastes (génération papy-boom), d’autres à des périodes plus difficiles…

L’étude du NBER permet de neutraliser ces effets générationnels. Résultats? La courbe en U est confirmée pour toutes les générations, aux Etats-Unis et en Europe, mais le niveau de bonheur varie selon les générations (la courbe en U est plus ou moins haute dans le plan).

L’étude montre également que le niveau de bonheur décroît aux Etats-Unis en fonction des générations de 1900 à nos jours. En Europe, il décroît jusqu’à la génération 1950, mais il augmente depuis. Si bien que les plus heureux sur terre sont les européens (les hommes plus que les femmes) nés après 1980.

Related posts:

13 commentaires sur “Dis monsieur, dessine moi le bonheur

  1. Ah, je suis assez surpris par une telle "courbe" de bonheur.De mon point de vue (ndlr: de jeune, donc), j’aurais plutôt imaginé un haut niveau de bonheur jusqu’à l’adolescence, suivie d’une descente graduée jusqu’à la quarantaine, puis d’un "remontée" progressive.[En même temps, l’ordonnée "Bonheur" n’est pas très indicative. Ils auraient du demander un %age au personnes intérogées. (Comme ça, plus facile pour travailler et analyser. :p)]

  2. Je devrais sans doute aller voir l’étude avant de dire une bêtise, mais comment une étude prenant en compte l’historicité du bonheur peut-elle aboutir à la conclusion que celui-ci sera plus élevé demain? ça s’achève en futurologie votre truc là…

  3. Clic, ça a rien à voir avec une sorte de sociologie, ce machin. :oDVa pas chercher de méthode et méthodologie trop complexes.Au sujet du recul par rapport à ces dernières, par exemple, tu as un prix Nobel qui avait développé le concept de Focusing Illusion par rapport à la manière de placer les questions les unes à côtés des autres, ce genre de biais……bon, en économie, fallait tout de même attendre qu’un Prix Nob’ se penche là-dessus.http://polsoc.over-blog.com/article-3393043.htmlMe semble qu’en sociologie ça tient de la fondation du domaine, non ? (Ce genre de réflexion.)Au même titre de la sociologie de la sociologie, du recul par rapport à l’enquêteur, de la manière dont se forme une enquête…Je me rappelle d’un texte de Bourdieu qui parlait par exemple des biais propres au fait que l’enquêteur peut lui-même, par sa manière d’être, etc. Ou que les enquêtés peuvent répondre de manière à "coller" à une certaine vision de ce que l’on "doit" répondre à certaines questions.Bon. Les économistes en sont pas encore là, me semble t’il. Ou alors ils n’en ont strictement rien à faire en général.Enfin c’est juste ma vision de la chose à chaque fois que je lis des interprétations d’enquêtes ou d’expériences un peu sociologiques menées par des économistes…Mais j’ai pas lu l’article, juste "feuilleté" (En fichier .pdf.) rapidement le machin. Tu peux le faire c’est pas long, pour une éventuelle réponse plus précise. ;o)AJC

  4. PS : en regardant le graphique, deux choses me viennent à l’esprit.Déjà, on dirait le début d’un smiley. Les smileys auraient peut-être plus d’importance que l’on croit, dans la formation d’un grand nombre d’interprétations d’études et d’enquêtes sous forme de graphiques.Ensuite, et désolé je vais pas plus développer sur ce point… en y regardant mieux……franchement, ça fait penser à personne à un bon début de sketch de Farrugia en M. Météo ? Y’aurait pas moyen d’améliorer ce graphique et de le rendre rigolo ? :oDC’est vraiment que j’ai l’esprit tordu ou c’est que personne a osé soumettre l’idée ? :o)

  5. Il serait très intéressant de connaître l’âge moyen des blogueurs de ce site… Des quadra (ou presque, en ce qui concerne OBO)
    Conclusion : quand on est malheureux, on blogue ! Non ?

  6. Chgobbe :"Des bloggueurs de ce site" ?Tu veux dire, ceux qui commentent et blogguent à côté ?Hum.Me semble que Clic, Brigetoun et moi-même, on devrait être heureux. (Pour Brigetoun et moi, c’est sûr. Clic, moins sûr de son âge.)Donc pas d’accord, pour ta conclusion !Amicalement,AJC

  7. > Si bien que les plus heureux sur terre sont les européens (les hommes plus que les femmes) nés après 19801983, tout baigne, mais c’est de moins en moins marrant. Arg! 🙂

  8. C’est dingue… Je viens de fêter mes 40 ans…Grâce à OBO, je sais que je peux me préparer à des années de bonheur, il y a de quoi être zen, très zen… C’est la meilleure nouvelle de la semaine !Pour enchainer avec un post précédent de notre ami AJC, son parallèle avec D.Faruggia (et sa météo) est bon: cette courbe est belle, sensuelle…et si je vous disais que le point 40 ans me fait penser à … Non j’arrête…Mais j’ai trouvé un slogan pour attirer des étudiants en fac d’éco-gestion: venez étudier des courbes, elles sont pas belles mes courbes ? ^^Vous en avez d’autres comme cela ?

Répondre à Chgobbe Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *