Penser autrement pour mettre en œuvre des innovations responsables envers la jeunesse

Ce document présente Stéphane Bataillon, qui a animé la Conférence N°6 lors de la journée d’étude du 9 octobre 2014 « Enfants connectés, éduquer à l’ère numérique. Quelle responsabilité des citoyens, des pouvoirs publics et des médias vis-à-vis de l’enfant ? ».

 

StéphaneStéphane Bataillon (né en 1975) est l’un des co-fondateurs de BayaM (Groupe Bayard) au sein duquel il occupe le poste de responsable éditorial et de rédacteur en chef. BayaM, site dédié à la jeunesse et lancé en 2012 par les éditions Bayard et Milan, est considéré comme l’une des évolutions majeures du groupe. Il propose :

  • de nombreux jeux éducatifs (cd-rom, applications, jeux),
  • la Web radio « Pomme d’Api » pour les enfants de 3 à 13 ans.

Ces fonctionnalités ont pour objectif de compléter l’enseignement scolaire et de développer la curiosité et l’autonomie de l’enfant sur les outils numériques. Le défi est de présenter BayaM comme un acteur majeur dans l’enseignement ludique des pratiques numériques. Leur rôle est avant tout d’être divertissant et créatif en proposant des contenus variés et sécurisés.

En parallèle de ses activités chez BayaM, Stéphane Bataillon est également reconnu comme poète, critique et journaliste. Son site Internet présente ses publications :

Poésie :

Les Terres rares, éd. Bruno Doucey, 2013.

Où nos ombres s’épousent, éd. Bruno Doucey, 2010.

Bande dessinée (scénario) :

– L’Histoire du monde en BD, Collectif, Bayard Jeunesse, 2013.

– Les Gagonautes – dessins d’Eric Gasté. Publié dans Astrapi (2005-2008). 16 épisodes.

Livre-jeu :

– Dinos Quiz. Dessins Stéphane Mattern, éd. Tourbillon, 2007.

– Sudoku (3 volumes), l’agenda du Sudoku (2 volumes), Kakuro, éd. Pearson, 2006-2007

Le Groupe Bayard

Fondé en 1870 par la congrégation religieuse catholique « Les Augustins de l’Assomption », le Groupe Bayard avait pour projet l’accompagnement du lecteur par l’enseignement religieux.

Dans les années 60, il s’est diversifié en intégrant une dimension jeunesse à ses publications, avec le lancement de Pomme d’Api. Ce magazine a ouvert la voie à de nombreuses publications jeunesses qui se sont intensifiées au fil des années.

L’ouverture du Groupe Bayard à l’international a débuté dans les années 80 avec l’obtention de partenariats étrangers. Cette nouvelle politique a conduit le groupe à créer des filiales dans de nombreux pays (Grande-Bretagne, Espagne, Allemagne, Etats-Unis, Canada, etc.). Ce développement s’est inscrrit dans le programme BM2i (Bayard Média International et Investissement).

Le Groupe Bayard a élargi son lectorat avec le développement de l’édition sous format numérique au début des années 2000 avec le lancement de son site Internet qui se décline en plusieurs axes :

  • la jeunesse avec le site « BayaM »,
  • la religion,
  • les séniors.

A ce jour, Bayard est un éditeur polyvalent puisqu’il est l’un des pionniers dans l’édition numérique même si l’édition papier reste sa spécialité. Il rassemble les marques d’édition suivantes : Bayard, Bayard Jeunesse, Milan et Twenty Third.

Il propose un éventail de 15O magazines, ce qui représente environ 36 millions de lecteurs (dont 5 millions d’abonnés) et le place à la cinquième position du classement des groupes de presses français.

L’axe de développement que suit aujourd’hui le groupe s’articule autour de valeurs clés telles que l’éthique, la collaboration entre éditeurs et lecteurs, et une responsabilité sociétale clairement définie.

Compte-rendu de la conférence du 9 octobre 2014

Stéphane Bataillon a introduit sa présentation par la publication phare du Groupe Bayard :

Le succès de Petit Ours Brun est dû à la reconstitution de l’environnement sécurisant de l’enfant, à la justesse de l’émotion qui se dégage des récits qui ont su s’adapter à l’évolution de la société (nouvelle répartition des tâches quotidiennes entre Papa Ours et Maman Ours, utilisation du numérique).

Ce lectorat jeunesse a besoin de repères en adéquation avec la société actuelle pour se construire sereinement. Il faut donc être vigilant quant au contenu des publications car elles véhiculent de nombreuses valeurs qui ont un impact important sur le développement de l’enfant. Le groupe porte un intérêt tout particulier à sa responsabilité envers l’enfant, les parents et la société, et à la collaboration qu’il entretient avec ces derniers.

Pour conserver sa position sur le marché, le groupe s’est engagé dans une stratégie plurimédia, afin d’engendrer une forte croissance du lectorat et du développement de l’entreprise au niveau national et international. Elle a contribué au renforcement des valeurs du groupe (collaboration avec les lecteurs, responsabilité sociétale, éducation) avec une reconnaissance mondiale et a positionné le Groupe Bayard comme la référence en matière d’édition (rachat de titres par des maisons d’édition américaines par exemple avec La cabane magique, car elle est considérée comme la plus belle presse pour enfant du monde).

Cette nouvelle stratégie a conduit le Groupe Bayard a créé un espace spécialement dédié à la jeunesse Bayard Kids en 2008, connu sous le nom de BayaM depuis 2012. Ce site internet propose des contenus éducatifs et ludiques divers pour les enfants de 3 à 13 ans :

  • jeux,
  • documentaires,
  • actualités jeunesses,
  • connexion sécurisée,
  • fonctions parentales.

Fonctionnant sans publicités, cet espace est un très bon outil d’apprentissage numérique et est privilégié par les parents.

Dans le but de respecter les spécificités de la lecture sur papier, la plateforme J’aime Lire Store a été créée. Elle est avant tout un catalogue numérique des publications déjà existantes ou nouvelles (avec la création de plus de 120 livres par an), permettant l’apprentissage de la lecture avec une lecture travaillée :

  • la coupure des mots,
  • l’avancement de la lecture (spatialisation : voir image ci-dessous)

Grâce à ce procédé, le groupe Bayard a su gagner la confiance des parents et faire adopter ce nouvel outil numérique. Cet espace permet également au groupe de recueillir des informations sur ses clients, ces derniers sont en effet très impliqués dans la lecture numérique en partageant leurs avis et leurs suggestions.

Le succès du site est en grande partie dû au contenu proposé mais également grâce aux fondamentaux de la lecture des livres et des magazines qui ont été réutilisés et revisités pour l’univers numérique.

Pour éduquer musicalement les enfants, BayaM a lancé le 1er Juin 2014 la Web radio « Pomme d’Api ». Les internautes ont la possibilité de l’écouter partout en France mais également dans plusieurs pays étranger notamment en Afrique. Le contenu s’adresse aussi bien à une cible jeunesse qu’aux parents puisque ceux-ci peuvent proposer des titres musicaux de leur enfance et les faire découvrir à leurs enfants.

La radio connaît un joli succès depuis son lancement (certification d’audience par LogiD) puisque les auditeurs créent leur propre programmation et sont réellement impliqués.

Ce média est très important pour BayaM car il participe à l’éveil musical de l’enfant, mais il est également synonyme d’ouverture sur le monde. En effet, la radio diffuse plusieurs artistes spécialisés dans la chanson enfantine. Guillaume Aldebert en est un parfait exemple. Il a collaboré avec une kyrielle de personnalités et artistes pour agrandir son paysage musical et faire découvrir, au travers de ses chansons, le jazz, la poésie, le rock, etc. aux enfants. Ces derniers découvrent donc plusieurs horizons musicaux s’ouvrent ainsi culturellement au monde qui les entoure.

BayaM connaît un grand succès et est l’une des références en matière d’éducation numérique pour les enfants. Les contenus proposés sont de qualité car, dans chaque support employé, il existe une collaboration entre les créateurs et les internautes. De plus, le groupe est innovant et responsable envers la jeunesse grâce à une utilisation éducative des supports numériques pour les enfants.

La réflexion pour améliorer les systèmes et être accessible à tous est le fondement de BayaM.

Comme le montre leur partenariat de puis les années 90 mené avec l’association Benjamin Media, dans le but d’aider les enfants ayant des capacités réduites à accéder à la lecture et au contenu de certaines de leurs publications. Cette collaboration unique et inédite dans le monde de l’édition, se traduit par la distribution gratuite de 50 000 exemplaires en braille chaque mois à l’association ainsi que par la transposition sonore de certains titres de son catalogue (faisant partie des Belles histoires de Pomme d’Api).

Conclusion

L’intervention de Stéphane Bataillon a été très intéressante et enrichissante car elle nous a permis de mieux comprendre la stratégie de la branche jeunesse du groupe Bayard, basée sur une responsabilité sociétale très forte. Ils ont à cœur la protection de la jeunesse face aux enjeux du marketing et du numérique. Bayard créé toujours ses contenus et supports dans un souci de collaboration et de partage avec les acteurs du monde de l’enfant (parents, enseignants, institutions,…). C’est pourquoi, ils développent des outils pédagogiques à destination des enfants, comme la création de la web radio “Pomme D’Api” depuis cet été ou encore le site BayaM avec des rubriques adaptées à différentes tranches d’âges.

De plus, son propos a aussi souligné le fait qu’il faut sans cesse améliorer les systèmes déjà existants, et être à l’initiative  de démarches qui conduisent à plus de responsabilité de la part des différents éducateurs (citoyens, pouvoirs publics, médias).

La socialisation de l’enfant par le numérique est un vaste sujet, qu’il faut toujours plus réglementer et protéger pour une éducation ludique et sécurisée.

Le partage de ses connaissances ainsi que son expérience ainsi que toutes les interventions qui ont émaillé cette journée, ont été réellement bénéfique pour nous, futurs responsables marketing dans une société numérique.

Cela nous a permis de saisir les nombreuses difficultés et démarches auxquelles les acteurs de ce projet sont confrontés, ainsi que les étroites relations entre éducation, protection et univers numérique.

 ___

Compte rendu rédigé par Emmanuelle Darthout, Mathilde Lehmann, Jessica Hérault, étudiantes en M1 « Marketing Plurimédia et Consommation ».

Related posts:

Les commentaires sont fermés.