Quand les réseaux (routiers) sont enneigés…

10 à 15 centimètres de neige, l’annonce d’un risque de verglas et voilà la France paralysée. Notre pays n’est pas organisé pour y faire face, sauf peut-être dans les régions de montagne. Quoi de plus normal finalement dans ces conditions que les trains arrivent en retard et que nous limitions nos déplacements en voiture. Pas toujours très agréable de se faire rappeler à l’ordre par la nature mais sans doute très salutaire si l’on y réfléchit un peu. Dans le même temps, sauf rares avaries techniques, les autoroutes de l’information restent dégagées. Pas de congères ni de sorties de routes. La voie est libre ! C’est finalement un sentiment curieux que de se savoir quasiment empêché de se déplacer physiquement tout en restant totalement mobile dans l’espace des réseaux numériques. C’est là une des dimensions les plus fascinantes de la médiation instrumentale, lorsque les technologies numériques et en réseau de la communication bousculent la façon dont nous percevons notre distance aux autres.

Réseau eneigéOn sait depuis les années 60 et les travaux de Hall sur la proxémie que notre organisation de l’espace est fortement culturelle, c’est-à-dire subordonnée à la fois aux caractéristiques individuelles et à celles des groupes sociaux au sein desquels on évolue. Hall évoque l’espace « informel » qui caractérise l’organisation spatiale de notre rapport rapproché, direct et immédiat avec autrui, par opposition à d’autres types d’espaces, dits « fixes » ou « semi fixes » dont l’organisation est structurellement contrainte par des règles d’architecture, d’urbanisme ou d’aménagement. Nos usages des instruments de communication en réseaux, dans la variété des modalités qu’ils nous offrent, contribuent à transformer cet espace informel. La distance très réduite de quelques dizaines de centimètres qui balise l’espace de la communication intime dans les cultures occidentales s’étend à l’infini avec l’anamorphose produite par internet. Il ne s’agit en rien d’une simple abolition de la distance, mais plutôt, comme l’exprime Geneviève Jacquinot-Delaunay, de transporter différemment certains des signes de la présence. Les technologies qui captent, codent, véhiculent et restituent ces données s’améliorent sans cesse au point qu’il me semble pertinent, comme le proposait Jean-Louis Weissberg il y a une dizaine d’années déjà, d’évaluer  la valeur du « coefficient charnel » dans la communication à distance.

Demain il faudra se lever tôt pour surmonter les lenteurs de la route enneigée.

Un commentaire sur “Quand les réseaux (routiers) sont enneigés…

  1. La NEIGE: Une couverture pour l’hiver. Avez-vous déjà regardé la neige tomber ? Si oui, vous conviendrez certainement qu’il s’agit là d’un des spectacles les plus beaux et les plus reposants qui soient, surtout si l’on est bien au chaud et à l’abri chez soi et que l’on n’a pas à se déplacer. En s’épaississant, le manteau blanc semble répandre partout un grand silence et une paix profonde. Même le vacarme de la ville est amorti sous ces flocons qui tombent par millions.

    N’est-il pas surprenant que quelque chose d’aussi doux que la neige puisse devenir destructeur ? Qu’il en tombe assez, et des métropoles affairées comme New York, “ la ville qui ne dort jamais ”, sont contraintes à une pause humiliante.

    Toutefois, la neige joue souvent un rôle protecteur, et non pas destructeur. Par exemple, la Bible dit que Dieu “ donne la neige comme de la laine ”. (Psaume 147:16.) En quel sens la neige et la laine sont-elles comparables ? La Bible les utilise toutes les deux comme symbole de blancheur et de pureté (Isaïe 1:18). Mais elles présentent une autre similitude importante : leur pouvoir isolant. “ La laine (…) isole du froid comme du chaud ”, lit-on dans The World Book Encyclopedia. Et, à propos de la neige, le même ouvrage fait observer qu’elle aussi “ est un bon isolant. La neige contribue à protéger les plantes et les animaux en hibernation des rigueurs de l’hiver ”.

    Dès lors, la prochaine fois que vous regarderez la neige tomber, peut-être voudrez-vous penser à la puissance redoutable de Dieu. À moins que vous ne songiez à la protection qu’il accorde à ses œuvres en étendant sur elles cette douce couverture, tel un père plein d’amour qui borde son enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Captcha loading...