Recherche –action : une expérimentation dans le cadre d’une sensibilisation à la recherche

pouce scienceLes masters du Pôle Information-Communication de l’IAE de Poitiers (Stratégie & Management de la Communication, Intelligence Economique et Communication Stratégique)  sont essentiellement des masters professionnels. Néanmoins, depuis que l’accès au doctorat a été ouvert aux titulaires de master professionnels « à l’issue d’un parcours de formation établissant son aptitude à la recherche », le choix a été fait d’inclure dans le programme de formation deux cours optionnels de préparation à la recherche : un cours d’introduction à la recherche en master 1, suivi d’un cours de méthodologie de la recherche en master 2.

Un dispositif de learning by doing

Ces deux cours ne confèrent évidemment pas aux étudiants l’équivalent d’un master recherche, ni même du DU Recherche de l’IAE de Poitiers, mais ils permettent de leur donner à comprendre ce qu’est la recherche en associant des séquences de cours et une mise en pratique à deux niveaux.

  • En première année, les étudiants participent à l’élaboration d’un projet de recherche, depuis son cadrage épistémologique et la détermination de la méthodologie, jusqu’à sa mise en œuvre et la collecte des résultats. Le corpus de données ainsi réalisé est ensuite travaillé par un ou plusieurs chercheurs afin de produire une communication, soumise à évaluation pour un colloque. Les étudiants, pour leur part, sont évalués sur la base de la qualité de leur pratique et du cahier de recherche qu’il leur est demandé de tenir, cahier dans lequel ils notent leurs actions, leurs réflexions, leurs questions, leurs lectures commentées en rapport avec le cours ou la recherche menée.
  • En seconde année, les étudiants écrivent leurs propres réponses à un appel à communication, lesquelles, après une première sélection par l’enseignant, sont soumises aux évaluateurs du colloque selon la procédure classique de la lecture en double aveugle. Dans ce cadre, en 2013, quatre étudiants (Thomas Chabbert & Damien Foucher d’une part, Antoine Henry & Jean-Baptiste MacLuckie d’autre part) ont vu leurs communications sélectionnées pour le 5e colloque COSSI qui se tenait à Shippagan (Nouveau-Brunswick, Canada). Deux d’entre eux ont pu présenter leurs communications devant l’assemblée des chercheurs. Ce faisant, ils se sont imprégnés au plus près de la démarche de recherche. Leurs communications sont disponibles ici. Deux d’entre eux sont aujourd’hui inscrits en doctorat.

L’action de recherche 2015

Pour l’année 2015, l’étude a porté sur les pratiques et représentations d’un ensemble de professionnels de la communication en matière de communication durable et/ou responsable. J’avais évoqué le lancement de cette action dans le cadre d’un billet en date du 17 janvier 2015, intitulé « Communication durable : un concept insensé ? »

Les quatorze étudiants des deux promotions ont réalisé chacun deux interviews dont vingt interviews se sont révélées exploitables. Comme il se doit, leur contribution est mentionnée dans le texte de la communication (p. 216 et suiv. des actes) : « Les entretiens ont été menés en mars 2015 dans le contexte d’un cours d’introduction à la recherche, avec un groupe d’étudiants en master s’initiant aux méthodes de recherche. Après une formation aux principes et pratiques de l’entretien semi-directif, les étudiants ont mené les entretiens avec les professionnels, pris des notes, enregistré lorsque c’était accepté par le professionnel, retranscrit enfin les entretiens. A ce matériau brut, ils ont pu ajouter, à part, leurs propres ressentis de l’entretien (attitude de l’interviewé, dynamique de l’entretien, questions ayant posé difficulté…). » Il convient ici de préciser les noms des étudiants qui ont rendu des interviews qui ont pu être prises en compte dans le travail d’analyse final : Anaïs Lewkowicz, Myriam Charconnet, Amélie Louapre, Pierre Blondel, Sophie Hervé, Quentin Liot, Mathilde Longérias, Marie Pantier, Anahé Rabelo, Laura Rios, Sylvain Tellerain et Valentine Vergeron.

Ce matériau a été dépouillé et analysé conjointement par Sylvie Grosjean, professeure agrégée à l’université d’Ottawa et moi-même. Il a donné lieu à rédaction d’une communication proposée pour l7e COSSI, acceptée et présentée à Montréal le 12 juin 2015 sous le titre : « La communication durable vue par les professionnels de la communication. Une approche exploratoire des actions et représentations des acteurs ». En voici le texte publié dans le vol 44-1 de la Revue de l’Université de Moncton, (p. 5-19).

Un projet qui se poursuit

L’action menée en master 1 en 2015 va se poursuivre en 2016 dans une double direction.

D’une part, par l’engagement de la nouvelle promotion dans un nouveau projet de recherche. L’action s’engage début janvier 2016 avec l’ouverture du cours. Nous y reviendrons dans un prochain billet.

D’autre part, l’article écrit pour le COSSI 2015 va être envoyé à tous les participants aux interviews qui seront invités à s’exprimer sur cet article. Une seconde boucle : voyez ce que nous chercheurs avons produit à partir de vos réflexions et dites-nous, vous professionnels, ce que vous pensez de cette analyse afin que nous chercheurs, puissions à nouveau réfléchir. Les étudiants de master 2 suivront cette poursuite de l’étude à laquelle ils ont participé en master 1. A suivre également sur ce blog, le moment venu.

Christian Marcon

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *