Prêts en Bulles # 8

Dans notre précédent article de Prêts en Bulles, nous avions mis en exergue le succès qu’a connu la série appelée Psycho Investigateur, parmi nos lecteurs. Parues en mai dernier, les nouvelles aventures de Simon Radius débarquent enfin dans votre Bibliothèque Universitaire de Lettres. S’il y a des bandes dessinées que l’on peut emprunter les yeux fermés, la nouvelle création d’Erwan Courbier et Benoit Dahan en fait assurément partie. Focus sur L’Héritage de l’Homme-Siècle, titre de ce quatrième tome.

Psycho Investigateur : l’héritage de l’homme-siècle/E. Courbier & B. Dahan (Editions Petit à Petit). Source : Decitre.fr

L’histoire débute par un joli chantage. Celui d‘Henri Du Perthuis. Ce dernier vient à la rencontre de Simon Radius, encore convalescent suite aux traumatismes subis lors de ses dernières investigations. Du Perthuis dresse le tableau : Eugène, son centenaire de père, lui aurait confié l’existence d’un trésor mais un accident récent lui a fait perdre la mémoire. Suivi par John-Lou Bonseigneur, vieille connaissance de Simon, le docteur n’a pas eu le temps de découvrir les secrets enfouis du vieil homme. Son impossibilité d’exercer étant la conséquence d’une violente altercation avec son meilleur ennemi, Radius.

Du Perthuis ayant été témoin de la scène, ne laisse pas le choix à notre héros. S’il ne veut pas d’un témoignage clé contre lui à l’imminent procès, il doit retrouver ses pouvoirs et les mettre à profit pour entrer dans l’inconscient de l’homme-siècle.

La décision prise va amener Simon et Maud, sa partenaire et compagne, au château Du Perthuis. À partir de cet instant va se dérouler sous nos yeux un voyage aux multiples destinations pour notre psycho investigateur.

Car pour découvrir où se cache ce fameux trésor tant convoité, Simon va devoir aller très loin dans les souvenirs nombreux qui se justifient lorsque l’on vit depuis cent ans. Qui plus est quand on a été un aventurier qui a parcouru de multiples pays. Ainsi, Simon se verra plonger dans diverses contrées (Iran, Himalaya, Inde…) pour, à chaque fois, récolter de précieuses informations laissées par Eugène.

Pour ce nouvel épisode de Psycho Investigateur, le duo d’auteurs frappe une nouvelle fois très fort.

D’abord par la richesse scénaristique. Erwan Courbier impressionne tant il traite de nombreux sujets à partir d’une simple intrigue. En choisissant intelligemment l’existence riche d’un homme aux nombreuses péripéties, le scénariste va pouvoir évoquer tout ce qu’une vie peut emmagasiner dans son for intérieur (les blessures, les joies, les traumatismes, les secrets…). Et même si le lecteur pourrait parfois se sentir perdu tant certains termes tels que cortex préfontal, étincelle psychosomatique ou autres substructures internes, peuvent être ardus à appréhender. La fluidité narrative ajoutée à des explications bien accessibles font de ce récit une histoire unique et des plus addictives.

L’autre intérêt de ce véritable livre-objet se dégage par l’immense partie graphique de Benoit Dahan. Aussi bien par son trait quasi réaliste que ses couleurs bien démarquées selon la scène proposée. Tout comme cette faculté, lorsque sont ouvertes les portes mnémoniques, à illustrer des souvenirs qui seraient perçus de la même manière par notre inconscient. Tantôt flous, tantôt plus précis. On a vraiment le sentiment que le dessinateur est Simon Radius et que Benoit Dahan dessine instantanément ce que voit son héros.

L’Héritage de l’Homme-Siècle séduit au moins autant que le précédent opus. Si on retrouve le même procédé que son prédécesseur, à savoir une superbe couverture à l’emporte-pièce, les auteurs agrémentent cette histoire avec de véritables énigmes visuelles à résoudre. Une occasion de devenir nous-même psychos investigateurs !

 

Bande-annonce de Psycho Investigateur : L’Héritage de l’Homme-Siècle

 

Related posts:

Une réflexion au sujet de « Prêts en Bulles # 8 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *