Lutter contre les violences faites aux femmes

En 1999, les Nations Unies ont proclamé la date du 25 novembre Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

L’Université de Poitiers nous propose de réfléchir à ce sujet sur un plus long terme en organisant dès fin novembre une série de rencontres artistiques et littéraires. Jusqu’au 6 avril 2018, vous pourrez assister à des conférences, des expositions, et des ateliers autour des violences subies par les femmes.

Violences faites aux femmes

Les violences faites aux femmes – Université de Poitiers

Une résidence d’artistes viendra rythmer ce programme, puisque nous accueillerons jusqu’en février 2018 deux jeunes artistes de bande dessinée : Tiphaine Gantheil et Timothée Morisse. Leurs créations seront ensuite exposées du 8 mars au 6 avril à la Maison des Étudiant·e·s.

Vos bibliothèques universitaires sont elles aussi investies dans ce projet puisqu’une « lecture dessinée » sera organisée à La Ruche (Bâtiment A2) le mardi 30 janvier 2018 à 13h : des créations de Tiphaine et Timothée seront projetées au fil des lectures d’œuvres littéraires sur la thématique des violences à l’égard des femmes.

 

Par ailleurs, du 23 janvier au 5 février, la BU Lettres mettra en valeur une série de documents (BD, livres, DVD…) nous invitant à réfléchir sur les violences faites aux femmes. Parmi ces ouvrages, nous vous conseillons notamment ces BD que vous pouvez emprunter à la BU Lettres :

 

Crocodiles

Les Crocodiles – Couverture – Source: Google Books

 

Related posts:

2 réflexions au sujet de « Lutter contre les violences faites aux femmes »

  1. Merci pour votre article.
    Plasticienne engagée, j’ai réalisé des oeuvres sur le sujet des violences faites aux femmes que j’ai pu présenter à 400 lycéens français pour la Journée des Femmes 2018. L’action est aussi la pédagogie et le débat.

    Une oeuvre intitulée « Phallocratie », à découvrir : https://1011-art.blogspot.fr/p/phallocratie.html, sur le sujet de la domination sociale, culturelle et symbolique exercée par les hommes sur les femmes.

    Quand l’art permet de parler toutefois avec humour de cette prégnance virile !

    Mais aussi une série sur les mutilations sexuelles intitulée « Infibulation ». Quand l’art permet de parler directement des MGF et d’ouvrir le débat.
    A découvrir : https://1011-art.blogspot.fr/p/blog-page.html
    Mais aussi une oeuvre plus pudique intitulée « Noli me tangere » sur l’inviolabilité du corps de la femme : https://1011-art.blogspot.fr/p/noli-me-tangere.html

    Dans les trois cas le dialogue fut incroyable avec les élèves .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *