Portrait de Camila CRISTANCHO DUQUE, diplômée en 2017

Pourriez-vous nous parler de votre parcours ?

J’ai tout d’abord obtenu une Licence en Design Industriel à la Pontificia Universidad Javeriana à Bogota en Colombie (mon pays d’origine). Il faut savoir qu’en Colombie une Licence dure 5 ans. Après avoir obtenu mon diplôme j’ai commencé mon parcours professionnel chez Danone en tant que Key Account Manager BTL, j’étais en charge de la mise en place de toutes les actions marketing BTL. Après un peu plus d’un an d’expérience professionnelle en Colombie, je souhaitais un renouveau. Aimant relever des défis, je me suis alors penchée sur l’idée d’un Master à l’international. De part mon intérêt pour la culture française et ma connaissance de la langue de Molière, mon choix s’est tout naturellement porté sur la France. C’est alors que j’ai découvert la formation Master 2 « Marketing Plurimédia et Consommation-Parcours Management des Marques et Produits Jeunesse » au Centre Européen des Produits de l’Enfant à Angoulême. Mes deux années de Master au sein du CEPE ne furent pas de tout repos, j’y ai beaucoup appris sur les industries très compétitives du jouet, des licences et de la production audiovisuelle. Le CEPE m’a permis de développer certaines compétences pour le digital ; j’ai donc décidé de réaliser mes deux stages dans ce domaine. Mon stage de fin d’année chez Kazachok a ouvert la voie à ma carrière professionnelle actuelle.

Pourquoi avez-vous choisi le CEPE ?

Je souhaitais me spécialiser en marketing pour des produits et services dirigés vers les familles et enfants ; le tout en y ajoutant une touche digitale. Le CEPE est le seul centre de formation proposant ce type de Master. La qualité de l’enseignement y est excellente et rivalise avec les meilleures universités et écoles privées. Outre les cours, les projets qui m’ont été confiés lors de ce cursus m’ont clairement préparée à affronter le monde du travail. Au cours de mes deux années de Master, j’ai pu travailler directement avec des professionnels de l’industrie sachant qu’Angoulême est réputée pour réunir les studios de production audiovisuelle. J’ai également pu assister au Global Kids Media Congress qui réunit chaque année les plus grands professionnels de l’industrie Media ciblant les enfants. Le Master « Marketing Plurimédia et Consommation-Parcours Management des Marques et Produits Jeunesse » est très bien perçu par les employeurs ce qui ouvre des portes aussi bien nationales qu’internationales. Je le conseille à toutes les personnes intéressées par l’industrie de la jeunesse et du digital.

Quels étaient vos plans pour après votre Master en France ?

Après 3 années passées en France, je souhaitais retourner en Colombie et y développer les compétences que j’avais acquises. Le marché du travail colombien étant plus dynamique qu’en France (au moment où j’y étais) et les opportunités de développement professionnel y étant plus intéressantes, j’ai donc décidé de retourner en Colombie. J’y ai tout d’abord occupé un poste en tant que Content Manager dans une agence de Marketing digital puis je me suis tournée vers un nouveau défi dans l’industrie du cinéma. Je suis désormais Coordinatrice Marketing Digital pour l’un des plus gros distributeurs de films pour cinéma en Amérique Latine. C’est un univers très mouvementé et riche en défis, exactement ce que je cherchais en entrant au CEPE.

Portrait d’Alexandre ALONSO, diplômé en 2013

Tout a commencé par un « rêve de gosse ». Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu avoir un papa vendeur de jouets (loupé, il est archiviste !), alors dès que j’ai pu, j’ai orienté mon parcours d’études vers cet objectif…

Tout a commencé lors de mon cursus au sein de l’école de commerce de Poitiers, en 2009. Nous avions l’opportunité de réaliser un stage facultatif sur la période d’été, et ce dans n’importe quel domaine (afin de pouvoir justifier d’une première expérience, ce qui n’est pas une mauvaise chose !). Muni d’un annuaire, j’ai commencé à recenser tous les magasins de jouet à proximité de chez moi, dans un rayon de 60 km à l’aide d’un compas (non je plaisante…, j’ai utilisé internet !). Et là, miracle, l’un d’eux me répond favorablement. Et c’est ainsi que je passe 2 mois dans un magasin La Grande récré de Cholet (49). Ma première expérience dans le jouet me conforte alors dans mon choix.

Arrive le fameux stage de fin de cursus (oui, celui avec mémoire, soutenance et tout ça !). Mais cette fois-ci, il s’agit de trouver un poste lié à la fonction marketing. Il faut viser plus gros… J’appelle donc mon ancien maître de stage afin de récupérer un éventuel contact au sein du siège de La Grande Récré. J’obtiens l’adresse e-mail du recruteur auquel j’envoie mon CV et ma candidature spontanée (on verra bien…). Une nuit blanche, 2 allers-retours sur paris et 3 entretiens plus tard, j’intègre le service marketing du groupe en tant que chef de projet digital. Ma mission principale : mettre en place le site internet du groupe.

C’est à cet instant que j’entends parler d’une formation magique qui dispenserait des cours sur le marketing adapté aux enfants, et qui plus est, très reconnue professionnellement dans le milieu du jouet (pile ce que j’ai toujours voulu faire !). Je crois alors à une légende, une utopie… un tel alignement de planètes n’est pas possible ! Mais on me confirme que cet Eldorado du jouet est bien réel, et je rencontre même une autochtone sur place qui m’en certifie l’existence. Ni une, ni deux, je m’y inscris sans tarder et attends la fin de mon stage à la Grande Récré pour réaliser ma rentrée en Master 1 au CEPE en Septembre 2011.

Une excellente année passe, et voici qu’une opportunité de stage pointe à nouveau le bout de son nez pour l’été 2012. Après avoir expérimenté la vie professionnelle du côté distributeur, j’avais envie de voir comment cela se passait du côté des fournisseurs. Et c’est finalement Spin Master France qui me convie pour un entretien et m’intègre à son équipe en tant qu’assistant chef de produit.

Lors de mon année de Master 2 au CEPE, je suis pris chez TF1 Games Dujardin. A la fin de cette année, je réponds à une annonce émise par Splash Toys sur le marché du jouet, et fort de mon expérience chez Dujardin et de ma formation au CEPE, j’intègre la société en tant que chef de produit dès la fin de mon cursus universitaire le 1er Octobre 2013.

Aujourd’hui responsable marketing chez Splash Toys, j’adresse un grand merci du fond du cœur à l’équipe pédagogique du CEPE et de l’IAE de Poitiers qui m’a permis, au cours de ces 2 merveilleuses années passées au CEPE, de transformer l’essai et d’exercer aujourd’hui le métier dont j’ai toujours rêvé…

Portrait d’Anastasia GARROS, diplômée en 2016

A peine diplômée du CEPE en septembre 2016, j’ai reçu une opportunité en or de Planeta Junior, l’entreprise dans laquelle j’avais réalisé mon stage de fin d’études, celle d’intégrer le siège social à Barcelone en tant que Marketing Executive dans le cadre d’un Volontariat International en Entreprise (VIE).

Planeta Junior est un agent de licences implanté dans 6 pays à travers l’Europe, dont la France, l’Espagne et le Portugal. En Ibérie, nous gérons les droits de diverses marques telles que les propriétés DreamWorks, Miraculous Ladybug, Zak Storm, Heidi, Maya l’Abeille, etc. A la fois agent, producteur et co-producteur de séries, Planeta Junior appartient à Grupo Planeta, premier groupe éditorial en Espagne et en Amérique Latine, et propriétaire depuis 2004 d’Editis, deuxième groupe éditorial en France.

 Ma principale mission en tant que Marketing Executive est d’apporter de la visibilité aux marques que nous représentons à travers les supports les plus plébiscités par le jeune public: télévision, magazines, sites web, … Je me charge par exemple d’organiser des jeux-concours mais également différents événements sur lesquels je travaille en étroite collaboration avec ma collègue du Retail. Le but est de multiplier les contacts entre nos marques et le jeune public, car sans visibilité, il devient moins aisé d’établir de nouveaux partenariats. Parallèlement et toujours dans la même optique, je travaille à la mise en place de nouvelles collaborations.

Je remercie sincèrement le CEPE de m’avoir formé et de m’avoir donné la chance de profiter de son solide réseau ! Durant les deux années que j’ai passées au CEPE, j’ai développé des connaissances et compétences dans divers secteurs, notamment dans le licensing, qui me sont très utiles au quotidien. Aujourd’hui, j’ai non seulement la chance d’occuper un très bon poste au sein d’un groupe aussi prestigieux que Grupo Planeta, mais aussi de vivre à Barcelone, une ville formidable !

Portrait de Marvin MENOU, diplômé en 2016

Avant d’entrer au CEPE, j’ai fait une licence LEA anglais-espagnol qui m’a permis de partir à deux reprises en Angleterre (Erasmus + Stage). Après cette licence, j’ai souhaité poursuivre mes études dans le marketing, et j’ai estimé qu’il était plus intéressant de se spécialiser dans un domaine. Dans ce sens, ce que proposait le CEPE m’a tout de suite attiré. J’ai rapidement su que parmi tous les secteurs en lien avec l’enfant, c’est dans celui du jouet que je souhaitais travailler.

J’ai fait mon stage mon stage de M1 chez Heller-Joustra (maquettes en plastique et loisirs créatifs), une PME française qui a fait le pari gagnant de rapatrier sa production en France. En M2, j’ai pu rejoindre une structure plus importante, la filiale française de Spin Master (10ème acteur du jouet en France) qui a fait l’actualité à Noël avec Hatchimals et Bunchems.

Le jouet est un univers merveilleux et magique ! Ce que j’apprécie, c’est le défi permanent de se réinventer pour proposer des jeux et jouets qui puissent plaire aux enfants car leurs goûts évoluent rapidement, en témoigne par exemple le succès des Looms ou plus récemment des Hand Spinners.

Après mon diplôme obtenu en septembre 2016, je suis en parti en janvier au Nicaragua dans le cadre d’un volontariat. Pour l’association La Esperanza Granada (http://www.la-esperanza-granada.org/) je travaillais dans une école primaire située dans un quartier pauvre avec des enfants de 6 à 9 ans. Une super expérience dans un pays où les enfants ne sont pas gâtés comme c’est le cas chez nous, au contraire ils travaillent en aidant leurs parents au quotidien.

Depuis peu, j’ai rejoint NPD, institut d’études qui fournit les chiffres du marché du jouet. En tant que « Account Specialist » au département Toys, je suis spécialisé dans l’univers de la fille. Mon travail consiste à étudier et analyser les chiffres des différentes catégories en vue de faire des recommandations à des clients selon leurs questions stratégiques.

Grâce au CEPE, j’ai su développer de nombreuses compétences transversales. J’ai apprécié les différentes interventions des professionnels qui permettent une compréhension globale du marché de la jeunesse. Je remercie l’équipe pédagogique qui sait être au plus près de ses étudiants pour les préparer à entrer dans la vie professionnelle de la meilleure des façons.

 

 

Portrait de Yingxue JIA, diplômée en 2015

jia

Pourriez-vous nous parler de votre parcours ?

Née à Jinan, la capitale de la province de Shandong, je suis restée dans cette ville jusqu’à l’obtention de mon diplôme de licence. Après le bac, j’ai choisi de faire des études spécialisées en langue anglaise. J’ai ainsi découvert l’Europe et décidé, après ma licence, d’y continuer mes études dans le domaine du marketing et de l’économie qui sont mes spécialités préférées. J’ai choisi de poursuivre mes études en France car c’est un pays puissant économiquement et riche d’expériences diverses.

 

Pourquoi avez-vous choisi le CEPE ?

Le CEPE est un centre d’expertise spécialisé sur le marché des enfants. On fait aujourd’hui de plus en plus attention aux besoins des enfants car ils jouent un rôle important dans notre société. Surtout en Chine, une nouvelle politique permet aux familles chinoises d’avoir un deuxième enfant. Le marché des enfants a donc un grand potentiel de développement en Chine. Puisque j’étais très intéressée par les produits destinés aux enfants, j’ai donc choisi le CEPE pour pouvoir travailler dans le domaine du licensing après mon Master.

 

Quel choix avez-vous fait pour votre stage longue durée de 6 mois ?

J’ai fait mon stage chez 2d3D Animations qui est un studio d’animation situé à Angoulême. Le thème de mon stage était de contribuer à la conception et à la diffusion d’un produit transmedia pour apprendre aux enfants à protéger les océans. Grâce à mon stage, j’ai pu allier les connaissances théoriques à la pratique et ainsi mettre directement en œuvre sur un projet concret les outils qui m’ont été enseignés.

 

Et pouvez-vous préciser quelles sont vos missions sur votre poste actuel chez

Dargaud ?

Je travaille chez Dargaud depuis Avril 2016 au sein de l‘antenne implantée à Shanghai. Ma mission principale est de présenter les bandes dessinées publiées par Dargaud, Dupuis et Le Lombard aux maisons d’édition chinoises. Je rédige également des contrats. D’ailleurs, afin de faire connaitre les Bandes Dessinées franco-belges, nous invitons chaque année plusieurs dessinateurs français ou belges à venir faire des séances de dédicace en Chine. Je suis chargée de contacter les dessinateurs et co-organisateurs (par exemple, l’Alliance française et l’Ambassade de Wallonnie Bruxelles) pour élaborer les déplacements et je participe également aux salons professionnels dédiés aux livres pour rencontrer des clients.

Portrait de Marie BUREAU, diplômée en 2013

marie-photo

Pourriez-vous nous parler de votre parcours ? Vous a-t-il préparé à votre métier actuel (en précisant votre fonction) ?

