Papier et livre ancien

XVIg 1828-02enu de Chine, le papier fut utilisé en Espagne dès le IXe siècle, mais il fut vraiment introduit tardivement en Occident. Il fut produit en Espagne au XIIe siècle et en Italie au XIIIe siècle, puis il se répandit en France au XIVe siècle. La pénurie de matière première, de chiffons, en fit dans les premiers temps un produit cher (mais moins prestigieux que le parchemin).

Matières premières et modes de production

XVIg 1828-01 (P)_001our produire le papier, on utilisait les moulins ; les grands centres de production étaient donc placés à proximité des centres drapiers de production de toile, qui eux aussi utilisaient des moulins. Le lin et le chanvre, qui remplacèrent peu à peu la laine dans l’habillement, donnèrent certaines des matières premières du papier, de même que les chiffons et les cordes. La laine, elle, n’était pas utilisée pour fabriquer le papier.

M 5425(L)_001e chanvre et de lin, puis le coton également, étaient battus avec des maillets (remplacés par des cylindres à la fin du XVIIe siècle), actionnés par des moulins ; ensuite, le mélange reposait et pourrissait pendant quelques jours, avant d’être chauffé. La pâte était mise dans des formes, des cadres de bois supportant un treillage métallique (avec vergeures, pontuseaux, filigrane). Puis les feuilles étaient enlevées et mises sur du feutre, pressées à plusieurs reprises dans une presse pour en extraire l’eau et séchées à l’air libre. Elles étaient enfin encollées et lissées, puis poncées.

Des évolutions à la fin de l’époque moderne

M 5425(Q)_001uelques innovations furent introduites au XVIIIe siècle. Le papier Vélin, très fin, fut mis au point par Baskerville en 1750. À partir de 1787, l’usage du chlore permettait d’obtenir un papier plus blanc. Nicolas-Louis Robert inventa en 1798 la première machine à fabriquer le papier en continu, qui produisait des rouleaux de papier, et non des feuilles.

Usages

M 6565(L)_001e papier était utilisé sur les livres brochés (papier uni, marbré, doré ou dominoté). Il était employé également pour les demi-reliures ou les reliures d’éditeur aux XVIIIe et XIXe siècles. Le papier à la colle était fréquent aux XVIIe et XVIIIe siècles ; c’était un papier de couverture pour les livres brochés et de garde pour les reliés. Le décor était fait grâce à une brosse et à un mélange de couleurs et de colle de farine.

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *