Le Transperceneige, un aller sans retour

Avant de parler de cette œuvre post-apocalyptique, petite chronologie ayant abouti sur la sortie de l’Intégrale de Transperceneige en 2013 :

  • 1977 : Alors qu’il l’imagine deux ans plus tôt, le scénariste Jacques Lob entame Le Transperceneige en compagnie de l’auteur BD, Alexis. Ce dernier disparaît brutalement après avoir illustré une quinzaine de planches (dont celle-ci).
  • 1982 : les lecteurs du mensuel BD (À Suivre) découvrent, sous forme de feuilleton, les premières pages du Transperceneige écrit par J. Lob et désormais sous le crayon de Jean-Marc Rochette.
  • 1984 : Casterman édite l’album.
  • 1990 : décès de Jacques Lob.
  • 1999 & 2000 :  le nouveau duo, Rochette et Benjamin Legrand, greffent deux histoires supplémentaires à l’œuvre première.
  • 2004 : le réalisateur coréen, Bong Joon-Ho (The Host, Mother…) se promène dans les rues de Séoul et trouve une version piratée du premier opus. Il est subjugué.
  • 2005 : un matin, Casterman s’apprête à pilonner les invendus de la BD. Le même jour,  Bong J. Ho contacte l’éditeur pour acheter les droits…
  • 2013 : sortie du film Snowpiercer, le Transperceneige de Bong J. Ho. Casterman en profite pour publier la première Intégrale réunissant les 3 romans graphiques.

    Couverture BD  le Transperceneige (Intégrale, 2è éd.) / Lob; Rochette; Legrand : Ed. Casterman (source : Amazon.fr).

    Couverture BD le Transperceneige (Intégrale, 2è éd.) / Lob; Rochette; Legrand : Ed. Casterman (source : Amazon.fr).

Ces faits relatés résument clairement l’engouement engendré par ce récit aussi atypique que pessimiste. Car c’est un scénario froidement efficace qu’a élaboré J. Lob :

« Le monde, frappé d’une nouvelle ère glaciaire, a conservé une poignée de mortels condamnée à vivre dans le seul endroit susceptible de les garder en vie : un gigantesque train. Cette énorme machine, devenue Arche de Noé, abritant ces privilégiés censés faire subsister un peu d’espoir pour le devenir de l’humanité, n’a qu’un objectif : rouler inexorablement sans s’arrêter.

Mais la société, elle, garde les mêmes codes : en queue de train vivent les plus défavorisés jusqu’à l’autre bout de « la Loco » où siègent les plus aisés…

Ainsi, sur fond de lutte des classes, de révoltes, et de scepticisme, quelques protagonistes se démarqueront en affrontant, wagon par wagon, les obstacles avec l’intime conviction qu’atteindre la tête de convoi offrira des réponses. »

DVD - Snowpiercer, le Transperceneige / Bong J-H. (source : Decitre.fr).

DVD – Snowpiercer, le Transperceneige / Bong J-H.
(source : Decitre.fr).

Le dessin du plus « fidèle » des auteurs sur cette aventure, J.-M. Rochette, est d’une efficacité telle, qu’il renforce le côté anxiogène de ce monde clos aux mille et un wagons.

L’adaptation libre, façon « blockbuster », du réalisateur coréen  permet une issue plus optimiste, avec un contenu moins avare en émotions que sa référence graphique. Cette dernière n’en reste pas moins une œuvre captivante grâce, notamment, à une intrigue qui ne déraille jamais. Le dénouement ne souffrant d’aucune faille puisqu’il ne pouvait en être autrement.

À lire ou à visionner, sauf, peut-être, lors d’un trajet ferroviaire…

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *