La Quinzaine #3

Sélection d’articles parus dans la presse

application  business-model  commerce  communication,  consommation  distribution,  données personnelles  design e-commerceéconomie numérique,  édition-presse,  enfants  financement,  habillement,  industries-agroalimentaires,  industries culturelles,  industries de loisirs  innovation, Internet  Jeux,  marché,  marketing  marques,  médias,  objets connectés  packaging  propriété intellectuelle  publicité  relation client  réalité augmentée  responsabilité sociale

Lire la suite

La quinzaine #1

Sélection d’articles parus dans la presse

Application  Business-model  commerce  communication  consommation  distribution  Données personnelles  Design e-commerce  édition-presse  enfants  Financement  Habillement  industries-agroalimentaires  industries culturelles  industries de loisirs   Internet  Jeux  marché  marketing  marques  médias  Objets connectés   packaging  Propriété intellectuelle  publicité  relation client  réalité augmentée  Responsabilité sociale

Lire la suite

L’enfance, un marché qui ne connaît pas la crise.

Les secteurs de consommation qui concernent les enfants et les adolescents sont particulièrement florissants. Mais ce marché n’est pas à l’abri de certaines dérives.

Inès de la Ville, témoigne dans le dossier « L’enfance, un marché qui ne connaît pas la crise » :

L'enfance un marché qui ne connaît pas la crise 1et2_Page_1 (002)« Dans les secteurs où ils gardent un peu la main, les parents arbitrent avec le désir impérieux d’être un «bon parent». On voit même se développer«un marché de l’anxiété parentale», constate Valérie-Inès de La Ville, professeur de gestion à l’IAE de Poitiers et directrice du Centre européen des produits de l’enfant (CEPE). Le succès des produits parascolaires, jeux d’éveil ou «éducatifs», en atteste. Tout comme l’explosion du «school business», du soutien scolaire payant (type Acadomia) aux prépas privées ».

 

 

L'enfance 2« De façon plus fondamentale, poursuit Inès de La Ville, la question se pose de la place de l’enfant dans notre société de consommation. «On ne peut pas faire en sorte que l’enfant échappe au monde marchand, estime-t-elle.En revanche, on se doit de l’accompagner.» Ce devrait être, selon elle, l’un des rôles de l’école. «On consomme tous les jours de notre vie, mais on ne nous apprend jamais à consommer, constate-t-elle. Or ce devrait être aussi important que d’apprendre à lire, écrire, et compter.» »

 

Reperes

Ouvrage : « Où va l’éducation à la consommation », Inès de La Ville et Christian Gautellier, Ceméa publications.arton6932

 

 

 

Le secteur du Jeu Vidéo en quête de compétences marketing …

SNJV 2015 Julien et étudiantsJulien Villedieu, Délégué Général du Syndicat National du Jeu Vidéo (SNJV), est intervenu au CEPE le 15 octobre dernier pour présenter ce syndicat professionnel  qu’il a rejoint en 2008 lors de sa création. Le syndicat représente les producteurs de jeux vidéo en France et a pour mission de défendre leurs intérêts auprès des pouvoirs publics ou des médias. Le syndicat est notamment à l’origine de la création du crédit d’impôt pour le jeu vidéo, d’un fonds d’aides à la production, ou encore du référentiel des métiers du jeu vidéo. Il compte actuellement 200 adhérents, soit 90 % du poids économique du jeu vidéo en France.

La présentation avait pour but de nous informer sur le marché du jeu vidéo du point de vue des producteurs. En effet le jeu vidéo est souvent abordé sous l’angle des consommateurs mais rarement sous l’angle des industriels du secteur. Pour cela M. Villedieu a utilisé une partie du « baromètre du jeu vidéo » que le SNJV réalise avec l’IDATE de façon annuelle, qui présente différents indicateurs sur le marché comme le taux de croissance, le taux d’embauche ou encore la structure de financement des entreprises.

La présentation a été très riche en informations, notamment en termes de chiffres sur l’industrie, dont les principales sont les suivantes :

  • 3 pôles du jeu vidéo en France : L’Ile de France, Le Languedoc-Roussillon et la région Rhône-Alpes
  • Plus de 50% des entreprises ont moins de 5 ans
  • Dématérialisation du marché, mais 40% du chiffre d’affaires total réalisé par le secteur provient du marché physique
  • 650 nouveaux jeux ont été mis en production en 2015
  • 80% des jeux génèrent entre 0 et 10 000$ par mois.
  • 45% du chiffre d’affaires du secteur se fait à l’étranger
  • 63% des embauches sont fait en CDI en 2015
  • Des entreprises de petite taille avec une trésorerie très faible
  • Le besoin en compétence marketing est très important dans toutes les petites et moyennes structures

Le marché du jeu vidéo en France est un marché hyper concurrentiel, qui souffre d’un problème majeur de financement. Les grosses entreprises comme Ubisoft, Arkane studios ou Quantic Dream ont des situations financières stables. Mais les petites structures, qui développent des jeux mobiles, avec peu de visibilité, souvent sur un modèle de freemium, ne parviennent pas à maintenir une situation financière viable. Le besoin en savoir-faire marketing de ces entreprises est donc très fort car elles ont besoin de compétences managériales et théoriques pour gérer des équipes de créatifs souvent réticents au marketing. La présentation s’est terminée ensuite par une séance d’échanges avec Julien Villedieu. Il nous a notamment conseillé de cibler pour nos stages de Master 1 ou bien nos recherches d’emplois, ces  petites entreprises, afin d’acquérir une expérience pour pouvoir viser des structures de taille plus importantes par la suite.

_________________________

Article rédigé par Salvatore Vennettilli, étudiant en Master 1 « Marketing Plurimedia et Consommation ».