« Le Jardin des Plantes », une belle édition de Léon Curmer

Du 2 au 29 mai 2019, dans le cadre du Livre ancien du mois, la bibliothèque Michel Foucault présente l’ouvrage Le Jardin des Plantes édité par Léon Curmer.

Le Jardin des Plantes / Pierre Bernard, Louis Couailhac, Paul Gervais et Emmmanuel Le Maout.- Paris : Léon Curmer, 1842-1843 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAM 1736)


Un éditeur célèbre

Léon Curmer (1801-1870) fait partie de ces noms d’éditeur qui font probablement le plus rêver le bibliophile du fait de son goût pour les beaux imprimés.
Spécialisé dans l’édition de luxe du XIXsiècle, il fit appel aux plus grands illustrateurs de son époque, tels Charles-François Daubigny, Paul Gavarni, ou encore Adrien Féart.
Par ailleurs, il fut connu pour son utilisation de la chromolithographie (procédé d’impression lithographique en couleur fondé sur l’impression successive des couleurs une à une sur une pierre parfaitement lisse).

Léon Curmer, Bibliothèque Sainte-Geneviève, EST 99 RES (P.28)

L’amour du beau et la recherche de la perfection poussèrent Léon Curmer à voyager en France et à l’étranger à la recherche d’illustrations destinées à ses publications. Dans cette quête, sa détermination était absolue et il n’hésitait pas à demander des autorisations ministérielles, voire papales !

En 1845, Curmer fit faillite mais ne s’arrêta pas pour autant de publier, et de nombreux ouvrages parurent jusqu’en 1865. Parmi ses plus belles réalisations, on compte notamment Le Livre d’heures de la reine Anne de Bretagne (1861) et Les Évangiles des dimanches et fêtes de l’année (1862-1864).

Au Fonds ancien, vous pourrez admirer d’autres très belles éditions, comme Les saints Évangiles (1836) ou encore l’Histoire naturelle des mammifères (1854) de Paul Gervais.

L’édition du Jardin des Plantes

Cette édition originale est remarquable par sa mise en page soignée et ses 11 planches finement gravées sur acier et colorées à l’aquarelle. L’ouvrage est abondamment illustré d’oiseaux, de mammifères, de portraits en médaillon de savants, comme Jean-Baptiste de Lamarck et Antoine-Laurent de Jussieu, qui ont contribué à l’histoire du Muséum d’histoire naturelle.

Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAM 1736

Des vues des fabriques, monuments, sites des différents lieux du Jardin des Plantes sont illustrées par de petites scénettes. De plus, l’ouvrage bénéficie de grandes compositions ornementales et d’encadrements pour les premières pages des parties. Ces illustrations sont dessinées d’après nature par M. A. Féart et Belaife, et gravées sur bois. Enfin, on retrouve en première page un portrait de Georges Cuvier, dessiné par M. Maurin et gravé sur acier par Madame Fournier, avec un encadrement d’A. Féart. L’ouvrage présente donc de nombreuses contributions impliquant plusieurs auteurs et une trentaine d’illustrateurs à une époque où un projet de cette envergure supposait de nombreuses correspondances et allées-et-venues chez l’imprimeur-lithographe !

L’histoire de sa publication

L’ouvrage était acheté par souscription ; l’acquéreur s’engageait à l’acheter et recevait ainsi sous forme de livraison, chaque jeudi, un contenu comprenant huit pages de texte, une gravure séparée, tantôt sur bois, tantôt sur acier, parfois colorée à l’aquarelle, avec une couverture. La souscription permettait d’acquérir l’ouvrage à un tarif préférentiel de 15 francs, ce qui représentait pour l’époque une forte somme que seuls les plus aisés pouvaient débourser.
Mais, contrairement à ce qui avait été annoncé dans la réclame de 1841, la parution ne présenta finalement pas un volume, mais deux ! Cette seconde partie, écrite par le docteur Le Maout, était consacrée plus particulièrement aux oiseaux, reptiles, poissons, insectes et crustacés.
Hélas, le Fonds ancien possède seulement le tome 1, relié ici en deux volumes.

Plus qu’une présentation du Jardin des Plantes…

L’ouvrage s’ouvre sur les remerciements de Curmer :

A Messieurs les auteurs, dessinateurs, graveurs, et artistes, qui ont répandu une vive lumière sur le plus beau monument élevé à la science de la nature,
Hommage de profonde et sincère reconnaissance. L. Curmer.

À ces belles illustrations s’ajoute en effet un contenu riche, écrit non seulement par des journalistes, zoologistes, paléontologues, entomologistes et botanistes, mais également par des naturalistes et savants attachés au Muséum d’histoire naturelle. L’ouvrage propose ainsi au lecteur, outre une présentation générale et historique du Jardin des Plantes, le récit de péripéties administratives, politiques et scientifiques qu’a connues l’établissement. L’objectif de Curmer, au-delà la production d’un bel objet, était de faire ce qu’on appellerait aujourd’hui de la « vulgarisation scientifique » en offrant au lecteur un livre richement documenté. En effet, sous forme de visite guidée du Jardin des Plantes, il s’agissait avant tout d’instruire le lecteur en présentant le point de vue des scientifiques.
Dans la conclusion, on peut ainsi lire :

[…] il était indispensable que notre ouvrage, pour être intéressant, tînt lieu d’introduction à toutes les sciences enseignées au Muséum, et présentât une étude comparative des productions de tous les règnes.

Nous avions sous les yeux un monde merveilleux et réel : nous l’avons exploré, raconté, traduit, autant que possible, par l’écriture et par le dessin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *