Les lentilles augmentées

Après la réalité augmentée et les lunettes google, qu’est-ce qui peut bien nous rester à découvrir ? Parce que techniquement avec ça tout devient possible. Mais effectivement cela nécessite une paire de lunettes et donc est relativement encombrant. C’est pourquoi, ou tout simplement par envie et défi technologique, Babak A Parviz a proposé dans un article scientifique de 2009 (et oui déjà) d’intégrer de la réalité augmentée dans une lentille de contact.

Alors je sais que cela parait tout de suite de la science fiction et que tout le monde se dit que c’est totalement impossible. Mais pas tant que ça. Il faut regarder tous les progrès actuels en matière de miniaturisation en premier. On se rend compte alors que c’est possible et ne posera pas tant de soucis que cela. Et quand on imagine ce qu’un seul pixel peut donner comme informations, on se plait à rêver de ce que l’on pourrait voir avec un ensemble qui formerait un mini écran LCD juste à la surface de l’oeil.

Exemple de lentille augmentée Illustration de Emily Cooper

Sur l’illustration présentée ci-dessus, on se rend compte que tous les éléments existent et permettraient de créer cette lentille augmentée. Mais ce n’est qu’une vue virtuelle et qui n’a pas, à ma connaissance, de réalité concrète. Donc autant dire que ce n’est pas demain qu’on pourra avoir la vision d’un aigle ou des indications GPS directement indiquées devant l’oeil. Il existe de nombreuses applications directes de ce type de service. Mais est-ce qu’on accepterait de porter des lentilles juste pour ça ? Dans le futur peut-être, pour le moment à mon avis, un tel dispositif serait trop contraignant s’il n’avait pas des fonctionnalités vraiment utiles.

Et justement dans l’article scientifique d’origine, l’auteur parle aussi d’un dispositif pouvant mesurer la glycémie à partir du liquide lacrymal et comme les lentilles sont un dispositif éprouvé et pouvant rester à la surface de l’oeil pendant de longues périodes, cela serait à terme, une alternative à la mesure de glycémie dans le sang pour les diabétiques. Et là on voit directement des applications multiples, on configure la bonne lentille et on contrôle de nombreux taux biologiques.

Mais ça par contre c’est encore de la science fiction, cependant, l’auteur et ses étudiants ont produit chaque partie du système séparément et au sein de lentilles de contact. Il les ont testés sur des lapins qui n’ont manifesté aucune gène durant plus de vingt minutes. Après le challenge de tout assembler dans un seul système reste présent mais je trouve cela très intéressant.

Il reste une seule chose à déterminer et qui est déjà l’objet d’autres recherches et articles scientifiques. Comment faire confiance à la réalité avec de tels systèmes qui pourraient nous monter bien plus que le réel ? Cela je ne peux pas y répondre mais vous pouvez commenter l’article ou commenter sur Twitter.

L’article d’origine en anglais : disponible sur Spectrum

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *