Matières et manières culinaires : apprentissage et transmission

Matières et manières culinaires : apprentissage et transmission

Organisé par Christophe LAVELLE (ISCC et Museum National d’Histoire Naturelle, Paris France). Invitée comme communicante dans cette session, Emilie ORLIANGE (Université de Poitiers / CEPE Angoulême).

Mr LAVELLE est un biophysicien qui travaille sur la cuisine moléculaire et les changements physico-physiques, organoleptiques des aliments. Il propose donc durant cette séance de rencontrer des chercheurs qui impactent sur les changements physiques, culturels et environnementaux de l’alimentation.

Dans un premier temps Emilie ORLIANGE  à présenté le projet d’éducation à la consommation « Arts de faire Culinaires au Collège ». Ce programme innovant ett fédérateur permet l’apprentissage des « arts de faire » culinaires par la pratique. Ce projet se veut également créateur de lien entre le personnel des collèges, les familles, les élèves et la vie social des quartiers. Mme ORLIANGE réalise une recherche-intervention longitudinale. Elle cherche à démontrer les moyens d’autonomisation des collégiens par la mise en pratique des « Arts de Faire Culinaires ».

Dans un second temps, Karine BOUTROUX (Direction générale de l’Enseignement et de la recherche – Ministère de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt) nous à présenté le programme « Aliments et Terroirs ». Ce projet en lien avec les établissements agricoles met en avant les relations entre les différents acteurs d’une chaîne de production et les bienfaits des circuits courts. Les enjeux du programme sont économiques et sociaux. Par exemple, Mme BOUTROUX et les étudiants du lycée agricole Le Valentin (Grenoble) ont mis en place « une ferme bio en ville ». La ferme propose donc en circuit court intégrant tous les maillons de la chaîne : polyculture, élevage, arboriculture, ce lycée propose ensuite une filière communication commerciale qui permet donc à tous les élèves de se sentir investis dans chaque étape de la production à la vente.

Bruno CARDINALE est doctorant à l’Université Paris 13, IUT de St Denis. Il présente une double casquette, en effet Mr CARDINALE est également un chef de cuisine. Il travaille actuellement sur les supports d’apprentissage de la cuisine et notamment du lien science/cuisine. À la suite d’un constat : l’enseignement de la cuisine n’évolue pas depuis ces 50 dernières années. Ainsi, Mr CARDINALE cherche à mettre en place un manuel d’enseignement culinaire fondé sur les changements physicochimiques des aliments.

Cette session novatrice permet aussi de comparer des recherches nationales et internationales  avec le programme transposition Paris-Beyrouth. En effet, Mme Reine BARBAR (Université de Saint-Esprit de Kaslik, LIBAN) met en place des ateliers expérimentaux du goût pour l’élucidation des dictons culinaires patrimoniaux.

clavelle_figeac-p-17daa

PROPOSITION 1

1

97474283

12b-20151113-151603

La gastronomie comme culture visuelle / Gastronomy as Visual Culture

 La gastronomie comme culture visuelle / Gastronomy as Visual Culture

Organisée par Julia CSERGO (Université du Québec à Montréal) et Frédérique DESBUISSONS (Institut national d’histoire de l’art, Paris), la session a permis d’observer d’un point de vue artistique l’alimentation sous la renaissance.

Les organisatrices ont introduit cette session en évoquant le programme « L’Art et la Cuisine », initié en 2012 : Comment la cuisine s’autonomise par rapport aux autres formes d’arts ?

Est-ce qu’il y’a une artification de l’art culinaire ? En effet, la cuisine française a du mal à être reconnu comme un « art » à proprement parler. En 1920, l’art culinaire a été proposé comme étant le 9 ème art. Cependant, il a perdu son statut au profit de la bande dessinée, très à la mode dans les années 1960. Une publication est à paraître en fin d’année sur cette recherche.

Dans un premier temps, Michael DECROSSAS nous a permis de comprendre le décor de la table au XVIIIe siècle. En se basant sur des recueils d’ornements, de gravures…  le chercheur a défini la structure visuelle des plats. La forme des contenants, les décors de la table, la disposition du mobilier dépendent donc d’un mélange de plusieurs gravures ou d’ornements. Après nous avoir brièvement expliqué ses travaux, Mr Decrossas nous à montré des exemples de  gravures, de tableaux, de sculptures. Il a ainsi créé le lien avec le très célèbre Pierre GERMAIN MARCHAND, orfèvre/joaillier qui s’est inspiré de ces œuvres d’art pour créer sa collection de décors de table.

Dans un second temps, Ryan WHITE (OCAD University Toronto) à présenté ses recherches sur « La cuisine française et la culture de l’imprimé : les frontispices des livres de cuisine sous l’Ancien Régime et la Révolution ». Il a pris l’exemple d’une très célèbre illustration de 1656 : le cuisinier François. Cette illustration évolue en fonction des livres de cuisine. C’est le premier à être proposé dans un recueil culinaire comme « illustration de couverture », reflet de l’auteur et de ses compétences.

louvre-surtout-table

Nicolas Besnier 2 (002)

Thomas germain

edition 1656 françois le cuisinier

LECUISINIERFRANÇOIS 4

 

 

 

 

 

 

Conférence Internationale d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation

IEHCA_logo

2è conférence internationale IEHCA -   Logo-Ville-de-Tours-couleur

 

 

 

 

S’il y a bien un rendez-vous à ne  pas manquer dans le monde des « Food Studies » c’est bien la Conférence Internationale d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation organisée par  l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA).

Cette deuxième édition s’est déroulée les 26 & 27 mai 2016 à Tours. L’objectif de ces journées de conférence : permettre la rencontre de tous ceux qui, à travers le monde, font vivre les Food Studies et œuvrer à la pleine reconnaissance de celles-ci en un champ disciplinaire autonome.

Naturellement, notre doctorante Emilie Orliange (chargée du Projet Arts de Faire Culinaires au collège), sous la direction de Valérie-Inés de La Ville, s’est rendue sur les lieux dans le cadre d’une intervention sur la thématique de la mise en pratique de la cuisine au collège comme objet d’autonomisation des jeunes apprentis-consommateurs en matière d’alimentation.

 Sans titre

Global Kids Media Congress 2016 – Connaissez-vous Awesomeness TV ?

Logo-GKMC

A l’occasion du GKMC 2016 qui s’est tenu à Angoulême, Julien Brault, Digital and Diversification Director chez Endemol Shine France. a  présenté une chaine YouTube destinée aux adolescents : Awesomeness TV. Endemol est un acteur bien connu du secteur audiovisuel, étant notamment à l’origine de nombreuses émissions de téléréalité comme Big Brother ou Master Chef.

L’idée ayant prévalu à la création de cette chaine est simple : il s’agit de créer une chaîne ciblant les adolescents avec une équipe de stars Youtube massivement suivies par des adolescents. Ainsi, Awesomeness TV France est composée de cinq youtubers, Gloria, Théo Gordy, Anthonin, TinkaBeBeauty et SoUrbanGirl. Ces cinq youtubers ont à présent comme mission de divertir les 10-17 ans à travers les programmes qu’ils diffusent. Entre talk-show, tutos et autres vidéos, les cinq youtubers forment une super équipe avec une totale liberté d’aborder les sujets qu’ils souhaitent, point très important et crucial aux yeux d’Endemol pour la réussite de cette nouvelle chaîne.

Parmi les questions qui sont apparues sur ce projet, la façon dont a été fait le choix des stars de la chaîne a intrigué les participants. Pour réunir une génération très branchée YouTube, il fallait recruter des youtubers à forte notoriété étant donné que leur popularité auprès des adolescents est largement supérieure à celle des stars de la télévision. Ensuite, en terme de contenu, le responsable d’Endemol a répondu qu’ Awesomeness TV souhaite se positionner comme une chaîne pour adolescents qui offre une grande liberté de ton aux youtubers qui ont pour mission de la développer. L’objectif n’est donc pas de diffuser les programmes d’Endemol mais plutôt de créer un contenu original pour fidéliser cette audience adolescente à la chaîne.

La chaîne est déjà présente aux Etats-Unis, au Royaume Uni, en Espagne, en Allemagne et au Brésil. Sa politique consiste à recruter des youtubers locaux dans chaque pays de façon à plaire aux 10-17 ans vivants dans des contextes culturels différents.

Article rédigé par Alexandre LASSERRE, étudiante en Master 1 « Marketing Plurimédia et Consommation»

Julien Brault