Une bonne résolution pour 2013 : être (encore plus) indiscipliné !

Jean-Claude Guillebaud est journaliste (ancien Grand reporter au Monde, éditorialiste à Sud-Ouest) éditeur, écrivain mais aussi titulaire de deux doctorats. Dans son dernier ouvrage « Une autre vie est possible », un essai paru en 2012 aux éditions L’iconoclaste sur « comment retrouver l’espérance », il plaide pour une vision optimiste du monde… et n’hésite pas à dire les choses telles qu’il les pense, la colère étant pour lui la marque de l’espérance. A la suite de Julien Benda qui en 1927 parlait de trahison des Clercs, il n’est ainsi pas tendre avec notre institution.

Je le cite de manière complète (page 112) :

« On est médusé aujourd’hui par la prudence de nos nouveaux clercs dès lors qu’il est question de sens, de conviction, d’opinion. Ils clament leur intention de se placer « d’un point de vue simplement descriptif ». Combien de fois ai-je entendu cette expression ! Ils avancent à l’abri de ce parapluie épistémologique. L’approche des idées se ramène ainsi à une histoire des idées, et le questionnement philosophique, à une histoire de la philosophie. Le reste est à l’avenant. Le territoire de la croyance est devenu radioactif, et l’on s’en tient à bonne distance. La conviction s’efface prudemment derrière « le constat ». L’engagement est contourné au bénéfice d’une typologie savante et énumérative. Pour cette raison – et sauf exceptions notables -, l’Université tout entière donne l’impression de ne plus rien dire. Pour parler plus crûment, elle nous semble délabrée.« 

Alors, que faire ? S’indigner de tels propos ? Mais ne dit-on pas qu’il n’y a pas de fumée sans feu ?

Pour notre part, nous estimons que la réponse nous est donnée notamment par Dominique Wolton, Directeur de Recherche au CNRS et Directeur de l’Institut des Sciences de la Communication. Son dernier ouvrage qui est une compilation et une mise en perspectives de 35 années de recherche porte pour titre « indiscipliné ». Pourquoi ce titre, explique Dominique Wolton (p 14) ? « Parce qu’un chercheur l’est finalement toujours, sinon comment pourrait-il penser différemment dans un monde en ordre ? Parce que la communication est une activité tellement complexe qu’elle dépasse fréquemment l’interdisciplinarité, pour rejoindre l’indisciplinarité, et le plus souvent, là aussi, l’indiscipline. » Mais laissons-lui la parole…

Pour écouter Dominique Wolton, cliquer ici : Dominique Wolton indiscipline

Bien entendu, ce qui est vrai pour la communication l’est aussi pour les autres disciplines. Mais la morale n’étant jamais pour le voisin comme aimait le rappeler le philosophe Alain, je profiterai des bonnes résolutions de début d’année pour inscrire celle-ci en priorité sur mes tablettes : en 2013, être (encore plus) indiscipliné. A suivre…

couverture de l'ouvrage indiscipliné

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *