«

»

Sep 05 2013

Que savez-vous des rhinogrades ?

Anatomie et biologie des rhinogradesEn 1941, Einar Pettersson-Skämtkvist, soldat suédois évadé des camps japonais du Pacifique, fit la découverte fortuite de l’île de Hy-dud-dye-fee de l’archipel des Hi-iay. Si la rencontre fut malheureusement fatale au peuple des Huacha-Hatchis qui habitait l’île et fût décimé par le virus du rhume apporté par le marin, la découverte de ce nouveau territoire mit à jour un nouvel ordre de mammifères, les Rhinogrades, particulièrement remarquables par l’utilisation de leur nez comme organe locomoteur ou comme appendice préhensile. Le professeur Harald Stümpke en proposa la description précise dans un ouvrage originellement paru en 1962 et réédité l’an dernier, Anatomie et biologie des rhinogrades.

Vous aurez sans doute deviné que nous avons ici affaire à un canular scientifique de la plus belle eau, représentant majeur de la patabiologie, et œuvre conjointe du zoologiste allemand Gerolf Steiner et de son éminent collègue français Pierre-Paul Grassé. Les rhinogrades sont un taxon entièrement fictif, pourtant méticuleusement décrit ici dans le plus strict respect des principes de la systématique.

Pour en savoir plus, nous vous conseillons d’abord la lecture de l’article de Wikipédia consacré aux Rhinogrades [consulté le 02/07/2013].  Pour aller plus loin, vous pourrez lire aussi :

  • Stéphane HERGUETA. « Les rhinogrades, une fiction contestataire », Sciences & Avenir, Hors-série n°147, juillet/août 2006, p.23. L’ensemble du numéro consacré aux « Fictions de la science » est également plus que conseillé ;
  • Guillaume LECOINTRE « Les rhinogrades surprennent encore », La Recherche, n°463, avril 2012, pp. 68-70
  • « Les rhinogrades » : présentation de l’exposition du Muséum National d’Histoire Naturelle qui s’est tenue du 01/04 au 31/05/2012 [en ligne, consulté le 02/07/2013]
  • site Internet dédié aux rhinogrades : http://vennarecci.free.fr/Rhinogrades/index.htm [consulté le 02/07/2013].

Pour mieux connaître l’œuvre scientifique imposante de Pierre-Paul Grassé, on pourra se reporter à l’article que lui consacre l’ Encyclopaedia Universalis : Jean PIVETEAU, « GRASSÉ PIERRE-PAUL – (1895-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 2 juillet 2013. [accès réservé aux membres de la communauté universitaire]. Pierre-Paul Grassé a notamment dirigé la publication d’un colossal Traité de zoologie que vous pourrez trouver à la BU Sciences campus.

Et pour élargir le sujet aux impostures scientifiques, vous pouvez toujours vous reporter à cet article de notre blog du 01/03/2012.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*

Featuring WPMU Bloglist Widget by YD WordPress Developer