Connaissiez-vous le fonds patrimonial de la bibliothèque universitaire ?

Fables choisies / Jean de La Fontaine. – Paris : Nyon, 1757 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien, FAP 2524)

C’est en 1975 que le Service du livre ancien a été créé afin de réunir en un seul lieu l’ensemble des livres anciens (antérieurs au début du XIXe siècle) que l’Université détenait. Mais les documents eux-mêmes se trouvaient à la bibliothèque bien avant cette date. Il serait faux de dire que la collection s’est constituée dès la naissance de l’Université. Un simple coup d’œil sur les dates permet d’ailleurs de le vérifier : l’Université a été créée en 1431-1432 et le livre le plus ancien date de 1486 (il s’agit du De Usuris d’Alessandro Ariosto, un traité plus moral qu’économique).

On sait par ailleurs que l’Université a disparu pendant la Révolution et que les collections de livres actuelles ont été constituées à partir des nouvelles fondations de Facultés : 1806 pour le droit, 1846 pour les lettres, 1854 pour les sciences. Dans un premier temps, elles comprenaient très peu de livres anciens (au sens que nous avons défini plus haut) et l’essentiel des collections patrimoniales s’est constitué à partir du début du XXe siècle : saisies suite à la séparation de l’Église et de l’État, dons d’anciens professeurs (comme celui d’Auguste Dubois, professeur d’histoire des doctrines économiques et d’économie politique), intégration des fonds de l’École de médecine de Poitiers, achats, etc.
Aujourd’hui, les collections sont composées de près de 40 000 volumes : 7 incunables (les livres imprimés avant 1501), environ 2000 ouvrages du XVIe siècle, 35 000 des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, auxquels il faut ajouter quelques fonds d’archives, en particulier celui de la branche cadette de la famille d’Argenson. Les collections sont encyclopédiques, mais sont particulièrement riches dans les domaines religieux, scientifiques, juridiques, ainsi qu’en médecine, économie et politique. Beaucoup de livres sont en latin et il n’y a là rien d’étonnant, cette langue étant restée très longtemps celle de la culture ; beaucoup sont en français également et de très beaux ouvrages viennent d’Allemagne, d’Italie, des Pays-Bas, d’Espagne ou encore de Grande-Bretagne.
La consultation des livres anciens est libre et gratuite, ouverte à chacun, qu’il soit de l’Université de Poitiers ou extérieur à celle-ci. Le service, qui se trouve sur le campus, au second étage de la Bibliothèque Droit-Lettres, est ouvert du lundi au vendredi, de 10h à 18h (17h30 de juin à septembre).

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *