Papier et livre ancien

XVIg 1828-02enu de Chine, le papier fut utilisé en Espagne dès le IXe siècle, mais il fut vraiment introduit tardivement en Occident. Il fut produit en Espagne au XIIe siècle et en Italie au XIIIe siècle, puis il se répandit en France au XIVe siècle. La pénurie de matière première, de chiffons, en fit dans les premiers temps un produit cher (mais moins prestigieux que le parchemin).

Matières premières et modes de production

XVIg 1828-01 (P)_001our produire le papier, on utilisait les moulins ; les grands centres de production étaient donc placés à proximité des centres drapiers de production de toile, qui eux aussi utilisaient des moulins. Le lin et le chanvre, qui remplacèrent peu à peu la laine dans l’habillement, donnèrent certaines des matières premières du papier, de même que les chiffons et les cordes. La laine, elle, n’était pas utilisée pour fabriquer le papier.

M 5425(L)_001e chanvre et de lin, puis le coton également, étaient battus avec des maillets (remplacés par des cylindres à la fin du XVIIe siècle), actionnés par des moulins ; ensuite, le mélange reposait et pourrissait pendant quelques jours, avant d’être chauffé. La pâte était mise dans des formes, des cadres de bois supportant un treillage métallique (avec vergeures, pontuseaux, filigrane). Puis les feuilles étaient enlevées et mises sur du feutre, pressées à plusieurs reprises dans une presse pour en extraire l’eau et séchées à l’air libre. Elles étaient enfin encollées et lissées, puis poncées. Lire la suite

Les livres juridiques anciens étaient-ils illustrés ?

Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, XVI 941

Volumen praeclarissimum ac imprimis omnibus jurisperitis pernecessarium ac utilissimum.- Venise, 1556

Diversité du droit

A l’époque moderne, le livre juridique a une place importante dans le paysage éditorial. Sont publiées des ouvrages de droit romain et de droit canon, les coutumes, la législation royale, des recueils de jurisprudence et de la doctrine, etc. Les ouvrages de base de l’étude du droit, notamment les traités rédigés à l’initiative de Justinien, sont abondamment publiés ; ils ne demandent pas à l’imprimeur-libraire de prendre un risque important : certes, il s’agit de volumes de taille importante, mais ils font partie des livres que tout juriste doit consulter.

A l’époque moderne, les pays et les villes se spécialisent ; au 15e siècle, l’Italie publie le droit romain et l’aire germanique le droit canon ; au 16e siècle, Paris et Lyon dominent l’édition juridique en France. Des formats différents sont choisis pour chaque type d’ouvrages, selon qu’il s’agit de documents à toujours emporter avec soi ou à consulter ponctuellement pour des vérifications. Lire la suite

Les Faulcon, imprimeurs-libraires à Poitiers au XVIIIᵉ siècle

Marque prise au titre de : Traité de l'orthographe françoise, en forme de dictionaire / Charles Leroy. Nouvelle édition de Pierre Restaut. - Poitiers : Jean-Félix Faulcon, 1775 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien, 33609)

Marque prise au titre de : Traité de l’orthographe françoise, en forme de dictionaire / Charles Leroy. Nouvelle édition de Pierre Restaut. – Poitiers : Jean-Félix Faulcon, 1775 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien, 33609)

Du 27 avril au 27 juin, le Fonds ancien consacre ses « Petites vitrines du Livre ancien » aux Faulcon, cette célèbre famille d’imprimeurs-libraires poitevins. Vous pourrez voir et même feuilleter certaines de leurs productions, notamment un impressionnant antiphonaire, bardé de métal, à la façon médiévale. Lire la suite

Exposition : Abécédaire du livre ancien

Logica / Aristote.- Paris : Jean Petit, 1536 (Fonds ancien, XVIg 1284)ers 1454 fut mise au point la technique de l’impression typographique. À une époque où le livre, qu’il fût religieux ou profane, était devenu un objet courant, la demande de livres était forte. La xylographie, ou gravure sur bois, permettait depuis le XIVe siècle d’obtenir plusieurs exemplaires identiques d’un dessin. On pouvait se servir de cette technique pour copier du texte, mais elle n’était guère pratique car elle ne permettait pas les repentirs ou les modifications. Dans plusieurs villes d’Europe, Avignon, Mayence ou encore Harlem, des hommes essayaient donc de trouver un moyen qui permettrait de produire facilement des exemplaires identiques d’un même texte.

Logica / Aristote.- Paris : Jean Petit, 1536 (Fonds ancien, XVIg 1284)e fut Gutenberg, à Mayence Lire la suite

La Renaissance : une période de bouleversements pour la Bible

Jamais tant qu’au XVIe siècle, la Bible, un livre en apparence immuable, n’a subi d’aussi profonds changements : ceux-ci affectèrent tout à la fois la mise en page du document et le texte lui-même.

Biblia.- Lyon : Jacques Mareschal, 1526 Service du livre ancien, XVIg 1337

Biblia.- Lyon : Jacques Mareschal, 1526
Service du livre ancien, XVIg 1337

Les humanistes cherchèrent à rendre plus conforme aux règles du latin classique la Vulgate, traduction latine de la Bible proposée par saint Jérôme au IVe siècle puis utilisée et recopiée durant tout le Moyen Âge. Suite à la chute de Constantinople de 1453 et à la fuite vers l’Occident de lettrés qui emportèrent avec eux de nombreux livres, les humanistes purent comparer la Vulgate avec les langues bibliques d’origine : ils proposèrent alors des versions latines de la Bible plus proches de ses sources hébraïques et grecques.

Grâce à la Réforme, plus attachée à l’Écriture qu’à la Tradition, le texte de la Bible, nu, sans gloses, fut valorisé par rapport aux sacrements et de nombreuses éditions furent publiées dans d’autres langues que le latin. Il existait déjà au Moyen Âge des versions de la Bible en langue courante, mais les commentaires étaient mêlés au texte lui-même, qu’on ne pouvait isoler.

Lire la suite