Apres un Bac ES, je suis entrée en DUT Techniques de Commercialisation à Caen, puis en Licence Marketing Vente à Lille. Bien que satisfaite de la formation, je souhaitais me spécialiser. C’est alors que j’ai découvert la formation Master 2 « Marketing Plurimédia et Consommation-Parcours Management des Marques et Produits Jeunesse » au Centre Européen des Produits de l’Enfant à Angoulême. Mes deux années de Master au sein du CEPE  furent passionnantes ; une balance parfaite entre challenges et bons souvenirs. Elles m’ont permis d’acquérir les connaissances nécessaires pour affronter le marché du travail et l’industrie du jouet aussi bien en français qu’en anglais. Mon niveau étant mauvais a l’époque, j’ai trouvé les cours adaptés, ils m’ont permis de gagner en assurance et d’oser me lancer a l’étranger. Est ce que mon parcours m’a préparé à mon métier actuel ? Je crois qu’il n’y a pas de meilleure école que celle de la vie, mais mon parcours en général et plus précisément le Master au CEPE m’ont définitivement préparé à relever le challenge de l’international dans l’industrie du jouet.

Pourquoi avez-vous choisi le CEPE ?

Pour la spécificité du diplôme et des matières enseignées. Le CEPE est le seul centre de formation proposant ce type de Master. Le CEPE est un centre de formation « à taille humaine » avec une qualité d’enseignement et un contenu de formation comparables aux écoles de commerce privées, si ce n’est supérieur du fait de sa spécificité. Au cours de mes deux années de Master, j’ai eu l’occasion de rencontrer des professionnels tels que le directeur marketing France de LEGO® ; rencontre très enrichissante. Aussi, le Master est très bien perçu par les employeurs notamment à l’étranger. Le programme enseigné au CEPE – MMPJ est complet, riche et varié. Il m’a enseigné les principes fondamentaux de sujets tels que le « comportement de l’enfant consommateur » aussi bien en français qu’en anglais.  Je le conseillerais à toutes les personnes intéressées par l’industrie de la jeunesse.

 

Pouvez-vous nous parler de la réussite de votre insertion professionnelle ? (comment s’est passé votre intégration en Angleterre, importance de l’anglais au sein de votre formation au Cepe…)

Grâce à l’option “Alternance” de la formation, j’ai pu exécuter ma seconde année en alternance avec Le Toy Van, société de jouets en bois traditionnels basée en Angleterre. Suite au stage de 6 mois exécuté au siège de l’entreprise, je me suis vue offrir un poste au sein de la société en tant que “Sales & Marketing Executive”. Commencer au bas de l’échelle, m’a offert une vision globale de l’entreprise qui m’est chaque jour utile dans le cadre de mon poste actuel. Après un an, je suis passée “Marketing Manager” puis en mai 2016 “Marketing and Product Development Manager”. Comme on dit ici “a dream comes true”.

Portrait de Diego PALMIERI, étudiant brésilien au CEPE

DiegoFaceDepuis septembre 2015, le CEPE compte dans les effectifs du Master 2 « Marketing Plurimédia et Consommation-Parcours Management des Marques et Produits Jeunesse », le brésilien Diego Palmieri. Diplômé en Journalisme, à l’Universidade Estadual de Londrina (UEL), et spécialisé dans le Marketing des Affaires, à l’Universidade Federal do Paraná (UFPR) – deux universités publiques brésiliennes-, Diego a décidé de tout « plaquer » au Brésil pour poursuivre son programme d’études en France : « C’était une décision très planifiée, et alors je suis ici! Je voulais toujours étudier à l’étranger, notamment en France, qui est un pays culturellement très riche et possède certaines des meilleures universités d’Europe».

Diego a pris cette décision après avoir travaillé pendant cinq ans dans un cabinet brésilien spécialisé dans les problématiques d’image et de la communication d’entreprises, où il coordonnait la communication d’entreprises nationales et étrangères comme InfoWatch, H&R Block, Giroflex, Kauffman Fellows, University of Southern California, Ideal Invest et Fundação Estudar (projet social du milliardaire Jorge Paulo Lemann) : «Ce travail était important pour mieux comprendre la relation entre les secteurs du marketing et de la communication dans les entreprises. De mon point de vue, ce sont des zones extrêmement connexes et c’est pour ça que je me veux spécialiser.»

Diego Palmieri, pourriez-vous nous parler de votre parcours?

Je suis diplômé en Journalisme au Brésil, où j’ai déjà travaillé dans une station de radio, quelques sites internet, journaux et magazines et une agence de presse. Mais j’ai toujours eu un intérêt pour le domaine des affaires. Voilà pourquoi j’ai décidé de travailler dans un cabinet spécialisé dans les problématiques d’image et de la communication d’entreprises et maintenant de retourner à l’université. Lire la suite