IoT, BigData, IA : Un monde 100% connecté pour les systèmes cyber-physique (CPS)

Dans le précédent article, j’ai évoqué différentes technologies complémentaires, sans illustrer par des exemples concrets les applications attendues. Je vais présenter dans cet article la notion de système cyber-physique (CPS : Cyber Physical System).

Un système cyber-physique est un système bouclé qui intégre la remonté d’informations issues de capteurs physiques via des réseaux de connectivités vers un serveur de décision lequel par une boucle de rétroaction contrôle les processus physique.

(image issue du site suivant : https://smart-industries.fr/fr/challenges-et-opportunites-des-systemes-cyber-physiques)

Le serveur décisionnel permet de superviser les processus physiques, les commander et de faire de la détection de fautes afin de planifier une réparation avant l’apparition de défaut. On parle alors de reconfiguration ou de ré-organisation dynamique.

Un système de production CPPS (Cyber Physical Production System) concernent la coopération entre sous-systèmes autonomes afin de reconfigurer dynamiquement une chaîne de production. A titre d’exemple, une chaîne de fabrication est caractérisée par un ensemble de flux comme :

  • une prévision à la demande (flux poussée : on planifie les ressources dont on aura besoin lors de la conception d’un produit) ;
  • une prévision en temps réel (flux tirés : on commande à la demande pour satisfaire le besoin);
  • une prévision au plus juste de la demande (flux tendus)

L’objectif est donc de mesurer en temps réel le stock existant, de prévoir la commande en prenant en compte les délais d’approvisionnement et en fonction de la demande du produit, de reconfigurer la chaîne de production à la volée en cas de défaut d’un élément afin de maintenir l’activité de la chaîne de production. A cela, le système CPSS vise à prendre en compte d’autres paramètres comme :

  • le coût fluctuant de la matière première
  • le coût de l’énergie ou l’équilibrage de la consommation/production d’électricité

afin de réduire le coût énergétique (énergie verte).

C’est dans cette vision d’optimisation de la logistique, de la consommation énergétique que s’inscrit l’industrie 4.0 (e-usine ou smart-factory : les usines intelligentes).

Un autre exemple est le chargement/déchargement de cargo. Aujourd’hui, les opérateurs déploient des solutions de tracker sur les conteneurs. Ces solutions doivent fonctionner tout autour de la terre, ainsi on peut citer comme technologies qui nous intéressent ici le réseau d’accès LTE-M et NB-IoT. Ce dernier est plus adapté pour de faible quantité d’information. En dehors du blog, on peut aussi citer l’exemple MONARCH de Sigfox qui permet de réaliser le roaming vers les pays qui sont couverts par cet opérateur.

Rajoutons maintenant une connectivité sur les grues et les véhicules guidés (AGV : Automatic Guided Vehicule) et revenons à notre exemple : les ports de futur.

On peut ainsi imaginer une communication entre les grues, les véhicules, les conteneurs, et un serveur centralisé (fog) qui orchestre toute la logistique permet ainsi de réduire la durée d’attente de chargement ou déchargement.

Le déploiement d’antennes 4G et 5G à l’intérieur des entreprises (exemple de DAS : Distributed Antenna System) permettront de commander automatiquement les chariots élévateurs en fonction de toutes les informations recueillies et traitées (Big Data) comme les produits finis, les stocks en cours, …

A moins que … ce soient les machines qui commandent les hommes?

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/video-cash-investigation-travail-vis-ma-vie-de-manutentionnaire-chez-lidl_2381539.html

Il faudra que je pense à écrire un article sur : Faut il avoir peur des nouvelles technologies?