Les tranches de réseau : Network Slicing

Cet article propose de faire une première synthèse des technologies abordées dans les articles précédents comme la virtualisation matérielle, la virtualisation des fonctions réseaux NFV, le chaînage des fonctions service (SFC) et l’approche de découpage du plan de données et du plan de contrôle (SDN).

La programmation des réseaux est une tendance émergente qui permet de transformer l’usage du réseau en s’appuyant sur des solutions logicielles. Si la virtualisation (cf  article : http://blogs.univ-poitiers.fr/f-launay/2018/01/23/virtualisation-du-reseau-epc-concept-nfvsdn/ )a permis de déployer des services réseaux facilement sous le contrôle d’un orchestrateur (cf article : http://blogs.univ-poitiers.fr/f-launay/2018/02/04/network-functions-virtualisation-nfv-pour-le-reseau-4g5g/), l’enchainement des fonctions de services (NVFFG ou SFC : article http://blogs.univ-poitiers.fr/f-launay/2018/01/28/le-sfc-service-function-chaining-mise-en-oeuvre-du-sdnnfv-sur-le-reseau-de-mobile-4g/) permet la flexibilité et l’adaptabilité du réseau en fonction de la demande.

Le chainage de fonction service s’appuie sur une approche SDN (cf article http://blogs.univ-poitiers.fr/f-launay/2018/01/15/principe-du-sdn-dans-une-architecture-reseau-classique/) pour programmer les besoins de services d’acheminements de flux et de contrôle de flux en proposant une abstraction de la couche réseau aux services applicatifs.

Grâce à ces différentes technologies (SDN, NFV, SFC), la programmation du réseau apporte une flexibilité et une modularité permettant de créer simultanément plusieurs réseaux logiques (virtual network) pilotés par la couche application via des API. Les descripteurs (NVFD) permettant de définir chaque besoin permettent ainsi de tailler un réseau à la demande et adapté au besoin (NFV MANO)

Ces différents réseaux logiques sont appelés des tranches de réseaux ou network slices et correspond à la mise en réseau de bout en bout entre un client UE et un service réseau (IoT, IP, IMS, …) en s’appuyant sur une infrastructure réseau virtuelle (SDN Overlay) ou physique (SDN). Chaque tranche de réseau est isolée des autres et gérée/contrôlée de manière indépendante (bac à sable grâce à la virtualisation et à la gestion NFV MANO) et s’adapte à la demande (easy go network).

Une tranche de réseau (network slice) est une collection de ressources, qui combinées ensemble de manière appropriées, permettent de créer un support réseau répondant aux exigences demandées. Les types de ressources pour le network slicing sont :

  • Fonction réseaux (NF : Network Function) : Bloc fonctionnel qui fournit une capacité réseau spécifique et réalise une fonction demandée. La fonction réseau est généralement une instance logicielle tournant sur une infrastructure physique mais, il peut aussi s’agir d’un équipement matériel dédie ou une combinaison des deux.
  • Infrastructure matérielle  dédiée ou partagée pouvant héberger les fonctions réseaux.

La figure 1 représente ainsi un exemple d’architecture du network slicing.

Figure 1 : L’architecture réseau en tranche

En proposant un réseau pour les différents besoins, le réseau opérateur supporte des besoins en terme de qualité de service (temps réel ou non, débit garanti ou non, bande passante, latence) très différent en fonction des besoins, comme le montre la figure 2.

Figure 2 : Approche horizontale des sous réseaux logiques de l’opérateur

I) Approche NFV

Orchestration

L’orchestration est un processus clé pour le network slicing qui s’appuie sur des descripteurs définies par exemple sur des accords de niveau de service SLA. L’orchestration est définie comme un processus de sélection optimale de ressources pour répondre entièrement aux demandes de service de chaque client. Le terme optimal réfère à l’optimisation de la politique de flux en fonction de l’abonnement du client (SLA) qui gouverne les choix du processus d’orchestration sur la sélection de ressources au niveau de l’infrastructure physique sur les POP.

Isolation

L’isolation est une exigence primordiale afin de pouvoir faire fonctionner en parallèle plusieurs tranches de réseau qui se partagent les mêmes ressources physique et les mêmes infrastructures.

L’isolation fait référence à :

  • Performance : Chaque tranche est définie par rapport à une exigence de service particulière et exprimées sous forme de KPI. L’isolation assure le respect du KPI si le service est accepté quel que soit la congestion ou les niveaux de performances des autres tranches
  • Sécurité et confidentialité : les fautes ou les attaques sur une tranche n’aura aucune incidence sur les autres tranches. De plus, chaque tranche met en œuvre ses propres fonctions de sécurités qui interdit entre autre à ce que des entités non autorisés aient un droit de lecture ou d’écriture sur la configuration d’une tranche de réseau.
  • Gestion : Chaque tranche est gérée de manière indépendante comme un réseau séparé.

II) Approche SDN

L’architecture SDN découple le plan de contrôle du plan de données permettant de configurer dynamiquement le plan d’acheminements des données comme un service à la demande du client. Cela répond aux attentes du network slicing qui a besoin de satisfaire à la demande à un large éventail de services de manière agile et à un coût optimal.

Concernant le réseau SDN, une ressource est une instance ou une entité qui peut être utilisé pour fournir un service en réponse aux demandes d’un client.  Le contrôleur est une entité centralisée qui planifie les ressources en fonction du contexte du client :

  • Contexte du client représente toutes les informations qui le contrôleur a besoin pour un client donné. Il contient :
    • un groupe de ressource : Le groupe de ressource est une vue de toutes les ressources que le contrôleur peut offrir pour répondre sur mesure à la demande du client. Le groupe de ressources est proposée par des API sur l’interface nord et correspond donc à une couche d’abstraction du réseau pour répondre au besoin du client ;
    • le support client contient les opérations et les règles de politique autorisées pour le client, ainsi que des informations relatives aux services demandés pour ajuster les actions entre la demande du client et le contrôleur.
  • Contexte serveur représente toutes les informations nécessaires au contrôleur pour interagir avec les ressources physiques accessibles via son interface sud.

Figure 3 : L’architecture SDN du network slicing

 

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *